Haïkus, etc. Py – Oct. 2015 – 1/3

°°°

(Bashôtages :)

Mar(r)e des haïkistes,

dit la grenouille,

je plonge !

La grenouille

dépressive

se fait sauter

Le haïkiste terroriste

fait sauter

une grenouille

Et une

cuisse de grenouille sautée,

une !

Sauter une grenouille…

°

ce matin (en banlieue)

la neige a pris

une toile d’araignée

Leçon de musique –

pendule et pomme

tournent vers moi

leur face

De chaque côté

de la Tour Eiffel

les fesses du ciel

Tour Eiffel :

le string

(des fesses) du ciel (de Paris)

Le string résille de la Tour Eiffel

Sur la plage de Maguelone *

peinte par Courbet,

pas une chatte

* plage culs-nus (34)

Le rythme récurrent

du saxo-jazz – *

Le bruit des essuie-glace

* d’Anthony Braxton.

un sapeur-pompier (de Paris)

court (en banlieue)

sous la pluie

(C’est vrai

qu’il ne craint pas l’eau !)

Ce soir

le soleil sur sa page

c’est tout

la photographe

(en jupe courte)

s’agenouille

: prise de terre

entre mes pieds

un pigeon, un moineau

: lentilles-carottes bio

après l’ondée

seules quelques feuilles

sur le banc

(jardin de l’Hôtel de Ville, 75001, 6/10)

Le haïku,

bogue de marron

ouverte

Haïku :

pierres –

petit poucet

seins nus sous sa veste

elle présente le journal *

entrebâillée

: Enki Barcaj, 21 ans, Albanie, 2015

soir ensoleillé –

la boule d’un lampadaire

la boule d’un pissenlit

dans le rétroviseur

de chaque voiture devant moi

le même nuage

Amalgamagma

Magmamalgame

(miam miam…)

Créér le haïku,

ou

être créé(e) par le haïku ?

(Tanka :)

Avoir tout le temps

pour tout faire

ou pour ne rien faire

Ah, la volupté

de la Grande Vacuité !

Bibliothèque pleine,

il s’agit maintenant

de la vider.

L’authenticité de la sensation

très justement (/le plus justement possible)

retransmise…

Le haïku, c’est l’écriture authentique.

une flaque de vomi

sur le trottoir

– Syrie

Bachar Dassault

De l’Homo Sapiens

à l’Homo Sapions

une poussière

affolée dans le courant d’air

au coin d’une marche

(Gare de Lyon, 75012, 7h25, 11/10/15)

TGV –

une corneille

atterrit avant nous

en Suisse

Le haïku est une « poétique ».

(les couleurs de) l’automne

commence(nt) à chapeauter

les arbres

l’octobre

coiffe de rouge

l’arbre

passant sous un pin :

acupuncture crânienne

feuilles et plumes :

octobre

jonche

la montagne s’élève

le trait s’estompe

(Avril 2001, d’après des encres de Ion Codrescu)

Banlieusards

rentrant par leur train

– feuillages agités

au long de la voie

Passer la première eau

pour ôter l’amertume

de l’amer thé vert

Somnifrère

(Correction – sept. 2012 – Kukaï de Paris n° 70 :)

Cette fourmi :

une fleur

pour noeud-papillon

A six siècles de distance,

Saigyô et Senryu (le Vieux)

coïncident exactement :

1118-1190

1718-1790

sur la mare

une feuille

– rousseur d’automne

Politique de droite :

le patron

a raison ;

Politique de « gauche » :

le patron

a toujours raison.

Politique de droite :

le banquier

a toujours raison ;

Politique de « gauche »

le banquier

a toujours raison.

Jour gris d’obsèques – *

elle vide une bottine

dans la rue

* : Mo(nique) Coudert, 15/10/15.

Le cuir lustré

de mon père – chaque hiver

depuis 15 ans

°°°

(A suivre, 2/2)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :