Haïkus non retenus pour ‘L’Échelle brisée’ – Salim Bellen – 38, 39, et 40/40.

°

le chien à la porte
six mois après l’abandon
retrouve son maître

Entre les massacres
la guerre des graffiti
envahit les murs

Retirant la bâche
au refuge le pianiste
nous joue un solo

: Salim Bellen.

(Fin des haïkus non retenus dans L’Échelle brisée, publication AFH, 2007.)

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :