Archive for octobre 2009

Nationalité Française – un débat à la mode. – Senryû SSS

27 octobre 2009

°

On dirait
que Monsieur Sarkozy
a un problème
avec la nationalité française

°

d.(27/10/09)

Publicités

Zen – paradoxe – par Hattori

27 octobre 2009

 » Quand nous parlons du Zen nous devons prendre le plus grand soin à nous contredire nous-même. Sans paradoxe il est impossible de plaire à Dieu.  »

Hattori (auteur Coréen), cité par Jacques Masui, in L’exercice du Kôan, éd. Fata Morgana 1994.

Temps- Espace japonais

26 octobre 2009

Je reprends une citation que Francis Tugayé a postée sur une liste de haïku francophone :

Jean-Claude Jugon, dans Perception du temps et de l’espace chez les japonais
(Shizuoka University) observe :

« La conscience du temps chez les Japonais est plus concentrée sur le présent qu’orientée vers le passé ou le futur.
« Le temps est plus perçu dans sa simultanéité que dans sa succession.
« S’intéresser au présent et l’espace signifie aussi s’intéresser à l’éphémère.
« Quand on valorise le présent au détriment de la durée, la notion d’intervalle (« ma ») est essentielle. « Ma » est un état immobile entre deux mouvements, une suspension dans le cours du temps qui rompt la constance du continuum espace-temps. »

« Ces deux conceptions de la temporalité et de la spatialité distinguent radicalement les Japonais des Occidentaux. »

°

: Voilà pourquoi – et comment – le haïku est ce qu’il est, et essentiellement japonais…
À moins d’avoir compris et intégré ces notions, ces conceptions, il est difficile sinon improbable de « faire du haïku » !

 » Touche pas à mon Bouddha  » – Haïku « zen »

26 octobre 2009

Voici l’article paru dans le recueil Le haïku en français éd. AFH, nov 2004, sous le nom de « Touche pas à mon Bouddha » (p.26/8) :

« … la lecture d’ouvrages sur le bouddhisme zen m’éclaire tout à fait sur la parenté qu’il y a entre bouddhisme et haïku. Il n’est nullement besoin ici d’une supposée “ illumination “ – de surcroît forcément réductrice – “du bouddhisme zen” pour en comprendre le sens.

Le célèbre haijin et critique américain H.F. “Tom” Noyes dans un essai tiré de Favorite Haiku vol 5, intitulé « L’Esprit du Haïku », écrit : “ Bien que le haïku soit traditionnellement une simple expression de l’ordinaire, il a souvent une signification profonde, due à ses racines qui plongent dans les éléments les meilleurs et les plus subtils de l’héritage japonais. En lui fusionnent la compassion du bouddhisme indien, le désintéressement du taoïsme, l’humanité du conficianisme, les profondes inclinations vers la nature du shintoïsme, de la peinture et de la poésie chinoises, la délicatesse de sentiments de l’ancienne poésie amoureuse au Japon, et le sens du concret non intellectualisé du zen. “

J’illustrerai mon propos par quelques courts extraits de deux ouvrages de Maître Deshimaru intitulés Vrai zen , et Za-zen . (Maître Deshimaru a largement répandu la pratique du boudhisme zen en France et en Europe à partir de 1967).

Je vois pourquoi le haïku favorise le réel et la nature quand je lis (page 120 de Vrai zen) : “ nous devons revenir au réel, à la vérité, au naturel, redevenir intimes avec la nature.”
et plus loin : “ Toujours la nature est la grande instructrice; elle ouvre la possibilité de comprendre “. (p.226)

Je comprends bien pourquoi le haïku exalte la simplicité quand j’y lis (p. 49) : “ la vérité réside dans la simplicité.”

Je saisis mieux comment le haïku s’écrit au présent quand je lis (page 54) : “ Maître Dogen (…) nous convi(e) à la concentration sur le présent, l’instant, le seul réel existant. Si nous nous concentrons sans cesse sur l’instant présent, par la succession de ces instants, jusqu’à la mort, notre vie entière est concentrée et vécue. Si nous vivons par la pensée, soit dans le passé, soit dans le futur, nous ne pouvons point saisir le “ réel “ et notre vie n’est pas “ réellement “ vécue.
ou : “ créer, pratiquer, expérimenter ici et maintenant la vieille, l’éternelle vérité, dans toute sa fraîcheur, tel est l’esprit du zen”. (p.116 de Za-zen)
et dans Vrai zen , p. 54) : “ Concentrez vous sur le présent et renaissez à chaque instant.”

°°°

Ces attitudes ne me semblent pas étrangères à la quête de nombreux Occidentaux que le matérialisme exacerbé, les philosophies ou même les religions qu’ils pratiquent sont impuissants à satisfaire. Nombre de poètes présents dans l’Anthologie du Haïku en France, publiée en 2003, témoignent d’une démarche similaire, qu’elle soit spirituelle ou non.

