Compte-rendu du Kukaï de Paris n° 91 du 28 juin 2014

1 juillet 2014

Compte-rendu KP 91 du 28 juin 2014.

Prévu initialement dans le parc des Buttes-Chaumont, le kukaï s’est déroulé, vu le temps plus-pluvieux, au café Napoléon III. En présence de 16 personnes, 36 haïkus ont été échangés. 21 d’entre eux ont obtenu une voix ou plus.

°

Avec 4 voix (et sélectionnés automatiquement pour l’antho 2 du K.P.) :

ciel bleu profond / un craquement dans les pins / libère une grive
: Danièle Duteil

et :

Fin de visite / L’au-revoir prolongé / du jasmin
: Daniel Py.

°

Avec 2 voix :

aveu tardif / avec les dents de mon fils / celles de son copain
: Françoise Lonquety ;

Jardin de curé – / les futures confitures / de vieux garçon
: Marie-Alice Maire ;

Ménopausée / Désir toujours aussi vif / de semer des roses
: Monique Leroux-Serres ;

photo – / le papillon m’envole / son image
: Valérie Rivoallon ;

et :

un bar au soleil / portable en main une femme / sanglote soudain
: Philippe Bréham.

°

Avec 1 voix :

Ah ! ce corbeau / devant le funérarium / toujours en deuil…
: Danièle Étienne-Georgelin ;

Brouillard sur le fleuve / pêcheur et merle sifflent / de concert
: Danièle Étienne-Georgelin ;

concert Chopin – / entre les notes / une cigale
: Michel Duflo ;

Dans sa main / il fait l’aumône d’un souffle / le papillon.
: Patrick Fetu ;

Jour J – / sur le toit une mitraille / de grêlons
: Isabelle Ypsilantis ;

les sièges du bus couinent – / Fête de la Musique
: Daniel Py ;

maraîcher – / au cœur de sa salade / un peu du sien
: Valérie Rivoallon ;

Méditerranée / Nager où se noient / les exilés
: Joëlle Delers ;

midi en terrasse / la conversation du bébé / avec le chien
: Meriem Fresson ;

premier baiser / sous le tulipier la pluie / applaudit
: Éléonore Nickolay ;

Radiesthésie – / Elle retrouve ses clés / À l’aide de son pendule
: Myriam Rouxel ;

rendez-vous – / dans l’arbre nocturne / la lumière danse
: Éléonore Nickolay ;

Retrouvailles – / la Petite Sirène… elle / sans une ride
: Marie-Alice Maire ;

et :

Temple taoïste / Après les herbes amères / la sieste des moines
: Monique Leroux-Serres.

°

Sans voix, mais remarqués :

abeilles maçonnes – / à l’emplacement des vignes / une maison neuve
: Michel Duflo ;

Au-dessus de l’urinoir / la pub trop près / pour le presbyte
: Antoine Gossart ;

De sa chambre au grenier / Un fusil à la main – / Le fantôme d’une souris
: Myriam Rouxel

et :

le chant / du bol tibétain / un jeune moine bâille
: Cécile Duteil.

°

La lecture de l’article de Philippe Bréham a été reportée à notre prochain kukaï (92) qui aura lieu samedi 13 septembre, à 15 h 30, lieu encore non défini…
Le kukaï 93 aura lieu ensuite le samedi 4 octobre, à 15h30, vraisemblablement de retour à notre fidèle Bistrot d’Eustache !

°

Bonnes vacances à tou(te)s !

Daniel.

LA DÉCLARATION DE MATSUYAMA – 12/12

9 juin 2014

PRIX DE HAÏKU INTERNATIONAL MASAOKA SHIKI
(Extrait de Wikipedia, l’encyclopédie libre.)

Le Prix du Haïku International Masaoka Shiki, baptisé du nom du fondateur du haïku japonais moderne fut établi selon les principes énoncés dans la Déclaration de Matsuyama adoptée à la « Convention 99 de Haïku » à Matsuyama, qui se tint en septembre 1999. La création de ce Prix attire l’attention des gens sur Masaoka Shiki, reconnu comme poète globalement célébré, et sur le Haïku en tant que forme courte de poésie mondiale.

RÉCIPIENDAIRES :

. Premier Prix de Haïku International Masaoka Shiki, 2000 :
. Grand Prix : Yves Bonnefoy, France.
. Prix du Haïku : Li Mang, Chine ; Bart Mesotten, Belgique ; Robert Spiess, USA.
. Prix Spécial EIJS : Kazuo Sato, Japon.

. Deuxième Prix de Haïku International Masaoka Shiki, 2002 :
. Prix du Haïku : Cor van den Heuvel, USA ; Satya Bhushan Verma, Inde.

. Troisième Prix de Haïku International Masaoka Shiki, 2004 :
. Grand Prix : Gary Snyder, USA.
. Prix du Haiku : Hidekazu Masuda, Brésil ; Ko Reishi, Taïwan.
. Prix Spécial EIJS : Bansei Tsukushi, Japon.

. Quatrième Prix de Haïku International Masaoka Shiki, 2008 :
. Grand Prix : Kaneko Tohta, Japon.
. Prix du Haïku : Kawahara Biwao, Japon.
. Prix Suédois du Haïku : Uchida Sonoo, Japon ; Lee O-Young, Corée du Sud.

°°°

(Traduction : Daniel Py.)

LA DÉCLARATION DE MATSUYAMA – 10-11/12

9 juin 2014

42) Le haïku accueille le monde autant qu’il se tourne vers lui.

La déclaration de Matsuyama, du 12 septembre 1999, a été faite par les personnes suivantes :
Arima Akito, Ministre Japonais de l’Éducation, Haga Toru, Président de l’Université d’Arts et de Design de Kyoto, Ueda Makoto, Professeur Émérite de l’Université de Stanford, Soh Sakon, Poète, Kaneko Tohta, Président de L’Association du Haïku Moderne, Jean-Jacques Origas, de L’Institut Français des Langues Orientales.

Note explicative : Le document original, écrit en japonais, reflète l’érudition et la profondeur de pensée des hommes cités ci-dessus. Comme pour la traduction du haïku, cela a été une tâche très difficile de rendre parfaitement son contenu profond en anglais. Cependant, dans un effort pour le présenter à la communauté internationale, nous avons préparé cette traduction provisoire.
Nishimura Gania, Tanaka Kimiyo, Ruth Vergin.
Déclaration de Matsuyama (Proposition) :
Par la présente, nous faisons les propositions suivantes basées sur la Déclaration de Matsuyama.
Fondation du Centre de Recherche du Haïku International Masaoka Shiki.
À Matsuyama, site originel du mouvement de la réforme du haïku, nous fonderons un Centre de Recherche pour le Haïku International, afin de faciliter la recherche, l’écriture, la formation, la publication, l’attribution de prix et la dissémination des
informations, etc. en vue de contribuer au développement du haïku comme poésie mondiale.
Voici une liste d’activités spécifiques :
1) Étudier la poésie et les poètes du monde qui possèdent l’esprit-haïku.
2) Réunir et trier les informations relatives au haïku dans son rôle de poésie du monde.
3) Composer du haïku en tant que poésie du monde.
4) Organiser des débats, conférences, symposiums sur le haïku mondial.
5) Désigner des poètes du monde qui possèdent l’esprit-haïku en tant que membres seniors.
6) Inviter des poètes de partout dans le monde en tant qu’étudiants et membres d’échanges juniors.
7) Donner des bourses à des poètes du monde qui possèdent l’esprit du haïku.
8) Décerner des Prix Internationaux de haïku à des poètes du monde.
9) Organiser un Festival International (biennal) de Haïku à Matsuyama ou dans une autre ville du monde.
10) Publier des articles, des recueils de haïkus, des rapports réguliers, et des publications sur d’autres sujets.
11) Transmettre des informations et élever la conscience autour du haïku.

