Posts Tagged ‘Valérie Rivoallon’

Compte-rendu du kukaï du Marché de la Poésie

17 juin 2012

Place Saint-Sulpice (Paris 75006), le 16 juin 2012.

Bonsoir !

Sur le stand 517 (de L’iroli, entre autres,)
en présence de douze personnes, 24 haïkus ont été échangés.

°

Avec trois voix :

ailes du héron –
dans mes jambes souvenir
de l’orgasme

: isabel Asunsolo

jogging
ah ! l’agilité du merle
dans la flaque d’eau

: Lucia Supova.

Une coccinelle
sur la main de l’enfant
le bijou parfait

: Moniques Serres.

°

Avec deux voix :

Allongée
au pied des arbres –
vertige

: Valérie Rivoallon.

câlin du soir
sur le mur
son ombre portée

: Mériem Fresson.

Dix fois au jardin
pour le persil, pour le linge…
Pivoines en fleur

: Moniques Serres.

Minuit l’hiver
le bruit d’une scie
solitude

: Buson.

°°

Avec une voix :

Des gouttes de pluie
Le bruit des vagues de la mer
L’été commence

: Hiro Hata.

l’insecte
fait le tour de l’assiette :
jambon cru – saucisse

: Daniel Py

nuit d’été
un papillon blanc fend l’air
quelle fraîcheur !

: Philippe Bréham

sanctuaire shintô
sur le jardin les lanternes
dessinent le silence

: Philippe Bréham.

soulevant une roue
pou ne pas écraser un gendarme
– trottoir de Vitry

: Daniel Py

Sur ses lèvres
j’ai déposé mes soupirs –
frissons dans les reins.

: Patrick Fetu.

une tortue me regarde
— les pétales sur la surface de l’étang
la doublent

: Lucia Supova.

°

Le prochain kukaï de Paris aura lieu samedi 15 septembre, 16h30 au bistrot d’Eustache (probablement !).
Bonnes vacances, bel été à tou(te)s !

Daniel

Publicités

COMPTE-RENDU complet du kukaï de Paris n° 67

5 mai 2012

Hier, en présence de 7 personnes,
deux haïkus (/ senryûs) ont obtenu 5 voix :

sombres jours passés
il me change les idées
ce repas d’enterrement

: de Philippe Bréham,

et :

un chewing-gum
dans l’oeil du candidat –
veille d’élections

: de Daniel Py.

°

Avec 3 voix, suivent :

En apesanteur…
au centre d’un nuage
de méduses bleues

: de Danièle Georgelin,

Giboulées –
le train file droit
dans l’arc-en-ciel

: de Gwenaëlle Laot,

Sous l’eau, tour à tour,
les nuages éteignent…
les coraux

: de Danièle Georgelin.

°

Avec 2 voix :

alerte au tsunami
dans l’attente oppressée
les filaos frissonnent

: de Gilbert Stern *,

Il parle, il parle…
Finit par me prendre la tête
le coiffeur !

: de Patrick Fetu.

°

* , qui a raconté cette alerte au tsunami sur une plage de la Réunion, valable jusqu’à 19 heures… C’était, heureusement, une fausse alerte, mais les maîtres-nageurs, à l’heure de leur fin de service (18 heures), ont rangé leur matériel et quitté tout simplement la plage ! – ce qui a donné lieu à ce « senryû » improvisé :

alerte au tsunami
les maîtres-nageurs
plient bagage **

** ou : / lèvent le camp ( ?)

(d.p.)

°

Ont également été remarqués :

dessous –
que mettre
dessus

: de Valérie Rivoallon,

Le désert (,)
jusqu’au bord de la mer (…)
l’aigrette immobile

: de Danièle Georgelin,

les tulipes dans le vase
penchent la tête
méditation

: de Gilbert Stern,

le vent souffle
dans la cuisine
la cocotte siffle

: de Gwenaëlle Laot,

souffles de la nuit
se soulèvent les feuilles du saule
la lune !…

: de Philippe Bréham ;

et aussi :

Dans sa chambre
à petits pas hésitants –
tuer le temps

: de Patrick Fetu,

et :

le soleil
entre les orteils
– levers

: de Valérie Rivoallon.

°

Notre prochain kukaï de Paris (n° 68) aura donc lieu samedi 2 juin, à 16h30, au bistrot d’Eustache !
En seconde partie, Valérie Rivoallon, et Philippe Bréham vous y entretiendront du senryû !

°

Bien à vous,

Daniel !

Compte-rendu du kukaï de Paris n° 66 du 7 avril 2012

7 avril 2012

En présence de sept participants, 21 haïkus ont été échangés.

Avec 6 voix :

Odeur de fraises
Coup d’œil sur les prix
Odeur de fraises

: Gwenaëlle Laot *

* qui a ainsi, pour la première fois de toute l’histoire du kukaï de Paris – si ma mémoire ne me fait pas défaut – obtenu l’unanimité des votants !
Bravo à elle !
(Il lui a été suggéré de payer son pot dès que possible !)

°

Avec 4 voix :

Brouillard –
le soleil
devient lune

: Gwenaëlle Laot

, once more !

°

Suivent 5 haïkus à deux voix :

Au fond du jardin
le lapin trop bien caché –
chocolat fondu !

: de Patrick Fetu ;

Avec le cerisier
mon squelette
refleurit

: de Françoise Lonquety ;

L’un après l’autre
les comédiens
se brossent les dents

: de Françoise Lonquety ;

Rêveries…
Les ailes bleues du papillon
côtoient le ciel…

: de Danièle Georgelin ;

voyant un point
sur la page –
ne l’écrasant pas

: de Daniel Py.

°

Furent également remarqués :

cerisier en fleurs
un vieil homme le contemple
avec nostalgie

: de Philippe Bréham ;

faisant
semblant de dormir
ce cerveau

: de Valérie Rivoallon ;

Il est quinze heures
dans les branches du cerisier
ah ! la lune

: de Françoise Lonquety ;

mars
la première coccinelle
se meurt

: de Valérie Rivoallon ;

« Nights in white satin »…
Sur la pointe des pieds
rentrer à pas d’heure

: de Patrick Fetu ;

parmi
le chant des oiseaux
un cri de mouette

: de Valérie Rivoallon ;

Première brocante
mon fils vend son tricycle –
il a l’air d’un grand.

: de Patrick Fetu ;

Rayons du soir
s’amoncelant sur les vagues
cliquetis des galets…

: de Philippe Bréham.

°

Les deux prochains kukaï (qui conclueront ce semestre) auront lieu les
samedi 5 mai (Bistrot d’Eustache, 16 h 30), et
samedi 2 juin (- idem) !

Valérie Rivoallon et Philippe Bréham nous proposeront, à échéance, un sujet sur le senryû !

Merci !

Daniel

Compte-rendu du kukaï de Puteaux du 17/3/12

18 mars 2012

Bonjour !

En présence de neuf personnes (dont huit participants), à la médiathèque de Puteaux, lors de la journée de l’AFAH, 20 haïkus (de 10 haïkistes) ont été échangés.

°

Haiku perdu –
confier à la libellule
mon désarroi

de Lydia Padellec,

a obtenu 4 voix.

°

Chez le libraire
en petits caractères
notre histoire

de Françoise Lonquety,

et :

Sortant de chez lui
une feuille
lui prend la main

de Daniel Py,

ont obtenu 3 voix.

