Posts Tagged ‘Wakyu (1)’

Poèmes de mort du Japon – W – Ed Tuttle

28 mars 2010

°°°

de WAGIN,
mort le 3 du 1° mois de 1758, à 73 ans :

Kuse ni natte / nishi ogamikeri / hatsu-ashita

L’aube du Nouvel An :
mais j’ai déjà l’habitude
de me prosterner vers l’Ouest.

Note de Y.H. :
Wagin mourut 2 jours après la première aube du nouvel an. Dans une cérémonie
dont l’origine se trouve apparemment dans la religion Shinto, les Japonais se
prosternent aux premiers rayons du soleil de chaque nouvel an. Wagin, un
bouddhiste habitué à se prosterner vers l’Ouest, en direction du paradis, tourne
maintenant son dos au soleil levant. Il suggère ainsi, dans une grimace, qu’il
appartient déjà plus au monde prochain qu’à celui-ci.  »

°

de WAKYU,
mort le 16 du 1° mois de 1692, à 44 ans :

Waga toshi no / yoyoshi no hana no / ageku kana

Mes quarante-quatre ans
fleurissent au dernier chaînon
d’un poème lié.

Note de Y.H.
 » Conventionnellement, le dernier verset (ageku) d’un renga contient un mot de
la saison du printemps. Wakyu compare sa vie longue de 44 ans à un poème lié
qu’il termine avec une image du printemps.  »

°

de WAKYU,
mort le 10 du 11° mois de 1759 :

Tsui ni yuku / yuki fumiwakete / fude no michi

En toute fin
je laboure à travers la neige profonde :
la voie du pinceau.

Note de Y.H. :
 » Wakyu mourut en hiver, et compare ici son prochain voyage à marcher lourdement
dans la neige (yuki fumiwakete). Cette ligne est aussi une ligne-pivot, en ce
que Wakyu semble dire que sa vie en tant que haïjin, disciple de « la voie du
pinceau » (fude no michi), a été aussi difficile que le voyage qu’il va bientôt
effectuer.  »

°°°

(tr. d.py)

Publicités