Archive for the ‘oiseau’ Category

De Sôkan à Chiyo-ni

1 février 2017

°

Sôkan (1464-1552) :

S’ils passaient sans bruit

les hérons ne seraient

qu’une ligne de neige

à travers le ciel

Chiyo-ni (1703-75) :

S’il ne criait pas

je ne distinguerais pas le héron.

Matin de neige.

(tr. Kemmoku-Chipot)

ou :

Si ce n’était pour leur voix

les hérons disparaîtraient

ce matin de neige

(tr. Blyth-Py)

°

Sôkan (1464-1552)

17 mai 2016

Sôkan (1464-1552)

Un des plus grands maîtres du haïkaï, élève de Ikkyû (1394-1481), et moine.

Posant ses mains sur le sol

la grenouille respectueusement

récite son poème

(Un verset d’Issa s’en rapproche :)

La grenouille

assise, chante

comme Saigyô

(Saigyô (1118-1190) devint moine à vingt-trois ans et voyagea à travers tout le pays en composant des waka).
Sôkan fait partie de ceux qui établirent le lien fondamental entre haïkaï et humour. Il ne perdit jamais son sens de l’humour, jusqu’à sa fin. Son poème de mort est un waka :

Si les gens demandent

où est parti Sôkan,

répondez-leur :

« Il est parti pour affaires

dans le monde d’après »

(Sôkan fait constamment des jeux de mots, et ici le jeu de mots porte sur « yo », le monde, et « yô », les affaires.)

On dit qu’il écrivit dans son journal :

Grande classe : les visiteurs qui partent tout de suite

Classe moyenne : ceux qui s’en retournent le jour-même, et

ceux qui restent : les plus vils d’entre tous. »

Cent-cinquante ans plus tard, Etsujin (1656-1702), un des « Dix Sages » de Bashô, écrivit :

Même si l’on m’appelle

le plus vil des visiteurs, 

ce logis fleuri!

, signifiant que même ainsi il chantera les fleurs de cerisiers :

gege no ge no kyaku to iwaren hana yo yado

Ce « ge-ge », Issa l’utilisera plus excessivement encore :

Pauvre, pauvre, oui, pauvre,

la plus pauvre des provinces, et pourtant

sentez cette fraîcheur!

en répétant sept fois ce son « ge » :

gege mo gege gege no gekoku no suzushisa yo

comme pour enfoncer les clous du cercueil de sa pauvreté : pauvre homme dans un pauvre village d’une pauvre province. Mais du fond de cette pauvreté il s’écrie : « Comme sont plaisants les courants frais qui viennent jusqu’à nous! »

S’ils passaient sans bruit

les hérons ne seraient

qu’une ligne de neige

à travers le ciel 

Même au moment

où mon père mourait,

je continuais de péter.

 

°°°

(à partir de « Haiku » de R.-H. Blyth.)

(trad. fr. : D. Py)

Kitahara Hakushû (Kitahara Ryûkichi)(h)par Makoto Ueda

7 mai 2016

in Modern Japanese Tanka, pp. 72-84 (extraits) :

Kitahara Hakushû (Kitahara Ryûkichi)(h.)(1885-1942) :

°°°

un enfant malade

joue de l’harmonica

dans la nuit

au-dessus du champ de blé

une lune jaune s’élève

presqu’invisible

au bout de mon doigt

une cicatrice bleue

douloureusement absorbe

l’éclat de l’été

mon oncle

soignant une attaque cardiaque

dans sa maison de campagne

regarde une fleur rouge

ce soir de printemps

chacune posée

sur une épaisse feuille d’oignon

des libellules

regardent apeurées

dans la lueur pourpre du couchant

DANS UN HÔPITAL DE TOKYO, PENDANT L’ETE 1911 :

solitude de l’été

tandis que l’anesthésiant lentement

engourdit mon esprit

le chant d’un insecte

résonnant comme une cloche

après avoir laissé ma femme

me quitter à cause de notre pauvreté

j’assemble

un treillis pour mes volubilis

avec des bambous et une corde

presqu’invisible

sur l’eau courante

une bulle bleue

touchée par les plumes caudales

d’un hochequeue

jour d’hiver

sur un plat froid

git un faisan

ses yeux semblent blancs

paupières fermées

pendant un accès

de toux intense

qui étrangle presque la gorge

un calme étrange

une fraction de seconde

°°°

(tr., d’après M.U. : D. Py).

Résultats du 111ème kukaï de Paris

15 mars 2016

Samedi 12 mars à 15 heures, nous étions 10 présents autour de notre table au bistrot d’Eustache.
Nous avons échangé 35 haïkus.

20 d’entre eux ont obtenu une voix ou plus.

°

Avec trois (3) voix :

midi au clocher –

brisant le silence glacé

le cri d’une pie

: Marie-Alice Maire.

°

Avec deux (2) voix :

bouse fraîche –

le paysan scrute

les nuages

: Michel Duflo;

dans la mienne

sa petite main

le chemin moins long

: Patrick Fetu;

Faux-pas au concours –

Dans les yeux de la danseuse

deux lacs

: Danièle Etienne-Georgelin;

grasse matinée

dans le creux des genoux

mon chien

: Eléonore Nickolay;

journée de prévention routière –

elle laisse entrevoir

son string fluo

: Minh Triêt Pham;

Le bref déclic

du compteur qui passe en nuit

Est-ce ainsi la mort?

: Monique Leroux Serres;

les papillons blancs

réjouissent les feuilles

leur donnent des ailes

: Catherine Noguès;

l’oiseau envolé,

la lumière se balance

: Daniel Py.

°

Avec une (1) voix :

belle connerie

le projet de loi d’El Khomri

au travail

: Daniel Py;

des heures durant

le vieux regarde la pluie

et moi le vieux

: Ben Coudert;

EHPAD

son passé lui échappe

le présent aussi

: Patrick Fetu;

la fleur de lotus

sous un rideau de pluie

retient son souffle

: Catherine Noguès;

L’équinoxe de printemps –

J’ai entendu le bruit de mes os

Quand j’ai bâillé

: Hiro Hata;

l’escalier sombre

de la maison d’enfance

loup y es-tu ?

: Jacques Quach;

le vieux chêne

tout nu sur un tapis de

jeunes jonquilles

: Jacques Quach;

premiers rayons –

passer encore ma main

dans ses cheveux

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis;

tête-à-tête

oublier le champagne

boire ses paroles

: Isabelle Freihuber-Ypsilantis;

ton souffle sur mon épaule

si légèrement senti –

mon rêve revient…

: Philippe Bréham;

Une luciole d’hiver

cet éclair est un poète

ou une fée?

: Hiro Hata.

°

Sans voix, mais remarqués :

abandonnée là

une paire de chaussures

remplie de grêlons

: Michel Duflo;

fin d’hiver –

un flamboyant en fleurs m’arrive

par carte postale

: Michel Duflo;

Glace hivernale

Sa longue barbe blanche

me tire une aumône

: Monique Leroux Serres.

°

Notre prochain kukaï aura lieu samedi 9 avril 2016, au bistrot d’Eustache, à 15 heures!

°

 

CHIYO-NI ou KAGA NO CHIYO (1703-1775)

6 mars 2016

Connue en tant que Chiyo-jo, pour indiquer une femme mariée, et plus tard Chiyo-ni, pour indiquer qu’elle était devenue moniale.

Alors que je réfléchissais à mon thème 

répétant « coucou »,

le jour pointa

: écrit alors qu’elle était toute jeune : demandant à un poète connu des leçons de hokku, il lui donna le thème le plus commun, et cependant le plus ardu : « coucou » (« hototogisu »), et alla se coucher dans la pièce attenante. A l’aube, elle lui offrit ce verset « parfait ». Le maître fut humilié par l’enfant.

Si ce n’était pour leur voix

les hérons disparaîtraient

ce matin de neige

 

J’ai oublié

que mes lèvres étaient fardées

à la source claire

 

Fleurs de lune!

quand la peau d’une femme

se révèle

: Elle trouve que sa peau nue est aussi blanche et transparente que les doux pétales du volubilis.

 

Le vent d’automne

résonne dans la montagne

cloche du temple

 

Aucune couleur d’automne

ne teint ce versant de la montagne –

un amour non partagé

 

La séparation de l’aube

inconnue

des poupées

: Les poupées ne connaissent jamais la solitude du petit matin, quand l’amant d’une femme est parti, après une nuit d’amour.

 

Des feuilles comme ombres d’oiseaux –

la solitaire

lune d’hiver

 

L’eau claire est fraîche

les lucioles disparaissent –

il n’y a rien de plus

 

Le papillon

quels sont les rêves

qui lui font

battre des ailes ?

 

Quoiqu’on porte,

qu’on a l’air beau

quand on admire la lune!

 

La couche nocturne du mendiant –

qu’elle est vivante et gaie

du chant des insectes!

 

Cent gourdes différentes

de l’esprit

d’un seul vin

: Cent significations proviennent d’une seule pensée (= un principe zen.)… C’est l’Esprit Poétique unique qui produit toute la poésie, tous les haïkus…

 

Je dors – je m’éveille –

comme il est grand le lit  

sans personne à côté!

: Supposé avoir été écrit par Chiyo qui, mariée à dix-neuf ans, devint veuve huit ans plus tard. Son poème était si célèbre qu’il inspira une parodie grivoise, écrite par UKIHASHI, une courtisane du quartier des plaisirs : « Si votre moustiquaire est trop grande, / pourrais-je la partager avec vous, / ô Chiyo ? »

 

J’ai vu la lune

Je termine ma lettre au monde par :

Respectueusement vôtre.

: Ce fut son poème de mort. « Kashiku » est une formule féminine élégante de conclure les lettres officielles.

 

(D’après The Classical Tradition of Haiku – An Anthology, éd. F. Bowers)

°°°

‘Une mare cachée’ : anthologie moderne de haïku – 18/24 :

31 mai 2015

°

cha ga saite kata no hotori no higure kana

Kusama Tokihiko (m) (1920-) Ancien Directeur du Musée du Haïku à Tokyo.

buissons de thé en fleur –
et le ciel s’assombrit
derrière mes épaules

°

shirakumo no ushiro harukeki koharu kana

Iida Ryûta (1920-)

Loin au-delà des nuages
qui dérivent blancs dans le ciel –
été indien

°

hitori kuru mata hitori kuru ochibamichi

Imai Tsurujo (f) (1897-1993) Membre associée du groupe de haïku Tamamo (« Algue ») mené par Hoshino Tsubaki.

quelqu’un s’avance
et puis un autre arrive –
le sentier dans les feuilles tombées

°

tôrei no umikiregire ni sabôrin

Sekimori Katsuo (1937-) Etudia avec Ôno Rinka ; est maintenant à la tête du groupe de haïku Seirei (« Libellule »).

par intermittences
entre les arbres du bord de grève –
une calme mer d’hiver

°

hi wa nigete fuyumeku kokoro nokorikeri

Hoshino Tsubaki (f) (1930-) A la tête du groupe Tamamo (« Algue »)

comme l’hiver lui-même
toute la lumière s’en est allée
ne laissant que mon coeur derrière

Ce haïku rappelle un verset célèbre de son grand-père Takahama Kyoshi (1874-1959) :

hebi nigete ware o mishi me no kusa ni nokoru

après qu’il a fui
les yeux du serpent me regardent
toujours dans l’herbe

°

fukurô ya tsuki ni ukabishi kakurenuma

Toyonaga Minoru (m) (1931-) Leader du groupe Fûju (« Vent et arbres »)

hululement d’un hibou –
les rayons de la lune se reflètent
sur une mare cachée

°

kaze yande chû tômei ya fuyu no kô

Katô Suiman (1930-) Mène le groupe de haïku Nichirin (« Soleil ») fondé par Susuki Takuo dans la préfecture de Gifu.

quand le vent tombe,
le ciel parfaitement transparent –
labour hivernal

°

(A suivre, p. 204)

Haïkus, etc Py – février 2015

21 mai 2015

°

livre neuf –
un cil
coche un haïku

sur le chemin
du stage de bâton ce matin :
un livre de haïkus,
les cris des mouettes sur la Seine

lundi matin 2 février,
une fine couche de neige –
la mousse de l’eau de vaisselle

10 ans :
au lieu de sauter à la corde
elle saute à la bombe –
Boko Haram

des piaillements
percent le froid du matin noir
début février

il s’est bien mouillé
pour sauver la centenaire
des flammes !

Le haïku
doit épouser
la forme de ses rythmes
les plus élémentaires,
les plus naturels…

: la forme
c’est le rythme

(Le rythme dicta forme)

métro :
elle éteint ses chaussures

l’homme
est un homme
pour l’homme

le panneau
« Centre de secours »
pointe vers le ciel

un élastique
clé de sol
sur le trottoir

à l’abri du froid
la plante verte
se tresse
vers la lumière

nous préludions à l’amour –
je dus me lever pour pisser
mais je ne pus jamais retourner dans son rêve

pendu par les pieds
tout au bout de son balcon
un ancien père Noël

le vent
balance le bonnet
du père Noël
pendu de son balcon

… quant au Père Noël
à l’envers
au bout de son balcon :
le sang
lui est tombé
à la tête ?

… quant à la plante verte
derrière son carreau
(à l’abri)
elle grimpe, elle grimpe
et continue sa tresse
vers le haut

… se tresse
avec tant d’adresse

vers le haut
vers dehors,

spirale
géniale

je vous souhaite
de bien avancer
sur le chemin
de vous-même

trois élèves de Qigong
recentrent leur énergie
– un lotus qui se referme

silence :
laisser infuser l’image du haïku
pour bien s’en imprégner

étoiles, lucioles, gouttes
vers le réverbère

Arrêter le temps
Faire couler celui d’un livre

la pluie –
elle resserre son décolleté
(Saint-Valentin)

les vieux
se recourbent
ralentissent
rejoignent le temps

… pour qui je virgulais du coeur…

Pourquoi tourner autour des mots ?
: un seul, au centre

Pourquoi tant de mots ?
: un seul
mais juste !

jour de la Saint-Valentin :
annulé nos billets
pour Nouméa

la solitude du robinet :
goutte à goutte

(d’après Cécile Duteil : « Solitude / le robinet / goutte à goutte »)

la solitude du robinet :
goutte…
goutte…

la fleur
ne fait rien :
elle attend
que le printemps
la pousse
l’ouvre

Pour la Saint-Valentin
des affiches
Lise Charmel

au bout de leur tige
les bourgeons de géranium
sont si lents !
– mi-février

drone
survolant la centrale :
ami, ennemi ?

manucure impeccable,
elle accroche un ver de terre
à l’hameçon

une pantoufle mauve
sur une flaque d’eau
– ciel de février

la plume de canari
refuse
de monter dans la pelle

doigts d’une femme
faisant leur gamme
dans son sac à main

Charlie sous le coude,
les gouttes sur le parapluie

comme un bébé dans ses bras
son six-pack
de bières

2ème Charlie
après le crime
plus personne ne se précipite
au kiosque à journaux

25 février
le soufflé Charlie
retombe

Plus personne ne se précipite
au kiosque :
2è Charlie de l’an 15

un kaïkaïku :
un haïku qui fait se sauver
en courant

les oiseaux chantant
je m’égoutte
près du buisson

Janvier :
le mois de l’envol définitif des Charlie :
2015 : Charb, Cabu, Maris, Wolinski, Tignous, Honoré
2014 : Cavanna
2005 : (Le professeur) Choron

« Sarko l’incruste » :
« La première rigolade post-attentats »
(: in « La Presse Satirique, n° 10, p.8)

Sarkozy :
à lui seul
une caricature
– que dis-je ?
: mille caricatures !

