Archive for mai 2012

Rendez-vous kukaï de Paris samedi 2 juin 2012

31 mai 2012

Bonjour !

Pour ceux qui passe(rai)ent par le centre de Paris, au bistrot d’Eustache, ce samedi 2 juin, à 16h30 se tiendra notre dernier kukaï avant l’été !

bien à vous,

D.

voir aussi le blog du kukaï de Paris :
http://kukai.paris.free.fr/blog/

merci !

Publicités

Bashôtages (= kyôkus) du 20/5/12 – Py

20 mai 2012

°

vu ?
entendu ?
: sauté de grenouille

°

grenouilles
sautent dans mon assiette
– haïcuisses !

°

à la vue
de son décolleté
me sens
grenouille !

°

d.p. (20//5/12)

furu ike ya / La vieille mare – Bashô – nouvelle « adaptation » !

20 mai 2012

°

vieille mare –
une grenouille saute dans
le bruit de l’eau

°

(d’après Jane Reichhold, in BASHO, The Complete Haiku, pp.152 et 262.)

Haïku, etc – Py – mai 2012 – 1/2

17 mai 2012

°

dans tous les coins de la ville
les étals de muguets
fleurissent

°

sur le banc de la gare
des gouttes
assises

°

(Sarkozy) :

la Saccagite aigüe du petit président

(la saccagitation / la Sarkagitation…)

marre de sa col-labeur-ration
/ de sa collaberration !

il nous martèle
sans (fau)ciller
que le travail…
(bla bla bla)…

: over-sarkoze !

la fuite en avant
du président
qui devrait sortir
de son impéritie…

(S. :)

l’art
de retourner
toutes les valeurs,
tous les mots,
l’art d’aller pêcher à tous les rateliers
extrême-droite, gauche,
le retournement de toutes les vestes !

« Travail »
((famille)), « Patrie » *
on dirait un retour
aux heures les plus sombres
de (l’histoire de) la France !

* selon N.S.

Il dit
pour l’avenir
exactement
le contraire
de ce qu’il a fait
pendant 5
voire 10 ans !

Supermenteur !…

°

mon principal souci
en poésie / en haïku :
couper les vers

couper les vers
selon le/les rythme/s

°

330 ans – °
le vieil étang :
pas une ride !

(cf Salim Bellen, Tierra de Nadie n° 23 :
« vieil étang / le temps cependant / ne le ride pas »)

° le « furu ike ya » de Bashô, datant de 1681-2 (printemps).

°

2 solitudes ? :
le même insecte,
le même « poète »
autour d’un ordinateur

l’insecte
au bord de l’ordi
et moi
dedans

°

le bref,
c’est l’avenir !

°

(à) chacune de ses élèvres…

°

l’esquisse de l’esquive…

qui est-ce qui
esquive ?

(: débat télévisé du 2/5/12)

°

sur la voiture noire
le rose
des fleurs de marronniers

°

(haïku ? :)

quand les excités du « beau »
calent…

°

1er mai
au milieu de l’avenue
il rollers

°

la récidive
le récit d’Yves

°

communau(x)-tari / t’as ri (?)
/ t’a pas ri (?)

°

(insomnie :)

regardant
du temps
passer

°

un chewing-gum
dans l’oeil du candidat –
veille d’élection

°

sous sa capuche
– banlieue

°

v’la d’l’art !…

°

(à mon amie :)

« envoi du message en cour
(-be)s »

°

(c)raie blanche

°

il faut faire
tourner la baraque
tourner la bourrique

°

Tension
entre (les) deux tours
« Man »° attend

° = « on »

°

à défaut d’être ambitieux,
il était ambidextre

°

les cônes roses
des marronniers au carré

(Avenue de la Victoire, Orly)

°

bientôt feu le petit président
arrogant – méprisant

À qui gagne – perd !

°

Élargir ! :

La direction du haïku, c’est :
de mon dentier
au monde entier !…

(et pas l’inverse !)

°

I scream / je crie – glâce ! / ice-cream

°

le plat déteint

°

ouligot
(et alipo(t)

les aligo-éléments…

°

le petit président
sortant
en grandes pompes

N.S.,
président sortant (de ses gonds ?)
de la République Française !

Avec Sarko,
l’exemple
vient d’en bas !

°

rose
le papier-toilettes

roses
les fleurs de marronniers
dans l’avenue

rose
dimanche
?
: l’arroser !

enfin vaincu ?

Le vaincu
à la rame
sur le lac
calme…

°

la fille du rasoir (?)

°

intestinfesté (…)

°

les yeux encore humides
de l’évocation du décès de Salim,
nuages dans le ciel du soir

°

roses
les cônes fleuris
des marronniers
– la couleur du soir

élections –
le rose
des fleurs de marronniers

°

la nuit étAlée

°

soulagement :

l’air
plus léger
à respirer

les rich’cons
vont-ils se casser ?

°

un minuscule insecte
longe ma page
– 3 heures du matin

°

Le haïku
n’est pas une (haï)-couverture
que l’on ramène à soi,
c’est une (haïk)-ouverture
de
soi
(vers l’extérieur !)

°

« Merci, peuple de France » °
dit-il
avant de tourner talonnettes

– pas sûr que le « peuple de France »
lui rende la pareille !…

° , titre Le Monde, ce 7 mai 2012.

Tourner Sarkasaque / (tourner Sarkozaque ?)

°

chat noir assis
devant l’affiche
« Ne pas frapper
à la fenêtre »

(rue Lamarck, 75018)

°

les cris des grenouilles
tout autour du lac
– soir d’élection

ou :

soir d’élection –
les cris des grenouilles
tout autour du lac

à la place du paillasson
un rectangle d’eau –
le nouveau président a été élu

odeur d’herbe fraîche
le nouveau président

laboratoire
électoral :

La vérité sort de l’ur(i)ne…

l’un peu plus grand président
sortant
le plus petit…

°

N’écrire
que le COEUR

(le reste est
DÉPOUILLE)

°

8 mai –
des « hélicoptères »
descendent dans le jardin

°

(Le) Buisson
aux orties,
l’uFmNp
dans les choux !

°

un pille-grains

°

sa valise s’en va
vivre sa vie
– wagon de métro

(cf Paul de Maricourt)

°

Étaler, oui,
étaler le temps
qu’on nous rogne,
(qu’on veut nous rogner
– à travailler…)

°

les feuilles des lauriers
luisent sous les lampadaires –
demain l’enterrement de la marraine

obsèques…

concert
le lendemain de l’enterrement
: le même costume

°

le geste juste…

°

gin(m)embre…

°

la tige se détend :
la neige tombe

°

un emballage
monte sur le trottoir
– 12 mai

°

une porte miaule

°
(haïbun (?) au Gouvernement Français :)

au dos de ses calculs de frais, ce haïku :

lucioles voletant
sur son visage
– matin de neige

(–> 14/5/12)

°

l’heure est grave
le ré aigu

ciré
récit

°

s/él/ectionné

°

(de « a » à « z » :)

Au milieu de mon message
l’insecte
sur la touche « z »

°
(à suivre : 2/2)

COMPTE-RENDU complet du kukaï de Paris n° 67

5 mai 2012

Hier, en présence de 7 personnes,
deux haïkus (/ senryûs) ont obtenu 5 voix :

sombres jours passés
il me change les idées
ce repas d’enterrement

: de Philippe Bréham,

et :

un chewing-gum
dans l’oeil du candidat –
veille d’élections

: de Daniel Py.

°

Avec 3 voix, suivent :

En apesanteur…
au centre d’un nuage
de méduses bleues

: de Danièle Georgelin,

Giboulées –
le train file droit
dans l’arc-en-ciel

: de Gwenaëlle Laot,

Sous l’eau, tour à tour,
les nuages éteignent…
les coraux

: de Danièle Georgelin.

°

Avec 2 voix :

alerte au tsunami
dans l’attente oppressée
les filaos frissonnent

: de Gilbert Stern *,

Il parle, il parle…
Finit par me prendre la tête
le coiffeur !

: de Patrick Fetu.

°

* , qui a raconté cette alerte au tsunami sur une plage de la Réunion, valable jusqu’à 19 heures… C’était, heureusement, une fausse alerte, mais les maîtres-nageurs, à l’heure de leur fin de service (18 heures), ont rangé leur matériel et quitté tout simplement la plage ! – ce qui a donné lieu à ce « senryû » improvisé :

alerte au tsunami
les maîtres-nageurs
plient bagage **

** ou : / lèvent le camp ( ?)

(d.p.)

°

Ont également été remarqués :

dessous –
que mettre
dessus

: de Valérie Rivoallon,

Le désert (,)
jusqu’au bord de la mer (…)
l’aigrette immobile

: de Danièle Georgelin,

les tulipes dans le vase
penchent la tête
méditation

: de Gilbert Stern,

le vent souffle
dans la cuisine
la cocotte siffle

: de Gwenaëlle Laot,

souffles de la nuit
se soulèvent les feuilles du saule
la lune !…

: de Philippe Bréham ;

et aussi :

Dans sa chambre
à petits pas hésitants –
tuer le temps

: de Patrick Fetu,

et :

le soleil
entre les orteils
– levers

: de Valérie Rivoallon.

°

Notre prochain kukaï de Paris (n° 68) aura donc lieu samedi 2 juin, à 16h30, au bistrot d’Eustache !
En seconde partie, Valérie Rivoallon, et Philippe Bréham vous y entretiendront du senryû !

°

Bien à vous,

Daniel !

Haïkus etc de Py – avril 2012 – 2/2

3 mai 2012

Haïkus, etc. Py – avril 2012 – 2/2 :

°°°

20 mille escargots –
le ciel pâle

vint le vent
20 mille pétales

(20 mille pétales
parfumés
au césium)

°

enveloppée
de son dernier cocon, *
l’araignée

* / de sa dernière toile,

dans sa dernière toile
s’enroba
l’araignée

l’araignée,
son a(u)réole

ayant tissé
son dernier suaire,
l’araignée

encoconnée,
l’araignée
défunte

le cocon
de l’araignée
morte

dans sa dernière toile
encoconnée
l’araignée
défunte

°

fort émue
à la vue
d’un « petit bambou chantant » *

* : Niji Fuyuno, p.159 de Les herbes m’appellent, éd. L’Iroli, 3/2012.

Quel est le phantasme
du phasme nanafushi ?

°

m’approchant
du nez de la fleur
ce nouveau printemps !

la fleur
et moi,
nez à nez

°

me retournant
au son de son pas
: personne…

°

18 h 30 :
soudain
des chants plus variés
que les pépiements de fond *

* piou piou piailleurs

par-dessus le tapis
des pépiements de moineaux,
des chants soudain variés…

prenant le soleil du soir
… et le chant des oiseaux

°

(3 S.s.S., d’après le premier tour de l’élection présidentielle du 22/4/12 en France :)

Et d’un !

d’un côté la gauche molle
de l’autre l’amoche-Gaule

Le bilan ?
: Le silen
ce !

°

des coups de pieds dans l’eau…

°

(Du) haïku :
la vision la plus directe,
pas encombrée de / entravée par les mots !…

Les mots au service du tableau !

Moins de mots
– ou plus simples ! –
– au service de la vue * !

* / de la vision !

Combattre les « alambiqués » * !

* / les « alambiquets » !

°

une haie d’éoliennes
le long de l’autoroute
le bord du soir

°

Poubelle(s) du pub :
(les) gouttes de rosée
sur les bouteilles de champagne

°

Monsieur Météo
(…)

°

(Dialogue :)

Deux
à ma table :
moi
et le petit insecte retourné

°

Cité des Fleurs
(…)

°

L’AMERTUME
du thé vert
du lendemain…

°

seul
avec le silence
des mots

le silence prégnant
des mots

°

« Sarkozaure »

De plus en plus creux
le(s) discours du président sortant
J – 7

°

À Pâques,
qu’est-ce qui
cloche ?

°°°