Fondation du Prix International de Haïku « Prix Masaoka Shiki »
Pour promouvoir l’esprit du haïku dans la poésie mondiale, un Prix International de Haïku sera organisé au Centre de Recherche International sur le Haïku, pour les poètes du monde.
L’agenda spécifique est le suivant :
1) Juger des poèmes de différentes régions du monde et dans différentes langues, une fois par an.
2) Présenter les distinctions au Festival International de Haïku.
3) L’on recherchera des poètes de la carrure du Prix Nobel ; il n’y aura donc pas de vainqueurs certaines années.
4) Établissement des catégories « Contemporains » et « Posthumes ».
5) Attributions pécunières comme prix secondaires.

(Trad. : D.Py)

(À suivre… 12/12)

LA DÉCLARATION DE MATSUYAMA – 9-10/12

9 juin 2014

VII) REDONNONS LA POÉSIE AUX GENS… UNE RÉVOLUTION POÉTIQUE MONDIALE AU XXIè SIÈCLE.

35) Cela fait environ cent ans que Shiki est décédé, lui qui initia le mouvement de la réforme du haïku. À cette Déclaration que nous proposons ici ont précédé la préface de Shimazaki Toson à sa compilation poétique, d’il y a une centaine d’années déjà, dans laquelle Toson déclara que « L’ère de la nouvelle poésie est enfin arrivée », et le Manifeste du surréalisme d’André Breton qui apparut il y a environ 75 ans. Mais cela fait longtemps que nous n’avons pas été témoins de l’apparition de cette sorte d’un nouveau manifeste poétique. Dans le monde du haïku japonais est apparue récemment une demande de réforme et de mettre fin à une période prolongée de stagnation.

36) Dans cette déclaration-ci, nous nous sommes concentrés sur l’universalité essentielle du haïku, présente depuis le temps de la réforme du haïku par Shiki. En tenant compte des circonstances dans lesquelles le haïku s’est répandu par le passé dans le monde, nous avons établi des projections quant à ses possibilités futures, globales. À propos de la forme fixe et des mots de saisons qui ont été considérées comme étant l’essence du haïku en japonais, nous pensons que, dans le contexte de l’universalisation du haïku, les poètes partout dans le monde devraient travailler à trouver l’ordre interne de leur langue et l’application de mots-clés qui possèdent des significations symboliques propres à leur culture particulière. Nous souhaitons ouvertement accueillir ces poèmes qui possèdent l’esprit-haïku de partout dans le monde.

37) En utilisant une forme traditionnelle fixe de poésie, les Japonais ont réussi à appliquer une grammaire propre à leur langue, ainsi le kireji, et à condenser le poème en 17 syllabes. Nous sentons que dans toutes les langues, y compris l’anglais, le français, l’allemand, l’italien, le russe, le chinois, le coréen, l’arabe et l’espagnol, nous pouvons trouver des manières de condenser la diction en vue de s’exprimer poétiquement. Nous croyons aussi que de comprendre la valeur du silence contribuera grandement à l’élargissement de l’espace poétique dans chaque langue.

38) Nous espérons que les poètes du monde partageront avec nous les réalisations des maîtres japonais du haïku et qu’ils prendront part à ce mouvement poétique pour poursuivre résolument des voies en vue de
condenser leur propre langage.

39) Le XXIème siècle s’ouvre à nous. Le monde du haïku japonais est pleine de groupes de haïku, de poètes et d’associations innombrables. Le haïku continue à exister simplement en reproduisant le haïku dont nous, Japonais, avons hérité de nos ancêtres.

40) D’autre part, la poésie moderne a subi diverses épreuves et tribulations et est parfois sur le point de stagner dans différentes parties du monde. Quelques poètes dévoués dans le monde ont ardemment désiré le haïku, ce court poème à la pointe de la poésie mondiale, qui offre le plus haut degré de complétude. Le haïku offre à ces poètes le moyen de se libérer de cette situation. La seule manière dont nous pouvons redonner le haïku ou la poésie aux gens du commun est de répondre aux vœux de ces poètes.