(cf je-suis-nico.tumblr.com)

« Rire, c’est la meilleure arme contre les cons » : Maël Jones
(in : « La Presse satirique, n° 10, p. 8)

d’un inspir ronfleur
labourant un pan
du matin

(ancien = 2006 ? -:)

septembre
ses feuillets tombent
sur le trottoir

au coeur du traVail
cet envol de l’oiseau

au coeur de l’
enVol
les ailes s’ouvrent

au coeur de l’
enVol
ailes ouvertes

ciseaux
l’oiseau
scie le ciel

ciseau(x)
l’oiseau
ouvre le ciel

Faire haïku net !

quiet
le frigidaire
qu’on remplace demain

/(: inquiet ?)

/(: parce qu’inquiet ?)

°

dp

Senryûs, etc. – Py – mai 14 – 2/2

9 juin 2014

°

C’est r’en, c’est l’oeil !

°

AHURISSON

°

ce matin
la neige
dessine
la toile d’araignée

°

ses seins ballottent
ses cheveux aussi
– tour du parc

°

Après ‘Le réel n’a pas eu lieu’, *
« Le cancer n’aura pas lieu » **

* : Michel Onfray,
** : Milan Kundera, in ‘La fête de l’insignifiance’, p. 16, éd. Gallimard.

°

ce soir
dans la même rue que ce matin
le même homme
promène le même chien
au bout d’une autre cigarette

°

Prévenir, c’est guérir un peu…

°

Le haïku qui narre
est un haïku navrant

°

Ne pas avoir peur
du vide
au coeur du haïku

°

… ce matin, ne rien « avoir à » faire,
nulle « obligation »,
Fera quand même
mais en route libre…

°

Avec ‘Le journal
des derniers jours de mon père’ *
elle écrase le moustique
au plafond
page 20

* d’Issa, éd. Pippa, 2014.

°

ce matin
éponger le sang du moustique
au plafond

°

aujourd’hui,
dans mes messages « indésirables » :
des « costumes de baie »

°

L’odeur du pain
gonfle la narine
– fermer les portes

L’odeur du pain
gonfle la narine
– insomnie

Seront-ils enterrés
dans un cercueil Mercedes
ou dans une boîte à chaussures ?

°

SNCF :
« Société Nationale du Cash et de la Finance » (: CGT)

Cracher au bassinet /
Brasser au cash-y-net !

°

Le haïku « putatif » *

(La jouissance du mot « putatif » !)

* = un haïku qui pense être un haïku –
mais n’en est pas forcément un !…

°

« Tu peux épingler
huit cent sept papillons; mais
pas le vol d’un seul. »

: Éric Chevillard, p. 73 de ‘Le désordre Azerty’, éd. de Minuit, 2014.

°

« Notre terre
qui êtes aux Cieux… »

°

En toute céré-momie…

°

J’adule tes reins…

°

Arrivé au chapitre « dieu »
de son livre,
je saute

°

silence médiatique
en France : le Japon renonce
à redémarrer ses centrales (nucléaires)

°

ce soir
une finale de coupe
de foot : Ira-t-elle jusqu’aux
bites au rut ? *

* / tirs au but

°

Plus tu vieillis,
plus tes pieds s’éloignent
de ta main

°

un moucheron,
ma bière
et moi
: nature calme

°

La pile
des bulletins de vote
pour Les Décroissants
rapidement réduite
à rien

°

sur le banc
du quai de banlieue
mon voisin renifle
sans arrêt

°

Éric Cantona
et riz cantonnais…

°

elles pouffent
puis boivent
l’homme
au fond du saké

°

(La répétition dans le haïku (cf J.A.) :)

meuh meuh meuh meuh meuh
meuh meuh meuh meuh meuh ! Ah, ce
que ce meuh m’émeut !

(13/7/12…)

°

(ancien :)

O comme j’admire ma femme
aux poêles
dans la cuisine !

