Archive for avril 2015

Vient de paraître :

23 avril 2015

°°°

« à l’instar du kukaï de Paris » (en 2010 et 2014), Haïku Québec vient de publier (sous la direction d’André Vézina) : « Kukaï, une aventure poétique » aux éditions David. 14,95 $. (www.editionsdavid.com) : 168 haïkus de 31 auteurs.

matin d’avril
des volées d’oies blanches
à tue-tête

: Adrienne Tremblay.

sous la pluie
une dame et son chien
même manteau

: Geneviève Rey.

brin rose, brin bleu
dans le nid du merle
mon vieux tricot

: Adrienne Tremblay.

fête d’enfant
la valise du clown
s’ouvre toute seule

: Renée Simard.

Chez Simons
au rayon des dessous chics
deux femmes voilées

: Céline Lajoie.

deux passagers
dos à dos –
le même livre

: Ginette-Andrée Poirier.

nuit noire
au milieu de nulle part
un rafiot clandestin

: Jeannine St-André.

livre d’occasion
sur la page de garde
le nom de mon ex

: Andrée Paradis.

°°°

Bonnes découvertes – ou redécouvertes !

Daniel

PS : Micheline Beaudry, Jean Deronzier, Abigail Friedman, Esther Greaves, Diane Lemieux, et Renée Simard, qui figurent dans cette anthologie-ci, sont aussi à l’honneur dans notre première antho du kukaï de Paris : La Valise entr’ouverte, éd. Unicité, 2010 !

Publicités

C-R du 100è kukaï de Paris

17 avril 2015

du 11 avril 2015, au bistrot d’Eustache.
24 haïkistes en présence, et un haïku de onze en absence.

°°

Avec cinq (5) voix :

clair-obscur
les éoliennes brassent
le halo de la lune

: Lucia Supova-Dinga

et :

romarin en fleurs –
le mistral vient y chercher
sa teinte de ciel

: Michel Duflo.

°°

Avec quatre (4) voix :

démarche féline
à chacun de ses pas
la soie chuchote

: Patrick Fetu ;

Du bol à thé fumant
naissent des montagnes
voyage en solitude

: Roselyne Fritel

et :

journée mondiale du sida –
je réinstalle
mon antivirus

: Minh Triêt Pham.

°°

Avec trois (3) voix :

Arrivé au sommet
ma joie muette
comme un envol

: Nicolas Lemarin

et :

Fraîcheur de printemps
sur un mouchoir de poche
le parfum de ma mère

: Christiane Ranieri.

°°

Avec deux (2) voix :

avril à Paris
mettre ses poumons
en mode « veille »

: Gérard Dumon ;

burn-out
en cure de sommeil
le gardien de nuit

: Marie-Alice Maire ;

café du matin
les fêlures au fond du bol –
l’instant d’un regard

: Christiane Ourliac ;

dans le jardin
le merle noir ce matin
n’a pas chanté

: Philippe Bréham ;

éclat de soleil
dans une gorgée de Xérès –
le vieil homme sourit

: Francis Kretz ;

Encore un printemps –
mastiquant le repas
sa mâchoire craque

: Iocasta Huppen ;

entre les narcisses
les dents du bonheur
de la marchande

: Eléonore Nickolay ;

Hurlement des pneus –
il nous fait les yeux doux
l’âne sur la route

: Jo(sette) Pellet ;

l’enfant sur les genoux
un père attendri lui tend
son pistolet

: Philippe Bréham ;

Lundi de Pâques
à peine cachées dans le jardin
les violettes

: Daniel Py ;

marché de Pâques
éclatant
ce crâne d’oeuf !

: Eléonore Nickolay ;

mille nénuphars
flottant parmi les nuages
étang paisible

: Luc Bordes ;

route de printemps
soudain la voix du GPS
« faites demi-tour »

: Gérard Dumon ;

Soleil d’avril –
Gravé sur la pierre
un nouveau nom

: Isabelle Ypsilantis ;

soleil d’avril –
un nouveau chant d’oiseau
rajeunit la haie

: Michel Duflo ;

sur la branche
la pie aiguise son bec –
mon crayon tout neuf

: Monique Junchat

et :

Vent de terre –
Une mouette desséchée
reprend le large

: Danièle Etienne-Georgelin.

°°

Avec une (1) voix :

ciel en miroir
le monde
tout à l’envers

: Véronique Arnault ;

cité des fleurs
dans le patchwork de béton
où peuvent-elle fleurir ?

: Marie-Alice Maire ;

la joggeuse
sourde à mon sourire –
son i-pod

: Francis Kretz ;

Le ciel d’azur
Grand le silence
Rien qu’un cerisier sauvage.

: Hiro Hata ;

L’odeur de fleur de cerisier,
je n’aurais pas connu
si tu n’existais pas

: Keiko Ito ;

lune d’hiver –
le vieil homme hésitant
devant un peep-show

: Minh Triêt Pham ;

sur les bords de Seine
un pêcheur s’aventure
poisson d’avril

: Philippe Gaillard ;

Sur mes doigts encore
l’odeur de la clémentine
la saison prend fin.

: Patrick Fetu ;

un souffle
soulevant sa jupe
ronde de pétales

: Cécile Duteil

et :

Visite à ma mère –
j’ouvre une à une les fenêtres
sur mon enfance

: Christiane Ranieri.

°°

Sans voix, mais remarqués :

le chien
regardant les coureurs
s’échauffer

: Martin Dinga ;

Ma bibliothèque
ce sont mes livres d’école
et les champs de blé.

: Georges Friedenkraft ;

Montée de sève –
Sous tous les arbres
Les amoureux…

: Danièle Etienne-Georgelin

et :

Premier soleil
dans la cage dorée du saule
l’enfant émerveillé

: Roselyne Fritel.

°°

On ne pourra pas non plus passer sous silence cet hommage écrit par Hiro Hata :

Cher Bashô
La centième du Paris Kukaï
Une fête.

°°

Effectivement, nous avons terminé la fête, pour la plupart d’entre nous, à la Taverne Karlsbraü à côté du Pied de Cochon.

Et en route vers une deuxième centaine !

°°

Notre prochaine réunion aura lieu
samedi 30 mai
bistrot d’Eustache
15h30

°°

Bons haïkus à tou(te)s !

°°

Daniel