°

Avec 2 voix :

À côté de l’hirondelle
morte sur le trottoir
l’enfant dépose une fleur

: Daniel Py

Arbres en fleurs –
faire les mèches
dans mes cheveux

: Dany Georgelin

Haïku :
Observer notre monde
autrement

: Lydia Padellec

et :

Penchant la tête
regarder son âme
autrement

: Françoise Lonquety

°

Haïkus remarqués par ailleurs :

au fil de l’eau
les songes
d’un jour d’hiver

de Valérie Rivoallon,

Femme dans le métro
sur ses hauts talons tangue
l’i-pod sur le cœur

: Martine Gonfalone,

la voir dans son île
pêchant à la fraîche
sous l’œil d’un héron

de Janick Belleau,



Paris 3è
au temple céleste
le colonel

de Janick Belleau,

premier rayon
la vie
autrement

de Valérie Rivoallon,

et :

première jonquille
la corolle vers le sud
attend le soleil

d’Alain Legoin.

°

Merci à tou(te)s !,
et au 7 avril au bistrot d’Eustache, à 16h30, pour notre
66 ème kukaï de Paris !

°

NB : les mots soulignés font partie des dix mots de la francophonie 2012, à savoir : « âme », « autrement », « caractère », « chez », « confier », « histoire », « naturel », « penchant », « songe », et « transport(s) », proposés pour la tenue de ce kukaï.

D.P.

Compte-rendu complet du 62è kukaï de Paris (21/1/12)

22 janvier 2012

°
Bonjour !

Ce samedi 21 janvier, autour de notre billard du bistrot d’Eustache,
29 haïkus ont été échangés, en présence de 9 (puis 10) personnes.

°

Avec 4 voix :

Sur le fil
la neige
funambule

, de Daniel Py.

°

Avec 3 voix :

Brumes hivernales
le canal se répand
entre les arbres

, de Cécile Duteil ;

et :

Repas de famille
un mochi vietnamien
– Lune dans mon assiette

, de Lydia Padellec.

°

Avec 2 voix :

Calme sous la lune
il parle du tortionnaire
son crâne brille

, de Françoise Lonquety ;

carillon
les oiseaux
haussent le ton

, de Valérie Rivoallon ;

Croquer
sur les arbres de l’hiver
des roses joufflues

, de Françoise Lonquety ;

Les pleurs de sa mère
le fils ne les entend plus
dans la rue… les chars

, de Patrick Fetu ;

Matin de janvier
paresseuse dans mon bain
je rêve de crawl

, de Françoise Lonquety ;

nouvel an
les pigeons eux
s’en moquent

, de Valérie Rivoallon ;

pluie sur neige
la branche ployée se redresse
se redresse

, de Paul de Maricourt ;



seules
parmi les nuages
l’étoile et moi

, de Valérie Rivoallon ;

et :

sur le voilier
une jeune fille allongée
je tiens la barre !

, de Philippe Bréham.

°

7 autres haïkus ont obtenu une voix.

°°

Enfin, Soizic Michelot nous a présenté sa très prochaine exposition « Le nom des Étoiles » (Haïku et Compositions photographiques) qui aura lieu au Centre Tenri, 8/12 rue Bertin Poirée, 75001, du 24 janvier au 4 février 2012 (mar-ven 10h-20h, sam. 10h-16h.), et dont le vernissage se tiendra mercredi 25 janvier de 17h30 à 20h.
« Je ne suis pas sûre d’avoir existé. Je ne suis pas sûre non plus de l’existence des étoiles et des fleurs que j’ai pu voir durant ma vie. Mais je suis sûre de la peine ou de la joie que j’ai éprouvée en les contemplant. » S.M.

L’exposition de Soizic a déjà tourné en Bourgogne et en Bretagne, avant de venir, maintenant, à Paris.

°

Philippe Bréham nous a fait savoir que le spectacle qu’il a mis en scène : « Le souffle de la neige » (d’après un conte ancien rédigé par Lafcadio Hearn : « La femme de neige ») se tiendra également au Centre Tenri du 22 au 28 février 2012.
Notre kukaï # 63, qui aura lieu samedi 18 février (jour des vacances scolaires parisiennes) à 16h30 au bistrot d’Eustache, pourra donc s’achever en apothéose par le spectacle de « la dernière séance » de Philippe à 20h30. (Nous aurons même le temps de nous restaurer entre les deux !)

°

Bien à vous,
amicalement,

Daniel.

Compte-rendu du kukaï de Paris n°60 du 19/11/11

20 novembre 2011

Bonjour !

En présence de 13 personnes, dont notre amie Québécoise Jeanne Painchaud, 41 haïkus furent échangés. 23 d’entre eux obtinrent une voix ou plus.

°°°
A obtenu 7 voix :

ciel de traîne / la lumière prisonnière / du pot de coings
(Danièle Duteil).

°
A obtenu 6 voix :

les blés ondulent – / je ne saurai jamais / danser le tango
(Michel Duflo).

°
Ont obtenu 5 voix :

nuit de lune / les silences comblés / par le bruit des vagues
(Danièle Duteil) ;

et :

Train de banlieue – / la bouche ouverte / d’une poupée
(Paul de Maricourt)

°°
A obtenu 4 voix :

manège – / le cri de l’enfant autiste / décrochant la lune
(Michel Duflo).

°
A obtenu 3 voix :

Photo de famille – / le frémissement des lèvres / avant le sourire
(Lydia Padellec).

°
Ont obtenu 2 voix :

échos du jour – / le soleil / sur l’herbe floue
(Paul de Maricourt) ;

L’ascenseur – / Juste un parfum / pour m’accueillir
(Patrick Fetu) ;

Le tracteur dans le champ – / Envie de retourner / la terre
(Gwenaëlle Laot) ;

Palais vénitien – / au pas de la porte / un pigeon
(Meriem Fresson) ;

Sur sa terre / Mon père étale du goémon – / Marée haute au jardin
(Gwenaëlle Laot).

°°
Avec 1 voix :

à son envol / la dernière feuille / est tombée
(Antoine Gossart) ;

Brise vénitienne – / à l’unisson sur les eaux / deux bouteilles de plastique
(Meriem Fresson) ;

ciel constellé / un vide immense / sans la lune !
(Philippe Bréham) ;

corbeaux / sur des arbres / bariolés
(Daniel Py) ;

dans le soleil d’automne / en mourant / elles dansent
(Antoine Gossart) ;

Derrière les arbres / un tintement de cloche / puis – la bergère
(Valérie Rivoallon) ;

Feuillage dense / fixement regarder / l’immobile
(Meriem Fresson) ;

ils goûtent au ciel / les douze poissons rouges / une bulle à la fois
(Jeanne Painchaud) ;

Père Lachaise – / sur les tombes délaissées / les feuilles jaunes
(Gwenaëlle Laot) ;

sur sa tombe / derrière le pot de fleurs / un escargot
(Patrick Fetu) ;

Sur ton visage lumineux / l’ombre d’une mèche / rivalise avec les vagues
(Lydia Padellec) ;

vignes vendangées – / la partie de dominos / peut reprendre
(Michel Duflo).

°° A été commenté, pour sa structure inhabituelle et minimaliste :

Pluie / sur les Champs-Elysées / Qu’importe !
(Valérie Rivoallon).

°°°

Jeanne Painchaud, qui vient de publier aux éditions de la Lune Bleue (de Lydia Padellec) Le ciel si pâle (haïkus), qui est déjà épuisé (!), nous a présenté son travail de diffusion du haïku sous diverses formes : boîtes-haïkus, enveloppes-haïkus, jeux de marelle-haïkus, parcours-haïkus en pochoirs sur trottoirs… exposés dans divers lieux : expositions, médiathèques, distributeurs de cigarettes « recyclés », festivals… Elle nous a initiés au pliage (origami) afin de fabriquer une lanterne-haïku. On peut consulter avec profit son site :
http://www.jeannepainchaud.ca
Nous avons ensuite terminé cette très agréable soirée, dans notre bistrot d’Eustache habituel, autour d’un bon repas. Merci à toutes et à tous ! Et au samedi 10 décembre prochain pour notre dernier kukaï 2011, à 15 heures d’abord, sous la houlette de Lydia qui nous fera réaliser des cartes-postales-haïkus, moyennant la modique somme de 5 euros. Apportez pour ce faire votre timbre postal (et un haïku – ou bien vous l’écrirez sur place)).
Nous continuerons à 16h30 avec notre « concours » habituel. Lieu prévu – devinez donc ! : le bistrot d’Eustache, 37 rue Berger, Paris 75001. A bientôt donc, et bons haïkus en prévision !
D.

Résultats complets du kukaï de Paris n° 58

9 octobre 2011

°

Résultats du kukaï de Paris n° 58, du 8 octobre 2011

Bonjour !

En présence de onze personnes, 37 haïkus ont tourné autour de notre table rectangulaire (de billard !) au premier étage habituel du bistrot d’Eustache, au centre des Halles de Paris. Le temps était frais et plutôt couvert pour ce premier kukaï automnal.

°

Danièle Duteil s’est distinguée avec ce haïku à cinq voix :

entre deux dunes
à l’abri des regards –
l’odeur de la mer

°

Avec trois voix, vinrent ensuite :

Dans le couloir
l’homme sans souvenirs
traîne la savate

: de Patrick Fetu ;

Sur la page blanche
l’ombre de ma main
… immobile

: de Patrick Fetu ;

et :

Sur les enfants
l’odeur de la classe
jusque chez eux…

: de Danièle Georgelin.

°

Avec deux voix :

empreintes
entre chèvre et sanglier
la mienne

: de Valérie Rivoallon ;

grue de chantier –
le vol d’une tôle

: de Paul de Maricourt ;

pique-nique –
une mante religieuse
mange son mari

: de Michel Duflo ;

rien aujourd’hui
la course du vent
sur la grand’plage

: de Danièle Duteil ;

°

Parmi ceux des (13) haïkus qui ont obtenu une voix :

Inondation –
Émergeant de sous l’évier
les fesses du plombier

: de Françoise Lonquety,
fut apprécié pour son sens de l’humour, et, entre autres :

verrière –
un nuage s’avance
vers la trace de main

: de Paul de Maricourt,
fut apprécié pour sa grande simplicité.

Merci à toutes et à tous, et rendez-vous au kukaï.paris n° 59, le samedi 19 novembre, même heure (16h30), même lieu (bistrot d’Eustache), en présence de notre invitée d’honneur, la Québécoise Jeanne Painchaud !

Les résultats complets sont également visibles sur :

http://kukai.paris.free.fr/blog/

à bientôt
au milieu des haïkus !
amicalement,
Daniel

Résultats du kukai.paris 57 du 17/9/11

18 septembre 2011

Bonjour !

En présence de 10 personnes, 32 haïkus furent échangés. Parmi les haïkus choisis, 1 haïku a obtenu quatre (4) voix :

sur le sable mouillé
l’orangé du soir
qu’emporte la vague

: Daniel Py.

8 haiku ont obtenu deux (2)voix :

bruit de plastoc – / le livreur de pizzas / sur un dos d’âne
: de Paul de Maricourt;

Corps séparés / aux frontières de l’aurore / chacun se retourne
: de Patrick Fetu;

De pierre et d’eau / mes pensées s’échappent / – chant des cigales
: de Lydia Padellec;

Embouteillage – / Balancées sur leur roseau / trois libellules
: de Françoise Lonquety;

entre deux eaux / la carpe centenaire / et mes souvenirs d’enfance
: d’Antoine Gossart;

L’élève distrait / s’évade / sur un rayon de soleil
: de Patrick Fetu;

Nuit en mer / la lumière des mâts / sous la voie lactée
: de Gwenaëlle Laot;