°

(J.A. :)

A haiku stutterer
un bègue du haïku
le haïku bègue
une histoire bègue ?
I BÈGUE YOUR HAIKU ?

un haïku
en démarrage laborieux
– retard à l’allu(i)mage ?

patinage tartistique

« Peut s’en-envo(-o)ler
l’é-é-été, s’en-vo-oler
le prin-hin-tem-hemps… »

(: cf Frigyes Karinthy, p. 15 de ‘Je dénonce l’humanité’, éd. Viviane Hamy, 2014)

des haïkus « ApPauline » (à Pauline)
= « appaling » = consternants

(Tartine n° 2 :)

« Je ne m’em-hem-pare
pas de la tou-our qu’e-helle
crèv’ là où elle est »

(cf. F. Karinty, op. cit., p. 16)

tartinaïku

le corbeau lourd *
se pose élégamment sur la cheminée
– premières gouttes de pluie

* : même pas sûr que ce fût un corbeau !

sur le balcon
au soleil
passer ma retraite –
lire
écouter les oiseaux

sur sa pelouse
pieds nus
(dé)ambulant sa conversation téléphonique
: le pied,
l’oreille

Me laisser vivre

Ne plus bouger
mourir
en douceur

soleil ô soleil sur le dos
un noir torse nu
tond la pelouse
(électriquement)
– nez

À l’opposé
de la salle fraîche
où l’ordi
le balcon
où le soleil

Les écrivains jouissifs,
jubilatoires :
Hrabal, Chevillard, Paasilinna, Karinthy,…

Prendre une photo
de fleurs sauvages
la déposer dans un vase

Disparition des hirondelles ?
(insecticides incriminés)
– Vive Monsanto !

Allergiques au gluten
(pesticides incriminés)
– Vive Monsanto !

°°°

Gink(h)o « Amours enfouies » (27/4/2014)

11 mai 2014

Voici la suite de (18) haïkus écrite lors de la balade-haïku entre Clichy et Asnières-sur-Seine, le dimanche 27 avril 2014, organisées par notre amie Valérie Rivoallon, lors de sa fête-anniversaire :

°

Pour son anniversaire
une visite au cimetière
animalier d’Asnières
(1)

Cimetière d’Asnières –
niche en ciment
du regretté Bijou
(2)

Pierre tombale
« 6 kilos d’amour » –
une tonne de solitude
(3)

sur le marbre luisant de Moon
des pétales de marronnier
tombés
(1)

Chat tigré
recueilli sur la tombe
d’un congénère
(4)

des rires
dans le cimetière aux chiens –
et des chants d’oiseaux
(1)

Pâques de Médor –
entre les pensées violettes
un lapin Lindt
(5)

Soleil d’avril –
un chat joue sur les tombes
de ses congénères
(6)

Pierre tombale
vide et déplacée
« À notre Fantomas »
(5)

Trois minettes
côte à côte
pour l’éternité
(4)

Une sirène
à réveiller les morts –
Ah non !
(5)

Vert jade du fleuve
île flottante
de déchets
(2)

Sammy –
un sapin de Noël
fleurit sa tombe
(7)

Repos éternel
Narcisse sous un blason
sa balle à portée de patte
(2)

Cimetière des chiens –
le sien a fini
à la poubelle
(7)

sous le pont de Clichy
une femme en boubou
devant sa tente Quechua
(1)

Proche du mausolée
de Kiki – la tente
d’une sans-abri
(6)

Chienchiens et minettes
au cimetière d’Asnières –
amours enfouies
(8)

°

Index des auteur(e)s :

(1) Daniel Py
(2) Roselyne Fritel
(3) Jany Haibe
(4) Isabelle Ypsilantis
(5) Monique Serres
(6) Fabienne Caurant
(7) Valérie Rivoallon
(8) Christine Herment.

°

Haïkus, etc. de Py – mars 2014 – 1/2

15 mars 2014

°

Plus il y a de chiens, plus il y a d’os.

Les os sous le pont coulent
Les aulx sous le pont coulent
les zoos sous le pont coulent
les eaux sous le pont coulent

°

une fois le froid sous les fesses passé,
attendre (20 minutes)
le prochain train

; le quai long de monde

°

un gant gris
sur une marche grise

– Que dit-il ?

