Compte-rendu du 114ème kukaï de Paris

12 juin 2016

En présence de 17 personnes (dont quatre « nouvelles » : Corinne, Marine, André, Serge), 32 haïkus ont été échangés. 24 ont obtenu une ou plusieurs voix.

Avec 5 voix :

vent de l’aube

des ondes de silence glissent

sur l’étang… *

: Philippe Bréham.

* : dans la baie de Talloires, sur le lac d’Annecy.

°

Avec 4 voix :

décrue –

elle chasse la mouche

avec son soutien-gorge

: Valérie Rivoallon;

lune de miel *

couper en deux

le premier melon

: Eléonore Nickolay.

* = également, nom d’une sorte de melons

°

Avec 3 voix :

Pots restés vides

au bord de la fenêtre

– Une abeille hésite

: Corinne Fy;

Quand la vie s’achève

au plus près du coeur –

les coquelicots

: Catherine Noguès;

soir orangé

dans le pin parasol

un roucoulement

: Cécile Duteil.

°

Avec 2 voix :

Arbres clowns

quand titubent les branches

le rire du vent

: Nicolas Lemarin;

bureau de vote –

dehors sur le parvis

d’autres pigeons

: Ben Coudert;

Checkpoint Charlie

il vend les cailloux du mur

en chocolat

: Philippe Gaillard;

Des herbes folles

cachent la vieille tombe

la croix dépasse

: Nicolas Lemarin;

Fente sur le mur

Au coeur de mon père aussi

une zébrure

: Monique Leroux Serres;

Heure de la criée –

Avant les pêcheurs

Les mouettes sur le quai

: Danièle Etienne-Georgelin;

Inondation –

Jusqu’au centre-ville

Les canards en goguette

: Danièle Etienne-Georgelin;

la caissière du manège

quelles idées lui tournent

dans la tête?

: Eléonore Nickolay;

palais du Louvre –

quelque chose de sournois

dans son sourire

: Ben Coudert;

Rêves d’azur

sur les carreaux de faïence

du métro Jasmin

: Philippe Gaillard;

Sur ses épaules –

Comptant les nuages-chiens

Avec mon père

: Hiro Hata.

°

Avec 1 voix :

cour de Montreuil

un robinet et des fleurs

le royaume d’un enfant

: Jacques Quach;

cyprès immobiles

des peluches d’arbres

montent dans la lumière

: Cécile Duteil;

la feuille sèche

et son ombre

glissent sur l’étang

: Daniel Py;

Le ciel, ce drap flou

que l’on aurait secoué!

Je rêve d’ivresse

: André Orphal;

Premier printemps –

un amour * en fleurs

sur la vigne nue

: Catherine Noguès;

* = un amandier.

Rayon de soleil

Bien entouré, le réfugié

nourrit les oiseaux

: Monique Leroux Serres;

Sur le sol

l’ombre passante

d’un vol d’oiseaux

: Corinne Fy.

°

Sans voix, mais remarqué :

Quatre lézards

et un papillon –

butin de mes yeux

: Valérie Rivoallon.

°°°

Je propose que notre prochain kukaï, qui doit avoir lieu le samedi 2 juillet (à 15 h), se fasse au Parc des Buttes Chaumont. R-V devant les grilles principales de l’entrée face à la Mairie du XIXè Arrdt. En cas de mauvais temps nous nous rabattrons – comme il y a deux ans – sur le bistrot à l’angle ouest de la place, qui doit se nommer le Bonaparte, ou quelque chose d’approchant!

°°°

En attendant, j’ai été chargé par Brigitte Peltier, d’organiser un kukaï, samedi 25 juin, lors du 10è Salon des Editeurs Indépendants du Quartier Latin, qui aura lieu au Lycée Henri-IV (23 rue Clovis, Paris Vè), du 24 au 26 juin prochain, autour du haïku et des écritures du Japon. Si cela vous intéresse, vous devrez vous inscrire (et pour le Salon et pour le kukaï) auprès de Brigitte, en allant voir sur :

http://www.pippa.fr

Le kukaï aura lieu à 16h30, mais vous pourrez apprécier avec profit la musique de notre ami compositeur Renaud Gagneux, qui a écrit des pièces (brèves) autour de haïkus (de Bashô, d’Issa, de Seegan (Laurent) Mabesoone…, et ce, à partir de 16h.!

°°°

D.

