Archive for septembre 2011

Parution : ‘L’Arbre debout’ : D. Py + V. Rougier

26 septembre 2011

°

Bonjour !

Le livre d’artiste ‘L’Arbre debout’, composé de 8 poèmes de Daniel Py et de 5 gravures de Vincent Rougier, aux éditions de la Lune Bleue (Lydia Padellec, éditrice) et tiré à 50 exemplaires, est en vente au prix de 12 € l’unité (40 € pour les (5) tirages de tête) auprès de l’auteur (dpy499AThotmail.com) ou de l’éditrice (laodinaATmsn.fr). merci !

D.

°

Publicités

Haïkus non retenus pour ‘L’Échelle brisée’ – Salim Bellen – 38, 39, et 40/40.

25 septembre 2011

°

le chien à la porte
six mois après l’abandon
retrouve son maître

Entre les massacres
la guerre des graffiti
envahit les murs

Retirant la bâche
au refuge le pianiste
nous joue un solo

: Salim Bellen.

(Fin des haïkus non retenus dans L’Échelle brisée, publication AFH, 2007.)

Haïkus du haïbun « Un crime à la machette » – Salim Bellen

25 septembre 2011

°

Premier jour de l’An ;
nous remontons la rivière
à contre-courant

(p.142)

Monde d’illusions ;
sur la croix en bord de route
fleurs artificielles

Mûre et citron vert ;
les enfants après la glace
se tirent la langue

(p.144)

Crime passionnel ;
il saigne à mort son ami
et va se livrer

Il l’a trucidé ;
un jour lointain il ira
pleurer sur sa tombe

(p. 145)

Salim Bellen, mer. 3 janvier 2007,
extraits du haïbun « Un crime à la machette »
in Le singe renifle en décembre.

‘Tierra de nadie’ 90 – S. Bellen

25 septembre 2011

°

Halo de luna
en el templo resuenan
las oraciones

Salim Bellen

Halo de la lune
dans le temple résonnent
les oraisons

in Tierra de nadie 90
(tr.: dp)

‘Tierra de nadie’ 69 – Salim Bellen

25 septembre 2011

°

La mariposa
ha salvado al lirio
de las tijeras

Salim Bellen

Le papillon
a sauvé le lys
des ciseaux

in Tierra de nadie 69
(tr.: dp.)

Résultats du kukai.paris 57 du 17/9/11

18 septembre 2011

Bonjour !

En présence de 10 personnes, 32 haïkus furent échangés. Parmi les haïkus choisis, 1 haïku a obtenu quatre (4) voix :

sur le sable mouillé
l’orangé du soir
qu’emporte la vague

: Daniel Py.

8 haiku ont obtenu deux (2)voix :

bruit de plastoc – / le livreur de pizzas / sur un dos d’âne
: de Paul de Maricourt;

Corps séparés / aux frontières de l’aurore / chacun se retourne
: de Patrick Fetu;

De pierre et d’eau / mes pensées s’échappent / – chant des cigales
: de Lydia Padellec;

Embouteillage – / Balancées sur leur roseau / trois libellules
: de Françoise Lonquety;

entre deux eaux / la carpe centenaire / et mes souvenirs d’enfance
: d’Antoine Gossart;

L’élève distrait / s’évade / sur un rayon de soleil
: de Patrick Fetu;

Nuit en mer / la lumière des mâts / sous la voie lactée
: de Gwenaëlle Laot;

Plus forte / l’odeur de la rivière / avant la pluie.
: de Françoise Lonquety;

Vagues légères – / debout dans l’horizon bleu / ma petite mère
: de Lydia Padellec.


et 8 haiku ont obtenu une (1) voix :

au départ du train / sur le fil / le linge s’agite
: d’Antone Gossart;

Ciel noir / Courir plus vite / que les éclairs
: de Gwenaëlle Laot;

cinq ou six coussins / la chatte traverse la journée
: de Daniel Py;

Je m’endors / Bercée par le souvenir / d’un tour en voilier
: de Gwenaëlle Laot;

la lumière / accrochée aux tue-mouches – / brise du soir
de Paul de Maricourt;

l’étranger / face à la mer / compagnon de pensée
de Valérie Rivoallon;

qui de nous deux / fera le premier pas / lézard ?
: de Valérie Rivoallon;

et :

voisine sur Facebook / je lui pique ses pêches
: d’isabel Asunsolo.

Bravo et merci à tou(te)s !

