Archive for janvier 2015

Après Charlie

23 janvier 2015

*

Ils sont tous Charlie
je continue d’acheter
Siné Mensuel

*

Soutenir Charlie,
c’est bien ! Soutenir Siné-
Mensuel : encore mieux !

*

d.(21/1/15)

Publicités

Charlie-Sarko

23 janvier 2015

Qui joua des coudes
sous Carla
pour émerger au premier rang ?
Charlie-Sarko

*

Il jouait déjà des épaules
Il joue aussi
des coudes !
(- Marche pour Charlie)

*

joué des coudes
pour être au premier rang
sur la photo de classe !

*

Après la photo de classe
il rentra dans son rang

*

Sarko, convenez-en,
est (une) source inépuisable
de senryûs !

*

A quelqu’un qui bouscule
dans une foule :
« Alors, on fait son Sarko ? »

*

Dans « Je suis Charlie »
ce que Sarko préféra
c’est le « Je »

*

« Ecrire
sans se mettre en avant »

: Sylvain Tesson.

*

o dieu(x) – 2)

23 janvier 2015

*

On t’envoie au paradis
avec une ceinture d’explosifs
– va faire sauter Dieu !

(14/1/15)

*

dieu est une orage

*

Les douze
de Charlie-Hebdo(s)
envoyés en S’y-rit ?

*

S’il faut croire,
que ce soit en autre chose
qu’en dieu(x) !

*

Couper l’espoir en dieu(x) !

*

Dieu
est (une) idée

qu’il s’évapore
ce sèm’la mort !

*

les bonnes idées de dieu ?

*

dieu,
franchement,
c’est plutôt une mauvaise idée !

*

dieu, le sens du massacré ?

*

Charlie,
ces anges
couillus

Charlie,
ces couillus angéliques !

*

séviteur

*

les martyrs des djihadistes :
puis dieu les fait sauter
sur ses genoux ?

*

pour eux
sacré
et sacrifié
sont de la même famille ?

*
(16/1/15)

o dieu(x)

23 janvier 2015

*

Tout attentat est odieux

– surtout s’il est religieux

*

Ils ont mouri

*

ô dieux cruels

hier(s)

demain(s)

Bannir les dieux !

*

Charpie – Hebdo

*

ce soir

la pointe d’une bougie

la flamme d’un crayon

à la fenêtre

(8/1/15)

la défaite des lumières ?

*

Trashédie

*

ce matin

du balcon mouillé

ramasser les restes de cire

de la bougie-Charlie

*

Aux semeurs de morts

aveugles

et sourds

nous faisons

un crayon d’honneur

*

Aux morts

pour le rire

nous a)dressons

un crayon d’honneur

(11/1/15)

*

Charlie – Sarko

23 janvier 2015

Marche pour Charlie –

à lui seul Sarko

est une caricature

d.(16/1/15)

Résultats complets du 97è kukaï de Paris :