41) Nous souhaitons nous élever au-dessus de la situation actuelle du monde du haïku japonais où le haïku est à la fois prospère et stagnant en cette fin du XXè siècle. En tout sérieux, nous observons la conscience globale grandissante du haïku. Nous adressons cette Déclaration de Matsuyama à tous les poètes du monde, depuis ce site extraordinaire. Matsuyama, où Shiki initia cette réforme du haïku il y a un siècle en le décrivant comme la « Poésie des Vaincus ». Notre propos est de paver le chemin, une nouvelle fois, vers de nouvelles possibilités pour la poésie.

(Trad. D. Py)

(à suivre…)

LA DÉCLARATION DE MATSUYAMA – 8/12

9 juin 2014

VI) LES TENDANCES VERS L’INTERNATIONALISATION, L’UNIVERSALISATION ET LA LOCALISATION DU HAÏKU

29) La fin de la deuxième guerre mondiale apporta une bouffée d’oxygène à la littérature japonaise. Nous nous rappelons vividement la revitalisation du haïku en réaction au « Discours à propos du haïku en tant qu’art mineur » de Kawabata Takeo. Le discours envisageait le haïku comme n’étant pas basé sur l’idée de l’individualisme moderne. Mais, c’est, en fait, la véritable force du haïku.

30) Depuis Shiki, l’individualisme moderne a-t-il mis son emprise sur le haïku ? Si nous regardons à la tradition de composition de groupe du haïku, il serait difficile de répondre par l’affirmative. Cela fait toujours débat. Nous voudrions définir le haïku comme un poème ultra-moderne qui possède le meilleur des deux facettes et s’élèvera au-dessus de la tragédie des temps modernes.

31) Comme nous l’avons mentionné précédemment, nous trouvons dans le haïku cette qualité particulière de pouvoir s’élever au-dessus de la conscience de soi de l’individualisme moderne de type occidental et de pouvoir atteindre un royaume où nous nous connectons avec la nature. Cette qualité spéciale nous donne la possibilité de nous ouvrir au monde à travers le haïku. Dans ce sens, le haïku a un caractère purement objectif. Si la nature était détruite, le haïku noterait la destruction d’une façon dépassionnée ou dirigerait cette réalité vers le soi intérieur et le monde virtuel où nous pouvons gambader parmi montagnes et cours d’eau un beau jour ensoleillé. Dans chaque cas, le haïku et la nature sont unis et semblables. Peut-être que le haïku, la nature et les gens partagent tous le cycle de la vie, de la mort et de la renaissance. C’est pourquoi, quand nous parlons de la destruction de l’environnement naturel, nous ne devrions pas nous considérer comme des protecteurs de la nature, mais cultiver la conscience de faire partie de la nature. Puisque ceci constitue le caractère de base du haïku, il jouera un rôle important dans les questions environnementales.

32) En tout cas, avec la destruction rapide de l’environnement naturel de nos jours, l’action de composer des haïkus donne une occasion parfaite pour reconsidérer les relations entre gens et nature. Nous comptons sur les différentes poésies du monde pour nous donner la puissance de guérir l’angoisse des gens, pour retrouver l’harmonie et pour retourner vers une relation en symbiose avec la nature.

33) Nous pensons que cette brève forme poétique universelle appelée haïku devrait être encore plus répandue de par le monde. Le haïku a sous-estimé sa propre force dans le passé. Comme nous en avons débattu jusqu’ici, le haïku est justement qualifié pour revivifier les différentes poésies du monde (y compris le tanka japonais et la poésie contemporaine de style occidental) au XXIè siècle.

34) La clé de la réforme du haïku japonais se trouve dans l’universalisation du haïku. Ils nous tarde de voir des mouvements et de nouvelles activités poétiques qui placeront le haïku et son cadre conceptuel en proue de la poésie d’avant-garde du monde. En ce sens, le haïku a une présence progressiste. Nous sommes impatients de connaître l’époque où le haïku décollera pour une destination inconnue quelque part dans le monde où il sera un précurseur de poésie fraîche et innovante.

°°°

(À suivre, 9/12)

Senryûs, etc. – Py – mai 14 – 2/2

9 juin 2014

°

C’est r’en, c’est l’oeil !

°

AHURISSON

°

ce matin
la neige
dessine
la toile d’araignée

°

ses seins ballottent
ses cheveux aussi
– tour du parc

°

Après ‘Le réel n’a pas eu lieu’, *
"Le cancer n’aura pas lieu" **

* : Michel Onfray,
** : Milan Kundera, in ‘La fête de l’insignifiance’, p. 16, éd. Gallimard.

°

ce soir
dans la même rue que ce matin
le même homme
promène le même chien
au bout d’une autre cigarette

°

Prévenir, c’est guérir un peu…

°

Le haïku qui narre
est un haïku navrant

°

Ne pas avoir peur
du vide
au coeur du haïku

°

… ce matin, ne rien "avoir à" faire,
nulle "obligation",
Fera quand même
mais en route libre…

°

Avec ‘Le journal
des derniers jours de mon père’ *
elle écrase le moustique
au plafond
page 20

* d’Issa, éd. Pippa, 2014.

°

ce matin
éponger le sang du moustique
au plafond

°

aujourd’hui,
dans mes messages "indésirables" :
des "costumes de baie"

°

L’odeur du pain
gonfle la narine
– fermer les portes

-

L’odeur du pain
gonfle la narine
– insomnie

-

Seront-ils enterrés
dans un cercueil Mercedes
ou dans une boîte à chaussures ?

°

SNCF :
"Société Nationale du Cash et de la Finance" (: CGT)

Cracher au bassinet /
Brasser au cash-y-net !

°

Le haïku "putatif" *

(La jouissance du mot "putatif" !)

* = un haïku qui pense être un haïku -
mais n’en est pas forcément un !…

°

"Tu peux épingler
huit cent sept papillons; mais
pas le vol d’un seul."

: Éric Chevillard, p. 73 de ‘Le désordre Azerty’, éd. de Minuit, 2014.

°

"Notre terre
qui êtes aux Cieux…"

°

En toute céré-momie…

°

J’adule tes reins…

°

Arrivé au chapitre "dieu"
de son livre,
je saute

°

silence médiatique
en France : le Japon renonce
à redémarrer ses centrales (nucléaires)

°

ce soir
une finale de coupe
de foot : Ira-t-elle jusqu’aux
bites au rut ? *

* / tirs au but

°

Plus tu vieillis,
plus tes pieds s’éloignent
de ta main

°

un moucheron,
ma bière
et moi
: nature calme

°

La pile
des bulletins de vote
pour Les Décroissants
rapidement réduite
à rien

°

sur le banc
du quai de banlieue
mon voisin renifle
sans arrêt

°

Éric Cantona
et riz cantonnais…

°

elles pouffent
puis boivent
l’homme
au fond du saké

°

(La répétition dans le haïku (cf J.A.) :)

meuh meuh meuh meuh meuh
meuh meuh meuh meuh meuh ! Ah, ce
que ce meuh m’émeut !

(13/7/12…)

°

(ancien :)

O comme j’admire ma femme
aux poêles
dans la cuisine !

°

(J.A. :)

A haiku stutterer
un bègue du haïku
le haïku bègue
une histoire bègue ?
I BÈGUE YOUR HAIKU ?

-

un haïku
en démarrage laborieux
– retard à l’allu(i)mage ?

-

patinage tartistique

-

"Peut s’en-envo(-o)ler
l’é-é-été, s’en-vo-oler
le prin-hin-tem-hemps…"

(: cf Frigyes Karinthy, p. 15 de ‘Je dénonce l’humanité’, éd. Viviane Hamy, 2014)

-

des haïkus "ApPauline" (à Pauline)
= "appaling" = consternants

-

(Tartine n° 2 :)

"Je ne m’em-hem-pare
pas de la tou-our qu’e-helle
crèv’ là où elle est"

(cf. F. Karinty, op. cit., p. 16)

-

tartinaïku

-

le corbeau lourd *
se pose élégamment sur la cheminée
– premières gouttes de pluie

* : même pas sûr que ce fût un corbeau !

-

sur le balcon
au soleil
passer ma retraite -
lire
écouter les oiseaux

-

sur sa pelouse
pieds nus
(dé)ambulant sa conversation téléphonique
: le pied,
l’oreille

-

Me laisser vivre

Ne plus bouger
mourir
en douceur

-

soleil ô soleil sur le dos
un noir torse nu
tond la pelouse
(électriquement)
– nez

-

À l’opposé
de la salle fraîche
où l’ordi
le balcon
où le soleil

-

Les écrivains jouissifs,
jubilatoires :
Hrabal, Chevillard, Paasilinna, Karinthy,…

-

Prendre une photo
de fleurs sauvages
la déposer dans un vase

-

Disparition des hirondelles ?
(insecticides incriminés)
– Vive Monsanto !

Allergiques au gluten
(pesticides incriminés)
– Vive Monsanto !

°°°

Compte-rendu du 90è kukaï de Paris

8 juin 2014

du 7 juin 2014.

Nous nous sommes rendus (à huit participants) dans le nouveau chez soi de Paul de Maricourt, à Fontenay-sous-Bois, vu l’instabilité du temps ce samedi matin, pour notre repas-pique-nique. Champagne et petits plats sympathiques pour fêter également son anniversaire. Puis descendus au Bois de Vincennes tout proche pour notre kukaï.
Vingt-cinq haïkus (ou senryûs) furent échangés. Quatorze d’entre eux furent gratifiés d’une voix – ou de plusieurs.

°

Avec quatre (4) voix :

La tombe de mon père / près des voies du RER / Son train de 19 heures…
: Danièle Étienne-Georgelin.

(Ce haïku paraîtra donc dans notre 2ème anthologie du kukaï de Paris – sortie prévue en Septembre ou en Octobre 2014.)

°

Avec trois (3) voix :

Heure de pointes : / dans mon dos / un sein gauche
: Daniel Py.

(Ce senryû paraîtra en janvier 2015 aux éditions Éclats d’Encre dans son nouveau recueil : ‘Fourmi sur ma jambe’.)

°

Avec deux (2) voix :

Ce matin encore / jeter la poubelle / à la poubelle
: Paul de Maricourt ;

d’un déménagement à l’autre / le même paquet de semoule / fermé au scotch brun
: Paul de Maricourt ;

Juste une caresse / et il sème son essence / le basilic.
: Patrick Fetu ;

Sentier de fin d’été / Une chenille blessée – je la pose / Sur le côté
: Philippe Bréham ;

Une clope dans la bouche – / Elle me fait promettre / De ne jamais commencer
: Myriam Rouxel.

Avec une (1) voix :

ce matin de neige / la toile d’araignée
: Daniel Py ;

Dans le silence du monastère / retenir jusqu’au bruit / de ses pas
: Gwenaëlle Laot ;

Fuyant le soleil / d’une cache d’ombre à l’ombre / Un papillon de nuit
: Danièle Étienne-Georgelin ;

L’orage passé / Le paon ébroue / Toutes ses couleurs
: Danièle Étienne-Georgelin ;

Pluie – / Son linge sec / Encore sur le fil
: Myriam Rouxel ;

Un pet dans les draps – / sous le lit le chien / bat de la queue
: Paul de Maricourt ;

Virages en épingles / sous les yeux / les gris-gris du chauffeur
: Gwenaëlle Laot.

Sans voix, mais remarqués :

Crête-de-coq / C’est l’amarante volage / Tu m’as dit
: Hiro Hata

et

Déjeuner au bois – / finir par une soupe / aux fraises
: Marie-Alice Maire.

°

Lors du kukaï sur la pelouse du bois, cette réflexion de Danièle mise sous forme de senryû :

Kukaï / au pied d’un chêne / Dessous : les glands

que l’on appréciera à sa juste dérision !

°

Dernier kukaï de Paris (n° 91) avant les grandes vacances – et avant notre 2ème anthologie du K.P. (: sortie prévue septembre ou octobre 2014 !) – le samedi 28 juin ! Probable rendez-vous : à la grille principale du côté de la mairie du XIXème Arrt à 13 heures. Nous nous installerons sûrement sur une pelouse en contrebas !… S’il ne fait pas beau, nous nous rabattrons (pour le kukaï uniquement, alors !) sur le bistrot d’à côté (à gauche de la mairie !)

à bientôt !

Daniel

Précisions pour l’Appel à haïkus sur le nucléaire

29 mai 2014

Bonjour !

Pour cette future anthologie trilingue (français-anglais-japonais) envoyez-moi 10 haïkus/senryûs (en français) sur ce thème du nucléaire avant le 25 novembre 2014. Ils seront ensuite envoyés au traducteur, fin novembre.
Merci d’avance à tou(te)s !

Daniel

Cet assourdissant silence…

25 mai 2014

Pour faire suite à un thème sur le nucléaire posté sur une autre liste, cet ajout, ce soir :

En fait mon haïku-long / tanka-court :

Silence médiatique
en France – Le Japon renonce
à redémarrer
ses centrales
nucléaires

d.p.(24/5/14)

est inspiré par ce mail de Laurent (Seegan) Mabesoone, reçu hier, et dont voici un extrait :

"le Japon est sans doute en train de pérenniser son arrêt total du nucléaire, contre toute attente, et grâce à nos mouvements civiques. En effet, hier, les projets gouvernementaux de remise en marche des centrales ont reçu un coup de semonce probablement définitif. Le Tribunal de Fukui a déclaré illégale la remise en marche de la centrale de Ohi, au nom du “respect du droit à la vie et à la sécurité”.
C’est une première, qui devrait entrainer, par juris prudens, d’autres victoires dans les nombreux procès en cours entre les groupes de citoyens et les compagnies électriques. Comme le Japon n’a déjà plus aucun réacteur en marche depuis le 15 septembre dernier, il est probable que cette situation perdure… jusqu’au printemps 2015 au moins. Aucun media francais n’en parle, alors que nous ne parlons que de cela ici…( une partie de la France ne veut certainement pas voir que le Japon a réussi à se passer de sa cinquantaine de réacteurs sans problème – sans même augmenter les émissions de CO2, grâce aux économies d’énergies et au renouvelable). Voici un article en anglais du Mainichi Shimbun :
http://mainichi.jp/english/english/perspectives/news/20140522p2a00m0na003000c.html "

Qu’on se le dise, et le colporte haut et fort, donc !

Daniel

PS : J’ai aussi lancé un appel à haïkus/senryûs sur ce thème du nucléaire aux haïkistes français, francophones ou/et vivant en France, qui ont déjà écrit (publié) sur le thème, et ceci afin de concrétiser un projet d’édition bi- voir trilingue (japonais-anglais-français). N’hésitez pas à m’envoyer vos textes (au minimum 3 !) à cette adresse :
dpy499AROBASEhotmail.fr

merci d’avance !

D.

Haïkus etc de Py – mai 14 – 1/2

24 mai 2014

°

Les Niverniaises
et le -veau lent…

-

Frapper "Avecnue"
au lieu d'"Avenue"
: encore un fantasme ?

-

cette présentatrice-météo
au profil de carte de France

-

Au lieu de "japonaise",
"japonase"…

-

les oiseaux
colorient le matin
– mai jonché
de marronniers

-

"des sentiers vides où
il n’y a que du silence
et de la lumière"

(: Pierre Loti, p. 223 de ‘Madame Chrysanthème’, éd. Garnier-Flammarion n° 570)

"notre chambre blanche
où entrent le clair soleil
et le vent tiède"

(: P. Loti, id., p. 224)

-

une belle femme
vieillissante
fatiguée
dans ce train de banlieue
vendredi soir

-

ce matin
au lieu d’Asnières-sur-Seine :
"Asnières-sur-Seins"

-
(ancien, Villeneuve-le-Roi :)

ce matin
la neige a pris
la toile d’araignée

-

déjà pliés
sous leur journée d’écoliers
– matin de mai

(à suivre, mai 14, 2/2)


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.