°°°

À la question que je me pose :
Faut-il occidentaliser le haïku ?, ma réponse est résolument : NON.

À l’inverse de se diriger vers un “haïku” où l’on tente, si j’ai bien compris, d’ injecter du sentiment, de la pensée, de la philosophie « à l’occidentale » – au risque de le galvauder, de le dénaturer – une des préoccupations de Bashô n’était-elle pas que le haïku meure d’artificialité ? – et Buson lui-même “ entend décrire l’essence des choses sans la moindre béquille philosophique “ (in : « petite histoire du haïku » de Corinne Atlan et Zéno Bianu dans Anthologie du poème court japonais Ed. poésie-Gallimard, p.209) -,
au lieu de faire et promouvoir – comme c’est souvent le cas en France, et en francophonie – l’un peu tout et n’importe-quoi en trois vers, il me semble primordial de préserver et consolider, par-delà les formes, l’esprit originel du haïku, en remontant sans cesse à ses sources ;
primordial d’observer et de respecter (comme dans d’autres pays : Japon, Etats-Unis, Angleterre entre autres) les distinctions entre genres apparentés au haïku ( je pense au senryû en premier lieu )
, ou bien alors (il faut) rebaptiser ces simili-haïkus, qui en oublient l’esprit et en perdent la saveur.  »

°
(c) Daniel Py, Paris, 24 septembre 2004.

plume

25 octobre 2009

°

Octobre
une plume
tombe

°

d.(10/09)

Jisei de haijins E). JDP – Y. Hoffmann

25 octobre 2009

°

(p.160)
de ENSEI

(mort le 16° jour du 5° mois de 1725) :

Itsu totemo
iki hikitoru ga
mi no seibo

Un cadeau de départ pour mon corps :
juste quand il le voudra,
mon dernier souffle

°

(p.161)
de ENSETSU
(mort le 19° jour du 9° mois de 1743, à l’âge de 73 ans)

Kono kai ni
ni-do to yô nashi
aki no kaze

rafale d’automne :
je n’ai plus rien à faire
en ce monde

 » Au haïku écrit avant sa mort, il joignit, comme c’était la coutume chez les moines zen, un poème de mort en chinois également :

Beaucoup de choses me sont arrivées en suivant le Bouddha
pendant soixante-treize ans.
Qu’est la mort ?
Librement, de mon être véritable,
Ho ! Ho !

°

Jisei de haïjins D). JDP – Y. Hoffmann

25 octobre 2009

°

de DONSUI,
mort le 4° jour du 10° mois de 1729 :

hasu no mi no
tonde jippô ni
asobikeri

Des graines de lotus
sautent gaiement
dans (les) dix directions

°
(p.159)

résultats partiels du kukaï de Paris n° 34 du 24/10/09

24 octobre 2009

Voici nos résultats du 34ème Kukaï de Paris, ce 24 octobre 2009.

En présence de neufs amateurs de haïkus, 29 textes furent échangés, dont 17 obtinrent une voix ou plus.

°

Avec quatre voix :

L’enfant crie « papa »
trois hommes inquiets
lèvent la tête

de Monique Coudert,

et :

Salle de bains –
des feuilles de vigne
à la fenêtre

de Daniel Py.

°

Avec trois voix :

Courte nuit.
Une fleur rouge a fleuri
au bout de la vigne.

de Kobayashi Issa (1763-1827),

et :

Personne ici.
Seulement un fauteuil
à l’ombre des pins.

de Masaoka Shiki (1867-1902).

°

La suite des résultats est visible sur le blog du kukaï de Paris :
http://kukai.paris.free.fr/blog/

Bravo
et merci à toutes et à tous !

°

N.B. : les haïkus japonais sont extraits de Les grands maîtres du Haïku, coll. Chemins de sagesse, éd. Dervy, 2003,

°

Notre prochaine (35ème) réunion aura lieu le 14 novembre, en présence d’anna (Montpellier), de Micheline Beaudry et de Lise Robert (Québec), nos invitées privilégiées.

à bientôt donc, pour de nouvelles découvertes !
daniel

kukaï de Paris du 14 novembre (# 35) – News

22 octobre 2009

°

Dernière (bonne) nouvelle :

Micheline Beaudry et Lise Robert seront de passage à Paris entre le 12 et le 18 novembre prochain. Elles nous feront l’honneur de venir assister – et participer – à notre kukaï (# 35) de novembre, le samedi 14 !
Nous les recevrons comme il se doit !
Prévoir une séance plus longue que d’habitude, probablement – jusqu’à 19h30 ? –
puisque nous accueillerons notre chère anna également ce jour-là !
Abondance de biens et de personnes « profitera » !

bien à vous,
daniel

craindre

22 octobre 2009

°

que faut-il le plus craindre :
l’épouvantail
ou le fermier ?

°

…il compte bien ramasser
l’argent du leurre !

°

d.(22/10/09)