Archive for janvier 2014

Compte-rendu du Kukai de Paris n° 85

22 janvier 2014

Résultats du kukaï de Paris n° 85 du 18 janvier 2014 :

En présence de 17 personnes, 56 haïkus furent échangés. 27 d’entre eux obtinrent une ou plusieurs voix.

Avec 7 voix :

minuit – / au bout de mon doigt / le brouillard
: Valérie Rivoallon.

Avec 6 voix :

premier à entrer / dans la nouvelle année / mon pied gauche
: Michel Duflo.

Avec 3 voix :

Mékong – / Seul à voguer ce soir / Le soleil couchant
: Isabelle Ypsilantis.

Avec 2 voix :

à l’ombre du pin / nous sommes trois / grâce à la lune !
: Philippe Bréham,

au bout du fil / de sa pelote grise / la banlieusarde
: Éléonore Nickolay,

cabane créole – / porté par le vent / un air de jambalaya
: Cécile Duteil,

Creux de l’hiver / la lumière / à l’intérieur
: Gwenaëlle Laot,

Grand Pardon – / En retrait deux femmes / fixent l’horizon.
: Patrick Fetu,

les enfants partis / la balançoire grince / au moindre souffle
: Roselyne Fritel,

Miroir / dans la buée / un sein
: Gwenaëlle Laot,

Nuit noire – / les lumières des réverbères / dansent sur la mer
: Lydia Padellec,

premières lueurs – / un serpent d’eau coupe / la rivière en deux
: Michel Duflo,

Soleil de décembre – / les oiseaux chantent / une autre saison
: Iocasta Huppen,

voie lactée – / je baisse la tête / pour ne pas me cogner
: Michel Duflo.

Avec 1 voix :

Avec un radiateur / et sans toiles d’araignée / Ah ! être ermite !
: Monique Leroux-Serres,

certains soirs d’hiver / la terre tourne / autour de la lune.
: Vincent Hoarau,

Ciel bleu d’automne – / la lune et les mouettes / au ras des vagues
: Lydia Padellec,

De la fenêtre / bras tendu vers les glaçons / l’heure de l’apéro
: Danièle Étienne-Georgelin,

jour d’anniversaire – / sur le reste du gâteau / un cheveu blanc
: Minh Triêt Pham,

le chauffeur de bus / termine son jeu de courses – / départ imminent
: Minh Triêt Pham,

Pensée – / À peine éclose / Déjà disparue
: Isabelle Ypsilantis,

petits vieux / autour de la crèche / attendant l’heure du repas
: Daniel Py,

Rien ne bouge / Dans la danse des flocons / Le cri d’une corneille
: Danièle Étienne-Georgelin,

semences en soldes / la vieille dame se ravitaille / pour le printemps
: Éléonore Nickolay,

Soleil glacé – / les yeux d’une corneille / me jettent un froid
: Marie-Alice Maire,

Sous le soleil timide / ses mains font pousser / des bourgeons d’envie
: Iocasta Huppen,

vitre embuée / elle dessine de son doigt / la pleine lune
: Marie-Alice Maire.

°

Furent également remarqués :

À travers la fenêtre / de ma voisine d’en face / deviner la mer
: de Lydia Padellec,

Soldes d’hiver / deux frères contemplent leurs / boîtes de billes
: d’Éléonore Nickolay,

et :

une guerre de plus – / l’enfant suit du regard / la dernière luciole
: Cécile Duteil.

°

Le prochain (86è) kukaï de Paris aura lieu le samedi 8 février 2014, même lieu, même heure.

°

À la suite du kukaï, Lydia Padellec a présenté (ainsi que les auteurs, qui ont lu des extraits de leurs recueils, aux éditions de la Lune bleue) :
• De seuil en seuil de Colette Nys-Mazure, avec les peintures de Jean-François Ramolino
• Le temps fait corps avec la terre de Sylvestre Clancier, avec les acryliques de Lydia Padellec
Un dîner clôtura cette (belle) soirée.

À très bientôt !

Daniel.

°

Publicités

« kigo or not kigo » – Ploc 48

20 janvier 2014

Satisfaction à la lecture du « texte issu d’un entretien avec Seegan Mabesoone » (animateur d’un récent kukai-inter-kukai à Paris), publié récemment dans Ploc! 48,
sous le chapitre « L’absence de kigo de nos jours au Japon », qui relativise adéquatement l’importance donnée à Ban’ya Natsuishi dans le monde du haïku ! :

« Il existe actuellement un haijin, dont l’importance est très relative au Japon, qui continue dans le muki haïku (= haiku sans « kigo »), avec une théorie des « keyword » (= mots-clés) peu compréhensible : c’est Natsuishi Ban’ya. »

« Ce haïjin a malheureusement pris des libertés à l’étranger en se présentant (avec son association « World haiku ») comme représentatif d’un courant majeur qui se serait définitivement libéré de la contrainte dépassée du kigo… Ce qui bien sûr ne correspond absolument pas à la réalité japonaise, loin de là. »

Satisfaction, donc (mêlée de soulagement…) : j’avais un peu l’impression – Don Quichottesque ? – de me battre contre quelques moulins à vent… me sens donc moins seul, dorénavant !
;-)
Daniel

85è kukai de Paris samedi 18 janvier 2014

14 janvier 2014

Bonsoir !

Notre prochain Kukaï de Paris aura lieu samedi 18 janvier 2014
(même lieu, même heure que d’habitude ! cf plus bas !)

Et nous y verrons de nouvelles têtes !

Par ailleurs, La Lune bleue a le plaisir de vous annoncer la parution de ses deux nouveaux livres :

• De seuil en seuil de Colette Nys-Mazure, avec les peintures de Jean-François Ramolino
• Le temps fait corps avec la terre de Sylvestre Clancier, avec les acryliques de Lydia Padellec
la Lune bleue vous invite à une rencontre le samedi 18 janvier à 19h, en présence des poètes Colette Nys-Mazure et Sylvestre Clancier, ainsi que l’artiste Jean-François Ramolino, au Bistrot d’Eustache (1er étage), 37 rue Berger, Paris 1 (M°Châtelet), après le Kukaï.Paris du même jour !

Pour ceux qui le souhaitent, nous pourrons dîner ensemble à la fin de la rencontre.

Qu’on se le dise !

Daniel (et Lydia Padellec)

Haïkus, etc. de Py – décembre 2013

2 janvier 2014

Haïkus, etc. de Py, décembre 2013.

°

1er décembre / ses mots doux / je fonds…

cloison de papier / où la frontière / entre haïku / et non-haïku ?

(Pour Danièle Duteil) : / Si le soir on gagne le lit, / au matin, le perd-on ?

« un seul mot : / WOOOHHAAA ! » / ( : pub. métro)

début décembre / un ours en peluche / entre rue et trottoir

sur ses roulettes / une pie / descend boire au lac // (été 2013, Jonzac)

début décembre / … / …

à terre / la tendresse / du ginkgo biloba // (début décembre – Reims)

dans une toile d’araignée / un trou / en forme de cœur

photographiant / … / …

sur le goudron noir / … / …

Ajoutant / des nuages aux nuages / l’incinérateur

la machine à pain / bippe 15 fois – premier anniversaire / de ton père décédé

si loin d’un plateau-télé / les couleurs des figurants du métro

kukaï franco-japonais / par la vitrine du bistrot / un badaud

les paumes / du maître du kukaï / maculées d’encre

ce soir, / … / …

ce matin / les mots / vapotent

ces concepts ne sont pas si concis !

S’émerveiller devant les mots, n’est-ce pas s’émerveiller devant le doigt qui montre la lune ?

Loue-t-il l’outil, s’il rutile ?

Nous ne demandons pas aux mots qu’ils soient « beaux », mais avant tout qu’ils sonnent juste !
Que la lyre rutile, peu importe, mais qu’elle soit surtout bien accordée (et qu’on la fasse « sonner juste » ! *)
* Il faut pour cela que le joueur ait une maîtrise aussi grande possible de son instrument (techniquement – et musicalement – , mais cela s’acquiert en travaillant, en jouant, de même que « c’est en lisant que l’on ** devient liseron » !

** Si l’on écrit « que l’on », c’est pour éviter les « qu’on » !

… Au filet du beau dire s’ébaudir –
S’ébaubir du beau sabir !…

À l’arrière du camion, / bâchées, / les feuilles de l’automne

Des élucubriques…

Reims – / un joggeur passe / rue de l’Écrevisse

Reims – / un joggeur pisse / rue de l’Écrevasse ( ? )

dans les roses du petit matin / un avion atterrit / – que màs ?

une petite chaussure / … / …

ouvrant fermant les cuisses / papillon(ne) nerveuse / à son portable // (SNCF, Paris-Clermont-Ferrand)

papillonnerveuse

ce pavillon, c’est une fleur !

langu / ille

l’aigu / ille

un balai cogne / dans un couloir / cloche du lundi

Quel est le son d’un balai ? / – La rambarde de l’escalier

les coups du balai / contre la rambarde de l’escalier – / les cloches du matin

Elle lève / les pans de son kimono / et s’accroupisse * / au bord de la route

( : cf ‘Hokusai aux doigts d’encre.’ de Bruno Smolarz, éd. Arléa, 2013, p.132, l. 25-27.) * : du verbe s’accroupisser (!)

un cheveu blanc … / … / …

Pégairolles de l’Escalette (au-dessus de Lodève) – paysages sauvages, désolés, ruines, magnifiques ! s’y balader !…

Dé / graiss / er // dé / glu / er // al / lég / er // le haïku lourd

un boum-boum de banlieue / dans la voiture / (au tô)t matin

huit cent mille emplois / – l’an ploie

« L’avenir du Japon dépend des ouvriers de Fukushima » ( : des Officiels, 30/12/13)

matin / le soleil / lui referme les yeux

au fond du lit / le savon de Marseille / anti-crampes

glissant / autour de la patinoire / le dernier jour de l’an

la patinoire rectangulaire – / le dernier jour de l’an

dernier crépuscule de l’année – / lissant la patinoire

le soir tombé, / la patinoire vide

dernière nuit de l’année / la patinoire grise

°°°