 

 

Compte-rendu du kukaï de Paris 113 :

22 mai 2016

En présence de notre amie invitée d’honneur Jeanne Painchaud, du Québec, de passage en France, nous étions 18 participants à notre réunion de samedi dernier.

Après un tour de table pour nous présenter, Jeanne nous a parlé de son parcours de haïkiste, et de ses ouvrages, dont le dernier, qu’elle avait apporté, et qui a recueilli un franc succès :

Découper le silence (Regard amoureux sur le haïku), éditions Somme toute, Montréal (QC), 2015,

qui, selon ses propres paroles, est le livre qu’elle aurait voulu pouvoir lire, quand elle a débuté dans le haïku. J’en extrais le haïku inspiré par son fils (haïku qui « appartient » à son premier recueil de haïkus : Je marche à côté d’une joie (première édition : Les heures bleues, 1997; deuxième édition : éd. de L’instant même et éd.Les 400 coups, 1997.) :

Ta petite question

Au-dessus de mon livre:

« tu lis le blanc ou le noir? »

°

Puis nous avons procédé à notre « kukaï » proprement dit, où trente-neuf haïkus ont été échangés. Vingt-sept d’entre eux ont obtenu une voix ou plus.

°°°
Avec quatre (4) voix :

Par la porte ouverte

Un peu de lumière

sur la lumière

: Monique Leroux Serres;

rosée matinale –

le chat a l’air

de marcher pieds-nus

: Antoine Gossart;

trop petites ses mains

pour tant de coquillages

: Patrick Fetu;

vent du large –

il déploie ses ailes

l’oiseau de papier

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis.

°

Avec 3 (trois) voix :

petit déjeuner –

la vie retrouve

un goût de miel

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis;

sommeil flottant

les canards immobiles

posés en plein ciel

: Antoine Gossart;

tombes oubliées –

leurs noms lus

à voix haute

: Michel Duflo.

°

Avec deux (2) voix :

bruit feutré

des roues de la poussette

dans les pétales du cerisier

: Lucia Dinga-Supova;

dernier métro

la nuit plus intense

le regard des hommes aussi

: Jeanne Painchaud;

pleine lune

poches vides

des soirs comme ça

: Jeanne Painchaud;

ses larmes

elle les garde pour les pierres –

une fourmi s’abreuve

: Valérie Rivoallon;

sur la photo

déchirée une jeune fille

inconnue – ma mère

: Jacques Quach;

sur Skype

un ami mort

déconnecté

: Martin Dinga;

tableau –

l’air penché

du contrebassiste

: Daniel Py;

un lézard veille

sur la pierre tiède

le temps immobile

: Nicolas Lemarin;

vue panoramique –

sur 180 degrés

le brouillard

: Michel Duflo;

°

Avec 1 (une) voix :

ces quatre feuilles rouges

gardent en silence

le souvenir de l’automne

: Philippe Bréham;

couloir d’hôpital

à la chambre douze –

un air d’opéra

: Jacques Quach;

envie pressante –

plus accessible que jamais

le mur Facebook

: Minh-Triêt Pham;

Fraises matinales –

Les petits avalent 

avec gouttes de rosée.

: Hiro Hata;

Légère brise

De pétales de cerisier

baptisée

: Monique Leroux Serres;

L’ombre du mûrier

au pas du soleil couchant

rejoint le muret

: Nicolas Lemarin;

Pissenlit –

J’ai hésité avant de choisir

toute seule.

: Hiro Hata;

porte cochère

deux amoureux

ne font plus qu’un

: Patrick Fetu;

Rafale de vent

entre les pâquerettes

neige de pétales

: Marie-Alice Maire;

Sur sa manche

un pétale de cerisier

le SDF mendie

: Marie-Alice-Maire;

un homme souriant

apporte six parapluies

au cimetière

: Daniel Py.

°°°

Bravo et merci à toutes et tous (et à Jeanne d’avoir accepté notre invitation, et de nous avoir gratifié de moments très chaleureux et enrichissants)!

Notre prochain kukaï aura lieu samedi 11 juin, le week-end même du Marché de la Poésie, place Saint-Sulpice, à Paris.

°°°

 

 

 

 

 

 

Vendredi 20 mai à la librairie Pippa, 14-19h.

19 mai 2016

Bonjour!