18 janvier 2015

En présence de 17 personnes et cinquante-deux haïkus,
°
De ma tristesse / passée au peigne fin / reste une pellicule /
de Moniques Coudert,
a obtenu cinq voix.
°
métro – / un coeur contre / le mien /
de Valérie Rivoallon,
en a obtenu quatre,
°
ainsi que :
Théière brisée / la mémoire des tanins / rejoint la poubelle /
de Nicolas Lemarin.
°
Avec trois voix :
marche silencieuse – / elle remballe son sapin / de Noël /
: de Valérie Rivoallon ;
°
pas d’oiseau / sur cette branche / ce soir d’automne /
: Daniel Py.
°
Avec deux voix :
au Café de Flore / poètes lisant leurs textes / Dehors la pluie /
: Jean-Pierre Garcia ;
°
Descente de l’alpage / Tartiflette, vin blanc… / skis incontrôlables ! /
: Danièle Etienne-Georgelin ;
°
flaque de pluie – / toucher / l’arc-en-ciel /
: Minh-Triêt Pham ;
°
Jour des Rois – / L’horizon se pare / de pourpre et d’or /
: Isabelle Ypsilantis ;
°
La crue mange l’herbe / sur une île minuscule / un héron perdu /
: Monique Coudert ;
°
Nouvel agenda / commencer par relever / les jours fériés. /
: Patrick Fetu ;
°
photo noir et blanc – / mon père / plus jeune que moi /
: Minh-Triêt Pham ;
°
Soleil d’hiver / La chevelure blonde / du saule /
: Monique Lroux Serres ;
°
Soleil en berne – / comment oublier / les gyrophares. /
: Patrick Fetu ;
°
soleil rasant – / bien avant moi mon ombre / commande un café /
: Michel Duflo ;
°
sur la flaque d’eau / le reflet de mes bottes / touche le ciel /
: Nicolas Lemarin ;
°
trottoir pluvieux – / une boule scintille encore / sur le cadavre d’un sapin /
: Marie-Alice Maire
°
Avec une voix :
Atchoum ! Bergerac / Ma tirade du nez / dans la nuit déserte /
: Monique Coudert ;
°
jouant des épaules ? / Non : jouant des coudes ! / Charlie – Sarko /
: Daniel Py ;
°
lumière matinale / le ruisseau fait son lit / fraîches pensées /
: Véronique Arnault ;
°
Mélancolies / S’écoulent / Dans l’étoile filante. /
: Hiro Hata ;
°
Minute de silence – / Avant match, les petites rivales / s’appellent toutes « CHARLIE » /
: Danièle Etienne-Georgelin ;
°
pluie d’hiver – / la grimace du bonhomme / de neige /
: Eléonore Nickolay ;
°
silence oppressant / à l’entrée de la synagogue / je reconnais mon voisin /
: Marie-Alice Maire ;
et :
°
un immense crayon / – la nation en république / je marche donc je suis /
: Francis Kretz.
°
Notre prochain kukaï aura lieu le samedi 7 février à 15 h 30, bistrot d’Eustache !
°
Merci !
Daniel

Concours de haïku classique (= 5/7/5) Mainichi 2014

11 janvier 2015

Lu avec intérêt le résultat du Concours de haïku « classique » Mainichi 2014

et été (un peu ?) frappé par la similitude entre le haïku de Patrick Gillet (qui a obtenu, bravo ! le 2è prix à ce concours) :

« tango argentin

à travers le chemisier

seins à contretemps »

et le mien, publié dans le recueil Bulles de musique (éd. Pippa, 2013), p. 26 :

Pizzicati de contrebasse –

ses seins

à contretemps

°°

Serge Tomé avait, il y a quelque temps, publié un article (sur son site Tempslibres ?) traitant de ce sujet (plagiat ou « cryptomnésie » !). Je vous invite à vous y intéresser !

M.D. Welch a lui aussi (voir message précédent ici) traité de ce sujet !

Bien à vous !

Daniel

Re – Mainichi 2014

11 janvier 2015

Reçu un mail de Diane Descoteaux

à propos des haïkus qui se ressemblent !

Voici :

°°°°°°°

j’ai assisté en 2009 à une conférence de Michael Dylan Welch à Vancouver qui s’intitulait « Déjà-ku »:

http://www.poetrysociety.org.nz/plagiarismbymdw

(et si tu tapes le titre de sa conférence, d’autres liens t’y conduisons) où il faisait état de coïncidences, de plagiats (volontaires ou involontaires) alors que l’esprit avait enregistré (souvent à l’insu de son hôte) un passage lu et particulièrement apprécié d’une œuvre donnée. C’est très intéressant.

°°°°°°°

merci à Diane !

Un proverbe japonais :

10 janvier 2015

« kotoba ôki wa shina sukunashi »

« Plus il y a de mots, moins il y a d’élégance. »

(: proverbe japonais.)

d’Antoine de Saint-Exupéry :

10 janvier 2015

« La perfection est atteinte non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retirer. »

Antoine de Saint-Exupéry.