– Je le laisse

°

De
haïku, taiji-quan, zen,
l’esprit-Un

°

Orly –
Au-dessus des pendules de la tour,
les aiguilleurs du ciel

°

Une dame à son amie :
« Viens, on va faire le trottoir »
– mars ensoleillé

°

Après la Saint-Valentin
(…)
(…)

°

matin de mars
sur les ailes blanches
de la pie

°
(Ancien:)

À l’accueil
de l’établissement,
trois grasses.

°

La gazette des rois

°

un magrouilleur

°
(Senryû :)

Sarko – l
Cass’roles

°

ce soir sur la table
le jus de soja a sauté :
patte d’ours

°

un gros avion
déborde de la brume
– pollution de mars

°

mon clignotant
au même rythme
que le marteau de l’ouvrier
– porte de l’immeuble

°

marronniers rognés

taille moignons

(À propos de W. Lambersy : Le mangeur de nèfles, éd. Pippa, 2014.)

°

(Kyôkus :)

Simplifier, toujours,
vers le plus grand « naturel » *
possible

* de la découpe des vers, des rythmes, des mots et de leur agencement…

Écrire des haïkus
qu’on ne puisse pas plus simple(s)

Dire moins, dire mieux.

Ceux qui veulent
absolument
faire preuve d’originalité
usent souvent d’artifice(lle)s !

Artifice(s), Assez !

(N’en déplaise aux « alambiquets »,)
plus c’est simple, plus c’est naturel,
plus je kiffe !

Le haïku nu !

La plus grande vertu
(dans l’écriture du haïku…) :
la simplicité,
l’absence de contorsions


ou :

la simplicité,
l’absence de contorsion(s),
le haïku nu

°

Malgré la pollution
les oiseaux aboient
– aube de mars

sur le quai
une va(tri)poteuse…
– aube de mars

°

du coin de l’oeil
(…)
(…)

°
(kyôku :)

Donner
le moins de clés possible
au haïku :
que le lecteur
trouve ses clés !

°

Nappy birthday !

°
(Kyôkus :)

d’un recueil de haïkus
le ronron 5/7/5
: somnolence inévitable !

L’imaginaire
au désservice
du haïku

le haïku sur le feu
L’huile sur le feu du haïku
Feu le haïku !

Je lis un recueil
de haïkus 5/7/5 :
l’esprit m’en tombe

Donnez-nous,
ô haïku (5/7/5)
notre ronron quotidien !

on se lasse, hélas
du 5/7/5 qui monotone
endort

Pédaler dans la somnole…

haïku 5/7/5,
haïku tsé-tsé !

le monotonneau 5/7/5 !

l’assoupissant 5/7/5

Réveillez le haïku
de son ronron
5/7/5 !

Le 5/7/5,
est-ce
« l’inertie bourgeoise » ? *

* cf Artaud, in Van Gogh le suicidé de la société, L' »Imaginaire-Gallimard, 2001, p.26.

Le haïku 5/7/5
c’est un peu comme les
« Monuments Men »
en vert caca-d’oie *

* : affiche d’un film, mars 2014.

°

Il fait sa disparition…

°

Ides * de Mars –
un Père Noël toujours en escalade
sous un balcon

* : 15 mars, mai, juillet, octobre ; 13 janvier, février, avril, juin, août, septembre, novembre, décembre (: calendrier romain)

°

D’où t’en viens-tu,
petit insecte,
où es-tu né ?
où t’en vas-tu ?
– mourir dans une goutte d’eau
de mon lavabo ?

Le minuscule insecte
n’a pas survécu
à la goutte d’eau
du lavabo

°
(Kyôku :)

5
7
5

é
cul
é

°

l’apex, l’antapex,
l’apogée, le périgée *
: heureux de mots neufs !

* : p.294 de L’Éveil des sens, du Pr. Jon Kabat-Zinn, Pocket 14424.

« Ne pensez pas…
Percevez !… »

« au-delà de la pensée,
en dessous de la pensée,
avant la pensée » *

* : p. 294, op. cit.

°