Demain, vendredi 20 mai, rendez-vous à la librairie-galerie Pippa, 25 rue du Sommerard, 75005 (M° Cluny-La Sorbonne) à partir de 14 heures (et jusqu’à 19 h)

en présence de Brigitte Peltier, notre hôtesse, la poétesse québécoise Jeanne Painchaud, votre serviteur, Laurent (Seegan) Mabesoone par Skype – du Japon, et vous-mêmes!

Jeanne Painchaud fera une présentation-vente-signature de son dernier ouvrage sur le haïku : Découper le silence, Regard amoureux sur le haïku, éd. Somme toute, Montréal 2015;

j’aurai l’honneur de présenter les Haikus sur les chats de Kobayashi ISSA, choisis , présentés et traduits du japonais classique par Seegan (Laurent) Mabesoone, qui pourra nous en entretenir également par écrans (skype) interposés, depuis le Japon, où il réside, en début de séance le plus probablement  (vu le décalage horaire entre nos deux pays!). L’éditrice en est, évidemment, Brigitte Peltier (éditions Pippa), et l’ouvrage en est tout récent (2016).

Nous vous y espérons, évidemment, nombreux!

Merci d’avance!

D.

 

 

 

 

 

Kukaï de Paris #113, samedi 21 mai 2016

19 mai 2016

Bonjour!

Notre 113è kukaï de Paris aura lieu samedi 21 mai (après-demain!) à 15 heures au bistrot d’Eustache, 37 rue Berger, 75001 Paris.
Notre amie québécoise Jeanne Painchaud en sera l’invitée d’honneur.
Elle nous présentera son dernier ouvrage : Découper le silence, Regard amoureux sur le haïku, éd. Somme toute, Montréal 2015.

 

à samedi!

 

D.

 

 

 

Sôkan (1464-1552)

17 mai 2016

Sôkan (1464-1552)

Un des plus grands maîtres du haïkaï, élève de Ikkyû (1394-1481), et moine.

Posant ses mains sur le sol

la grenouille respectueusement

récite son poème

(Un verset d’Issa s’en rapproche :)

La grenouille

assise, chante

comme Saigyô

(Saigyô (1118-1190) devint moine à vingt-trois ans et voyagea à travers tout le pays en composant des waka).
Sôkan fait partie de ceux qui établirent le lien fondamental entre haïkaï et humour. Il ne perdit jamais son sens de l’humour, jusqu’à sa fin. Son poème de mort est un waka :

Si les gens demandent

où est parti Sôkan,

répondez-leur :

« Il est parti pour affaires

dans le monde d’après »

(Sôkan fait constamment des jeux de mots, et ici le jeu de mots porte sur « yo », le monde, et « yô », les affaires.)

On dit qu’il écrivit dans son journal :

Grande classe : les visiteurs qui partent tout de suite

Classe moyenne : ceux qui s’en retournent le jour-même, et

ceux qui restent : les plus vils d’entre tous. »

Cent-cinquante ans plus tard, Etsujin (1656-1702), un des « Dix Sages » de Bashô, écrivit :

Même si l’on m’appelle

le plus vil des visiteurs, 

ce logis fleuri!

, signifiant que même ainsi il chantera les fleurs de cerisiers :

gege no ge no kyaku to iwaren hana yo yado

Ce « ge-ge », Issa l’utilisera plus excessivement encore :

Pauvre, pauvre, oui, pauvre,

la plus pauvre des provinces, et pourtant

sentez cette fraîcheur!

en répétant sept fois ce son « ge » :

gege mo gege gege no gekoku no suzushisa yo

comme pour enfoncer les clous du cercueil de sa pauvreté : pauvre homme dans un pauvre village d’une pauvre province. Mais du fond de cette pauvreté il s’écrie : « Comme sont plaisants les courants frais qui viennent jusqu’à nous! »

S’ils passaient sans bruit

les hérons ne seraient

qu’une ligne de neige

à travers le ciel 

Même au moment

où mon père mourait,

je continuais de péter.

 

°°°

(à partir de « Haiku » de R.-H. Blyth.)

(trad. fr. : D. Py)

Le Tanka Japonais Moderne 6/6 par Makoto Ueda

8 mai 2016

in Modern Japanese Tanka, introduction (suite et fin) (Extraits) :

Le tanka dans le Japon d’aujourd’hui :

  Dans le Japon d’aujourd’hui, le tanka semble plus florissant que jamais. En plus des deux revues principales de tanka publiées depuis la période de l’après-guerre, deux autres ont vu le jour : la première en 1977, la seconde en 1987. De plus, plusieurs centaines de « petites revues » publient des tankas de groupes disséminés partout dans le pays.