Les résultats complets sont également consultables sur :
http://kukai.paris.free.fr/blog/

Notre prochain kukaï (58) aura lieu samedi 8 octobre à 16h au Presse Café 12/14
rue Thomas Mann 75013, métro BFM, lors du vernissage (simultané à
Mont-Saint-Hilaire (Québec)) de l(a double)’exposition de haïshas de Lise Robert
& Patrick Fetu qui durera jusqu’au 28 oct à Saint-Hilaire, et jusqu’au 31
octobre à Paris ! Bravo (et merci à eux !)
Lydia Padellec y présentera aussi le petit recueil de poèmes de votre
serviteur : ‘L’Arbre debout’, (avec gravures de Vincent Rougier) à ses éditions
de la Lune bleue !
(merci également à elle – et à Vincent !)

Bien à vous,
Daniel

Kyôbun aux insomnies (dont un 5/7/5) – py

18 septembre 2011

°

perdu le sommeil
pendant cinq nuits – enfin *
nous nous retrouvons

* ce « – » qui fait / qui est une pause compte pour une mesure sonore; la ligne compte donc bien sept temps.

[D’un côté il y a le haïku
d’un autre il y a le 5/7/5.

Quelquefois je m’amuse à « composer » des 5/7/5. Ils sont, en général, moqueurs, sarcastiques…parce que bien trop souvent les 5/7/5 sont à mes yeux des « faux-kus » !]

°
D.(18/9/11)

Montrer…

18 septembre 2011

°

sur le sable mouillé
l’orangé du soir
qu’emporte la vague

°
d.(2008-2011)

: d’après un plan de l’admirable film de Doris Dörre : « Cherry blossoms » ( « Sakura »)

[Commentaire perso- :

Montrer
transparemment.
]

haïku, etc. de Py – 1 sept. 11

17 septembre 2011

°

près de lui l’eau
(la nuit)

rien
que
ça

affec
tueuse

premier
cri

haïku
dernier
cri

boule
versée


versé

grand(s)
rien(s)

………./…e
……../…….n
……/………..v
…./……………e
../……………….r
/…………………..s

fou
droi(t)
….(e)

fou comme un oeuf

fou comme une sauce

lier….lire

faire le tour
(du haïku)

: en sortir

(pour mieux le
cerner ?)

.dé
bord
.e

une commode
un cul

une chaise
un cul

re
cul

.(ô)
feuille
..de
.rose
.(!)

fleur
.de
rose

ten…dre

sé…parer

sep…aré

divo…rcé

haï…ku

sai…sir

opinion sur
….ru

oc
cul

oc
cu(l)

dis
cul

dix
cul
paix

os
cul

zzzzz,
l’anti
zen !

ni
di
fier

fier
de son
nid

se fier à son nid ?

s’é…..loigner

bous
cul
er

cul
ti
ver


croc
her

..dé
croche
..r

ac
c…roche

..dé
croche
..!

demander
au cheval lui-même
le secret
de son
hennissement

de facteur à cheval,
…qu’y a-t-il
……..?

de facteur à cheval,
..quelle distance ?

le blanc
est la distance
qui sépare
les deux pôles
du haïku

le blanc tend les mots

….le haijin tend l’arc
….le lecteur décoche

le blanc, c’est l’attirance
(des mots)

fil invisible qui relie ?
les mots :

l’espace / le blanc
entre eux

s’il n’y a pas de tension,
il n’y a pas de haïku

le blanc, c’est ce qui lie
les mots

(entre eux)

le blanc
c’est la disparition

le blanc
c’est la résolution

c’est l’envers de la vie de l’encre

le haïku, c’est une question
d’attraction (: plus-moins, yin-yang, etc.)
entre deux membres (mots, pôles, potes, etc.)

l’arc-haïku

l’arc-en-encre-haïku

le haïku, c’est une spirale infinie…

haïcouteau

haïku…tranche

haïku…lame

haïku…lamelle

le haïku, c’est un tiret
entre 0 et l’infini…

ou entre 3 et 3
entre 1 et 1
etc.

 » steppe  »

escadrille…espadrille

savate…savane

moule…foule…!

moule..5/7/5..foule..(!)

former 5/7/5 moutons

mouler foules 5/7/5 !

5/7/5…bêêêê

Qu’évolue le haïku !

( » le haïku japonais s’écrit naturellement en 5/7/5 ;
le haïku « occidental », artificiellement (en 5/7/5) ! « )
– : 2008 –

saule
et vent
s’épousant

une plume
sur le trottoir
– écrire ?

rotation,
du verbe roter ?



(à suivre…)

Zenryû

16 septembre 2011

°

Coupez le doigt qui montre la lune.

(Que reste-t-il ?)

°

Daniel.(12/9/11)