Archive for novembre 2013

sam 30 nov 2013 galerie Pippa

29 novembre 2013

Bonsoir !
demain, samedi 30 novembre, à la librairie-galerie Pippa, 25 rue du Sommerard, Paris 75005 (M° Cluny-La Sorbonne, a lieu une après-midi « Faites de la musique » en présence de l’ilustrateur Pouch et du haïkiste (entre autres) Py pour une encire dédicace de leur recueil « Bulles de musique », de 14 h à 21 h !
Tou(te)s sont invité(e)s à se joindre à nous – avec, éventuellement, leur instrument de musique, pour fêter dignement cette occasion !

Merci d’avance !

Daniel (François et Brigitte) !

Publicités

Compte-rendu du 83è kukaï de Paris

24 novembre 2013

En présence de 31 participants, au premier étage du bistrot d’Eustache, (dont de nombreux membres de l’AFH, qui tenait ce même jour son Assemblée annuelle à la Maison de la Poésie, et dînait ensuite à ce même bistrot, pour fêter les 10 ans de son existence) 64 haïkus / senryûs ont été échangés. Chacun(e) a échangé 2 haïkus. Deux « absentes » avaient proposé 1 haïku. 32 haïkus (de 24 auteur(e)s) ont obtenu une ou plusieurs voix :

°

Avec cinq (5) voix :

feuille jaune
glissée entre seuil et porte
un mot d’automne

: Jean-Claude Nonnet (« Bikko ») a décroché la timbale !

°

Avec quatre (4) voix, venaient ensuite :

dernière feuille –
je demande au râteau
de la laisser

: Éric Hellal,

piles de cartons –
trouver encore la place
des souvenirs

: Michel Duteil.

°

Avec trois (3) voix :

barrant
ma route – la solitude
du petit cloporte

: Valérie Rivoallon,

décombres
portée par les eaux boueuses
la poupée sourit encore

(Philippines)

: Cécile Duteil,

Fin du déluge –
dans le ciel à nouveau pur
hostie de lune

: Martine Gonfalone,

terre noire
de la souche qu’on déracine
la sève bleutée

: Danièle Duteil.

°

Avec deux (2) voix :

Après la messe
elle croque
dans une pomme

: Minh Triêt Pham,

Beau matin d’automne
mes yeux presque fermés
Portail de l’école

: Auteur (encore) anonyme, proposé par J. Antonini en vue de la parution de l’anthologie ‘À l’école’ en octobre 2014,

correspondance –
de l’autre côté de la voie
le cri d’une chouette

: Dominique Borée,

Face à face
devant leur café brûlant
What else ?

: Martine Gonfalone,

Jour férié –
le chant d’oiseau
plus mélodieux

: Minh Triêt Pham,

là où il pêchait
le vent disperse ses cendres
et leurs pleurs.

: Patrick Fetu,

le métro s’arrête
brusquement –
leurs voix aussi

: Daniel Py,

l’odeur froide
des feuilles à mes pieds
fête des morts

: Éléonore Nickolay

(der kalte Geruch
gefallener Blätter
Allerseelen

: publié sur « haikuheute.de »)

Quel zèle,
dit-elle. On a balayé
les fleurs bleues de l’allée

: isabel Asunsolo,

SDF –
Pauvre chat,
dit la dame

: Éléonore Nickolay

(Obdachloser –
Das arme Kätzchen,
sagt die Frau

: publié sur : « haikuheute.de »)

un trait au feutre
traversant sa joue
premiers coloriages

: Cécile Duteil,

Vent de galerne
la voix de l’atlantique
dans les arbres nus

: Jean-Claude Nonnet (« Bikko »).

°

Avec une (1) voix :

ce fin brouillard…
D’avoir lu Vargas Llosa
« GARùA »

: isabel Asunsolo,

De mon enfance
la forte odeur de vinaigre
des courées humides

: Françoise Lonquety,

Explosion de rouges
entre les nuages en dentelles
soirée flamenco

: Jo(sette) Pellet,

hiver –
les glaçons des gouttières
nos Mikos préférés

: Bernadette Becker,

hôtel zéro pixel –
l’ado raconte
la maison hantée

: Éric Hellal,

la fillette soufflant
sur l’oiseau face aux miettes –
Vole ! Vole !

: Pascale Galichet,

La tempête
déshabille le platane
je noue une écharpe

: Marie-Alice Maire,

Les arbres rougeoient
Monte la route au col
Je souffre dans la bourrasque

: Marie Caron,

le clic incessant
du stylo à ressort
attendant un haïku

: ? = auteur encore anonyme, proposé par J. Antonini, pour la parution en octobre 2014 d’une anthologie ‘À l’école’,

Me souvenant de Bashô
Dans l’esprit une boutade
Je voyage

: Hiro Hata,

Odeur de fumée
j’écris sous un lampadaire
la froideur d’un soir

: Alain Legoin,

queue aux catacombes
les gens
réservent leur place

: Danièle Duteil,

soudain
le vent fait grincer la porte
je ne suis plus seule

: Monique Coudert.

°°

Autres haïkus « remarqués » / « commentés » :

heure de la sieste –
une cigale s’élance

: Daniel Py,

Les poissons du Thibet
des fleuves sacrés :
« radis d’été »

: Naty Garcia Guadilla,

robe de chambre
barrettes et pantoufles roses –
fillette en fugue.

: Françoise Lonquety

°°

Nous invitons ceux qui le désirent à se joindre à nous le 7 décembre prochain au soir, à la suite du kukaï restreint organisé par Laurent (Seegan) Mabesoone, afin de le rencontrer ainsi que sa famille et ses amis Japonais du Japon et de Paris, pour partager un dîner au Café L’Osmoz (33, rue de l’Ouest).
HP http://www.lebonbon.fr/2013/03/04/L-Osmoz-cafe/ )

Et notre prochain kukaï de Paris, dernier de l’an, se tiendra la semaine suivante, 14 décembre, à 16 heures, bistrot d’Eustache !

À bientôt donc,

Daniel

°°°

(Ma) critique du ‘Pape Volant’ de B. Natsuishi

24 novembre 2013

CRITIQUE DU PAPE VOLANT de B.N.

Ces textes ont l’apparence du haïku. Ils sont en trois lignes. Ils se conforment probablement au moule du 5/7/5 japonais.

Ce sont des petites histoires, des récits ; Or le haïku n’est pas discursif.
Ce sont des fictions, des lubies, des fantasmes intellectuels ; Or le haïku est en prise avec le réel, le concret. Il fait appel au corps, aux sens, aux sensations…
Tout y est dit ; Or le haïku suggère, laisse la place à l’imaginaire du lecteur.
Un sujet tient en permanence le rôle principal ; Or le haïku laisse la place à l’ambiguïté, même du sujet, parfois.
Ces textes sont « sérieux », écrits par quelqu’un qui se prend probablement au sérieux ; Or le haïku cultive la légèreté, l’humour, la dérision…

Ces textes ne m’apportent ni jubilation, exultation, ni bien-être ou mieux-être. Ils me sont inutiles, voire indifférents. Je les ai oubliés pratiquement aussi vite que je les ai lus.

Si, malgré tout cela, on les considère (encore) comme des « haïkus », ils ne me sont d’aucune qualité.

Mais à vous de lire, d’apprécier, de vous faire votre propre opinion, bien sûr !

D.

Haïku, etc. de Py – Nov. 13 – 1/2

20 novembre 2013

°°°

L’air devient feuilles

°

des fumerolles de froid
glissent sur la Seine –
matin du 11 novembre

°

Le sol devient feuilles

°

boulangerie – gâtisserie

°

la jouissance des trains lents…

°°°

Haïku etc. de Py – oct 13 – 2/2

20 novembre 2013

°°°

Cette grenouille *
s’appelait-elle
Lola ?

* la grenouille
de Bashô
s’appelait-elle
Lola ?

°

caracol/e
barcarolle
l’enfant
fait des cornes
(espagnoles)
au piano

(sept 12 – 16/10/13)

°

une toile d’araignée
sous le panneau
et un voyageur
attendant
le train

(Orly-ville)

°

un sens atavie ?

°

pas encore assagi = assagité (?)
ou : passagi (?)

°

un béni-non-non

un béni – ni

°

Il n’a pas d’égaux
= il est inégaulé (?)

Tout à l’égo

°

Soient deux milliards par jour
pour les troupes d’occupation françaises,
calculez le trou de la sécu

°
(Kyô- :)

Haïku énigmatique :
– quel est le sujet ?
– quel est le lien (entre les 2 rhèmes) ?

L’incongru (en haïku) :
l’haïkongru (?)

S’enfoncer dans l’abscons ?

°

Nuit de pleine lune
un train sans lumières
franchit le pont

(Orly-ville, 4h50, 21/10)

°

L’apparence – la parure

°

sur la chaise
assises-collées,
feuilles d’octobre

(Millau, 23/10)

°

plus la vie passe
plus elle semble un rêve

°

sur son T-shirt :
« HILL » *
(…) S

* colline

°

à l’UMP de Copé
le bilan du sarkozisme =
taper sur Hollande

°

Foyer de personnes âgées :

°

un haïku danse :
soleil sur un fil
d’araignée

°

À la Saint-Crépin,
des mouches est-ce la fin ?

°

25 octobre déjà :
promotion télévisuelle
du prochain Noël

°

ang-chieuse

°

caligrapluies

°

(Ancien :)

de bronze ou de chair :
la même pose
pour la photo

(Musée Rodin, 17/8/13)

°°°

Haïkus, etc. de Py – Oct 2013 – 1/2

20 novembre 2013

°°°

effluves de cloches
au fond du bus…

°

dès 8 heures du matin
avec sa 8,6 4,2 à la main,
il rame vers Paris

(RER C, Orly-Paris)

°
(Kyô-court :)

le blanc
autour de ces vers !…

°

hier soir la salle était pleine
à croquer

°

des écouloirs…

°

soucoupe violente :
soupe volante

°

L’oignon fait la farce

°
(5/7/5 :)

sempi
ternell
ement

°

la terre rentière ?

°
(Ancien :)

Au-dessus de la gare
l’hôtel Mercure

°

feuilles
cherchant à entrer
dans l’immeuble –
fraîcheur d’octobre

°°

On se voit à 15 heures
et on se quitte à 16h21
encore meilleurs amis qu’avant

(: Paul de M.)

°

enterrement –
tout le monde
s’(en) approche

°

lieu public –
n’aimant rien plus
que le silence

(RER C, dim. 13/10/13)

°

retour :
le Jardin des Plantes
sur le bout de mes chaussures

°

cette nuit je me suis appelé
BRANCHE

puis
DOIGTS

puis
BIENVIEILLIR

et enfin mon nom de plume (japonais)
ce matin :
MOJITO

°°

de la mort
Salim
en sesshin * de silence

de la mort
Salim
garde le silence

de la mort
Salim
accomplit le silence

– Assis
à une table ronde
lisant le journal

est-il voisin
de Pessoa ?

°°

une chaussette noire
tordue
sur le plancher du métro
à côté
d’une petite pastille rose

(L.14, 14/10)

°

Son terrier à poil ras
Son maître à longue perruque

(rue Lamarck, 75018)

°

chantonnant sur une marche de métro
pour laisser passer
le temps
– et les passants

(L.13, Guy Môquet)

°
(Kyôku :)

Nous attendons avec impatience
le prochain recueil de haïkus
de Monsieur Roland Barthes !

°

j’étouffais
… pour m’en sortir

°°°

Haïku, etc. de Py – sept 2013 – 2/2

20 novembre 2013

°°°

Fukushima
pour le(gouvernement de)s Japonais
c’est tabou
ça bout !

°
FilloN
( : in Le Canard enchaîné du 18/9/13)

°

ventes libres d’armes –
massacres de déglingués –
USA…

°

Une ancienne plantureuse de riz…
(cf Hubert Haddad, in Le peintre d’éventails, éd. Zulma, 2013.)

°

quatrième jour de cure
son odorat s’affine…

°

ces travailleurs anthracite
à la sortie du train…

°

elle fit
tout le voyage
dans son téléphone portable
(Reims-Paris, tgv.)

°

(Métro :)
« POUSSEZ FORT »
dit la porte
– qui s’ouvrit seule

°

rigolant au soleil
le caniveau
me fait de l’œil
(Avenue Mac-Mahon)

°

sur un banc
(Avenue Mac-Mahon)
une feuille
s’en vient loger
entre oreille et veste…

°

beau son de hautbois
dans un couloir du métro

mais odeur de vomi

°

Si vous ovulez
fis-je,
en place de
Si vous voulez !

°

une femme
en plastique
irréprochable

°

(s’a
muser
avec les mots)

°

une pavanade

: un paon
se pavaonne ?

°

an eclectric preacher

°

(le rythme
dans la po
ésie (du haïku))

°

Autant que faire se put
Autant que fesse repue

°

deux avions croisent leur air
dans le ciel bleu

°

Le Mont Tolima *
fut-il le Mont Fuji
de Sélim Bellen ?
(comme la Sainte-Victoire
celui de Cézanne ?)

* en Colombie.

°

Sauver
une coccinelle jaune
du lac Bâlea

(Transfàgàràsan, Roumanie, 8/13)

°

voile intégral : a-guichée (fermée)

voile intégral : aguicher = fermé !

°

les pectoraux
électoraux

(et les taureaux ?…)

°

Fonçant dans le brouillard
à 320 kms/h

(Paris-Reims, 25/9)

°

ça grenouille
ça magrouille

(Magrouiller // Gremouiller…)

°

dans le RER
(vidé)
une cravate grise à rayures
à terre

(C, Paris-Choisy)

aux pieds de cette femme
qui continue son voyage
cette cravate grise rayée noir

°

cf : FilloN
: FéloN

°

devant la lune du projo
s’élève le nuage de la fumée
soirée jazz kréol

(Le Baho’s, Longjumeau, 28/9)

°

dans le dimanche matin
recroquevillé derrière toi
une voiture officielle
esquisse une sirène

°

bouille de keuf !
kouille de beuf !

°

passant par le parc
aux senteurs de roses de septembre
les marrons roulent

°

jog au parc
sur le piano
fermé
Mozart *

* : Le conservatoire de musique d’Orly se situe à l’intérieur du Parc Méliès.

°

les zozo les zonneurs

°

soutenu(e)
tousse nu(e)

°

(cf 23/8/13 :)

un livre
sabi – me
au soleil

°

ra – beauter ?

°

sa matrice
m’attriste

°°°

Kukaï.Paris samedi 16 novembre

13 novembre 2013

Bonjour !
Le (83è) Kukai de Paris
du samedi 16 novembre à 16h, (animé par Daniel Py)
aura lieu au Bistrot d’Eustache 37 rue Berger 75001, dans la salle du 1er étage. Métro Châtelet-Les Halles…
Venez avec 2 haikus de votre composition.

(Le Repas des 10 ans de l’AFH
se tiendra également au Bistrot d’Eustache, ce même soir, dans la même salle 37 rue Berger. Compter 20€ pour entrée plat ou plat dessert. (Impossible de trouver moins cher pour un groupe dans Paris-Centre un samedi soir)
Amenez vos livres. La salle est à nous. Scène ouverte

amitiés

Françoise Lonquety)

à samedi !

Daniel

haïkus de la Grande Guerre

13 novembre 2013

°

sortie de la bibliothèque
et des haïkus de la Grande Guerre,
quelques pétards fusent au soleil

°

d.(Bibliothèque Carnegie, Reims, avril 2006)

traductions indirectes…

9 novembre 2013

ou « Pan sur le bec ! », comme dirait Le Canard !
:

Force nous est de constater qu’après avoir répétément critiqué le fait de traduire du japonais au français par l’intermédiaire d’une autre langue (en général l’anglais), le(s) responsable(s) de « Ploc!-la revue du haïku » se permet(tent) de faire exactement la même chose ! En effet, dans le numéro 46 de cette revue, nous ne pouvons lire les traductions des haïkus japonais du cercle Meguro dans leur adaptation française qu’après une déjà première traduction-adaptation en anglais (et sans avoir non plus la version originale en japonais) !
Comme l’étang change !…

D.