En 1979 et 1980, un éditeur majeur publia 20 volumes de « Shôwa Man’yôshû » (« Man’yôshû de l’ère Shôwa ») rassemblant quelques 50 000 tankas écrits sous le règne de l’Empereur Shôwa.
Une autre grande maison d’édition publia le « Gendai tanka zenshu » (« La grande collection du tanka moderne ») en 15 volumes, en 1980 et 81, rendant lisibles virtuellement tous les livres importants de tanka publiés pendant les derniers cent ans.

Puis, en 1987 « Sarada kinenbi » (« L’anniversaire de la salade »), un mince volume de tankas composé par une jeune professeure devint un grand best-seller, vendant quelques deux millions d’exemplaires en six mois. (…)

Parmi beaucoup de poètes talentueux écrivant du tanka aujourd’hui, deux ont été sélectionnés pour cette anthologie : Sasaki Yukitsuna (né en 1938) et Tawara Machi (née en 1962). (…)

Yukitsuna commença sa carrière comme représentant des « jeunes hommes en colère ». Il était contre l’ordre établi du tanka, entre autres, mécontent de l’attitude neutraliste des réalistes du « shasei » et de l’élitisme des poètes de l’école d’art.(…) Ses tankas sont vivaces, non-sentimentaux et affirmatifs, s’adressant à l’humanité dans une langue virile, sonore. On a donné à ses tankas le label de « otoko uta » (« poésie masculine »)(…) Mais beaucoup de ses adeptes féminines l’imitèrent. La plus éminente d’entre elles étant :

Tawara Machi. (…) Ses tankas affirment également l’humanité et célèbrent ses aspects positifs mais avec des thèmes et dans un langage plus familiers, proches des lecteurs moyens que ne le sont les oeuvres de Yukitsuna. (…)

Quels sont les charmes de la forme ancienne des 31 syllabes aux yeux des lecteurs et des poètes d’aujourd’hui qui mènent une vie complètement différente de celle des poètes du « Kokinshû »? (…)

Quelques exemples parmi les poètes vivants :

Kondô Yoshimi, un architecte, semble avoir été attiré par la beauté simple de la structure en 57577 syllabes. (…)

Tsukamoto Kunio, par contraste, s’intéresse à la forme du tanka précisément parce qu’elle est pré-moderne et contient donc une beauté et un ordre qui ont été perdus en cet époque moderne. (…)

Sasaki Yukitsuna écrit du tanka, dit-il parce qu’il croit que la forme poétique ancienne est fondamentalement un langage poétique à la première personne, langage qui peut peut-être encore surmonter la séparation du langage d’avec les choses qu’il est censé désigner. Pour Tawara Machi, l’attrait principal du tanka est plus fonctionnel que philosophique. Elle considère que la forme pré-déterminée du verset est un « filet » qui filtre le désordre de l’expérience. Elle apprécie la tension qu’elle ressent lorsque son filet filtre l’essentiel et laisse le reste. Beaucoup d’autres explications sont fournies par des poètes contemporains, quant aux charmes du tanka, sans qu’il y ait un consensus apparent entre eux. (…)

La forme du tanka est fixe et cependant flexible. Il offre une forme toute faite de sorte que les poètes n’ont pas à se soucier de la forme de leur énonciation verbale et cependant la forme est si malléable qu’ils peuvent la plier presque à volonté. (…)

Une question (plus) pertinente pourrait être de se demander si la forme du tanka est assez universelle pour être transplantée en sol étranger et pousser aussi vigoureusement que le haïku. Ayant lu quelques exemples récents de tankas anglais, j’ai tendance à le penser. »

Makoto Ueda.

(trad. fr. : D. Py).

Le Tanka Japonais Moderne – 5/6 par Makoto Ueda

8 mai 2016

in Modern Japanese Tanka, introduction (suite) , extraits :

Le tanka d’avant-garde :

Le tanka d’avant-garde désigne les oeuvres de certains jeunes poètes qui, avec leurs énergie saisissante et technique audacieuse  , choquèrent les lecteurs lambdas de tanka au milieu des années 1950. (…) Leurs tankas étaient moins lyriques que ceux des « Modernistes ». Ils semblaient plus socialement conscients. Ils avaient aussi tendance à avoir une technique plus intellectuelle, un ton plus ironique et une expression plus abstruse.

On peut voir clairement ces éléments dans les oeuvres de Tsukamoto Kunio (1922-2005). (…) Il défendait le « réalisme de l’âme » (…) Comme font souvent les haijins, il prend avantage de la forme fixe courte pour présenter des images entrant mutuellement en conflit, créant ainsi une comparaison ou un contraste saisissants. (…) Il y ajoute souvent la technique du waka de l’allusion classique. Le sens de ses poèmes est souvent enrichi par des allusions ironiques à l’héritage culturel du Japon et de l’Occident, dans lesquels il est immensément versé.

Nakajô Fumiko (f. 1922-1954) : Ses tankas étaient hardiment radicaux et une un impact saisissant sur la scène du tanka du milieu du siècle. (…) Pendant la période où elle écrivit ses plus beaux tankas, elle savait qu’elle allait mourir d’un cancer du sein. Sa vie, avant cela, avait été très malheureuse. (…) Elle était à l’aise avec la forme du tanka parce qu’elle ressentait que son enfermement syllabique était semblable à la vie confinée qu’elle menait dans un pavillon de cancéreux. (…) Pour Fumiko, qui ne croyait en aucune religion, le tanka était sa lumière et son salut.

Le tanka dans le Japon d’aujourd’hui :

(à suivre…)

 

(Trad. de l’anglais : D. Py.)

 

 

 

Le tanka Japonais Moderne 4/6 – par Makoto Ueda

8 mai 2016

dans Modern Japanese Tanka : « Introduction » … suite (Extraits) :

La deuxième guerre mondiale et ses conséquences :

Peu de chefs-d’oeuvres littéraires virent le jour entre 1937 et la défaite du Japon lors de la 2è guerre mondiale, comme le gouvernement de l’époque restreignait largement la liberté de parole. (…) La fin de la guerre, en 1945 (…) marqua pour les poètes et les écrivains le début d’une période qui leur permit d’écrire tout ce qu’ils voulaient. (…)

Les poètes de tanka avec des tendances de gauche fondèrent le « Jinmin Tanka » (« Le tanka du peuple ») six mois après la fin de la guerre.

Le groupe « Araragi » qui avait arrêté sa revue en 1944, reprit sa publication.

Les poètes aux penchants plus romantiques se rassemblèrent pour faire revivre « Myôjô » en 1947.

Une nouvelle génération de poètes peu satisfaits de la plupart des théories et pratiques des poètes d’avant-guerre fondèrent la « Société des Nouveaux Poètes de Tanka » à la fin de 1946. Ils commencèrent à échanger des idées sur la manière de pouvoir créer des tankas qui refléteraient la société radicalement nouvelle qui commençait à émerger dans l’après-guerre. C’est ce groupe de poètes qui en vint à produire quelques unes des meilleures oeuvres de l’après-guerre, et donna le ton pour les poètes de tanka de la deuxième moitié du XXè siècle.

Un des deux auteurs de la Société est Kondô Yoshimi (né en 1903), bien qu’il ait été associé au groupe « Araragi » dans sa jeunesse (…) Comme les poètes du courant dominant d' »Araragi », il croyait au « shasei » comme principe de composition du tanka. A leur différence, cependant, il croyait que le sujet de la poésie devait refléter le désir du poète de changement social. (…) « Nous devons voir la (vie) telle qu’elle devrait être tout en regardant la réalité telle qu’elle est. » (…) Dans son optique, aucun poète ne pouvait dépeindre la vie sans être conscient de la situation politique contemporaine. Son tanka traite donc librement de la bombe atomique, de la guerre de Corée, du Traité de Sécurité Mutuelle USA-Japon, et de la guerre du Vietnam – tous observés par les yeux d’un intellectuel concerné qui croit fermement que l’homme peut créer un monde meilleur par des moyens politiques.

L’autre membre éminent de la « Société des Poètes du Nouveau Tanka » était Miya Shûji ( 1911-86) qui alla dans une direction différente de Yoshimi dans sa quête d’innovation du tanka d’après-guerre. (…) Shûji n’avait pas ou peu de foi dans le gouvernement. En 1949 il se déclara « solitaire » (…) Sa méfiance envers le gouvernement ne signifiait pas un désintérêt pour la politique ou la société, et il continua en écrivant des tankas sur des sujets tels que les Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, l’invasion soviétique de la Hongrie et les révolutions en Irak, d’un point de vue détaché des idéologies politiques. Il avait commencé à écrire des tankas sous Kitahara Hakushû, mais sa poésie ultérieure se rapproche des meilleurs poèmes écrits par les poètes d' »Araragi ».

Le tanka d’avant-garde. :

(à suivre…)

(trad. de l’anglais : D. Py).

Le tanka moderne japonais 3/6 – par Makoto Ueda

8 mai 2016

(suite de l’Introduction – p. xxvii – extraits) :

Les « Modernistes » :

Le mouvement gauchiste a eu pour effet de polariser la scène du tanka contemporain, car il poussa les poètes du camp opposé plus loin dans la direction de la poésie « pure », dénuée d’implications politiques et sociales. Les poètes de ce dernier camp étaient connus comme « modernistes » parce que, comme leurs homonymes européens, ils croyaient en l’art pour l’art, au désir de s’échapper de la sordide réalité de la vie, et à une préférence pour l’imagerie surréaliste et le langage symbolique. (…)

Ils insistaient pour que la poésie s’adresse non seulement à la réalité sociale existante, mais à l’expérience humaine universelle (…)

Il semble indubitables que leurs meilleurs tankas sont plus lisibles aujourd’hui que quoi que ce soit écrit par le mouvement gauchiste.
En 1930, quelques modernistes formèrent l’Ecole d’Art du Club de Tanka. Son principal organisateur, Maekawa Samio (1903-1990) devint le chantre des poètes anti-prolétariens grâce à son premier recueil de tankas Shokubutsusai (Le Rite des plantes) (…) « On ne doit jamais trouver le tanka impliqué dans des luttes contre la réalité boueuse », écrivit-il à 48 ans. « Il se trouve dans l’émotion abstraite, sans forme ni figure visibles, et fait la sorte de murmures que les ailes d’un ange feraient dans le vent. » Cependant, avec tout son enthousiasme pour un tel vol libre de l’âme, il ne fut pas tenté d’écrire des tankas de style libre. Il essaya d’utiliser la forme fermée conventionnelle pour créer une tension avec ce qu’il renfermait, et réussit remarquablement dans cette tentative.

Une autre figure du camp moderniste fut Saitô Fumi (f.)(1909-2002) qui débuta en poésie avec l’aide de Samio. Ses tankas, comme ceux du poète plus âgé, sont remplis d’images surréalistes qui suggèrent sa recherche persistante d’idéaux au-delà de la réalité du monde. Dans sa préface au premier livre de Fumi : Gyoka, Samio prédisait qu’elle serait la première femme d’envergure depuis Yosano Akiko. Elle justifia cette prédiction, mais en explorant une région du tanka distinctement différente d’Akiko.

La 2ème guerre mondiale et ses conséquences

(à suivre…)

 

Yosano Tekkan (h)(1873-1935) par Makoto Ueda

8 mai 2016

in Modern Japanese Tanka, pp. 1-12 (extraits) :

Fonda la revue « Myôjô » (Le bastion du romantisme) en 1900. Epousa Akiko (Yosano) en 1901 en troisièmes noces.

°°°

j’oublierai que je t’ai vue

debout avec un regard stupéfait

mains tenant tes seins

quand un tremblement de terre se produisit ce matin

alors apporte-moi à boire, ma chère

les coquelicots en fleur

me rappellent

ces lèvres que j’embrassai

allongé dans un grenier

éclairé par le soleil du soir

yeux fixés

sur le cou d’un chameau

qui se tient immobile

moi aussi j’attends tranquillement

l’approche de mon heure

sans bourgeons

cette vigne continue de grimper

tout droit

avec l’intention de ne fleurir nulle part

sauf dans les cieux

elle chante et chante

fort, longtemps et sans honte

ne connaissant pas

l’art du poème plus court

cette cigale

à la différence de leur père

quelles heureuses carrières attendent

tous mes enfants

qui ne montrent absolument aucune crainte

de l’algèbre ni d’un chien

sans bruit

un groupe de nonnes en robes noires

passe

ne laissant derrière elles

que la lueur du soir

°°°

(trad. de l’anglais : D. Py).


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 46 autres abonnés