Plus forte / l’odeur de la rivière / avant la pluie.
: de Françoise Lonquety;

Vagues légères – / debout dans l’horizon bleu / ma petite mère
: de Lydia Padellec.


et 8 haiku ont obtenu une (1) voix :

au départ du train / sur le fil / le linge s’agite
: d’Antone Gossart;

Ciel noir / Courir plus vite / que les éclairs
: de Gwenaëlle Laot;

cinq ou six coussins / la chatte traverse la journée
: de Daniel Py;

Je m’endors / Bercée par le souvenir / d’un tour en voilier
: de Gwenaëlle Laot;

la lumière / accrochée aux tue-mouches – / brise du soir
de Paul de Maricourt;

l’étranger / face à la mer / compagnon de pensée
de Valérie Rivoallon;

qui de nous deux / fera le premier pas / lézard ?
: de Valérie Rivoallon;

et :

voisine sur Facebook / je lui pique ses pêches
: d’isabel Asunsolo.

Bravo et merci à tou(te)s !

Les résultats complets sont également consultables sur :
http://kukai.paris.free.fr/blog/

Notre prochain kukaï (58) aura lieu samedi 8 octobre à 16h au Presse Café 12/14
rue Thomas Mann 75013, métro BFM, lors du vernissage (simultané à
Mont-Saint-Hilaire (Québec)) de l(a double)’exposition de haïshas de Lise Robert
& Patrick Fetu qui durera jusqu’au 28 oct à Saint-Hilaire, et jusqu’au 31
octobre à Paris ! Bravo (et merci à eux !)
Lydia Padellec y présentera aussi le petit recueil de poèmes de votre
serviteur : ‘L’Arbre debout’, (avec gravures de Vincent Rougier) à ses éditions
de la Lune bleue !
(merci également à elle – et à Vincent !)

Bien à vous,
Daniel

Résultats du kukaï de Paris n°55, du 11 juin 2011

11 juin 2011

°
En présence de dix participants, 34 haïkus furent échangés. 17 d’entre eux obtinrent une ou plusieurs voix.

°
Avec cinq voix :

Entre chaque fleur
le silence
d’un papillon

de Lydia Padellec;

Portière ouverte
Dans chaque repli de l’air
L’odeur de la mer

de Gwenaëlle Laot.

°
Avec trois voix :

duvets sur la plage
notre auberge
quatre étoiles

de Cécile Duteil
.

°
Avec deux voix :

Au son du piano
Elle tourne, pique et remonte
La vague de passereaux

de Danièle Georgelin,

Du repas d’hier
quelques miettes sur la table
et un rond de vin

de Patrick Fetu,

Sa main ridée
derrière la fenêtre –
Fin de la visite

de Patrick Fetu.

°
Avec une voix :

au loin
pas de merveilles
juste à mes pieds

de Valérie Rivoallon,

bruine
le sourire de la vieille
derrière les barreaux

de Valérie Rivoallon,

Cinéma d’quartier –
traversant l’écran jauni
l’araignée galope

de Françoise Lonquety,

Cloches de l’église
Dans la ville
L’écho des champs

de Gwenaëlle Laot,

Conversations
Croisées dans le métro
Vivement La Muette

de Monique Coudert,

Dans les tournesols
Biches cachées au crépuscule
Toutes les têtes vers l’ouest

de Danièle Georgelin,

doublée par deux trottinettes
la péniche

de Paul de Maricourt,

la glycine fleurie :
l’odeur
de la voiture qui démarre

de Daniel Py,

la vieille en mini jupe
ses jambes cerclées de caniches

de Paul de Maricourt,

les oiseaux
sifflent les jardiniers –
mi-mai

de Daniel Py,

Odeur de poisson
Un garçon dans le train
lit un manga

de Monique Coudert.

°
Nous avons accueilli pour la première fois Eunya, amie Coréenne de Gwenaëlle, et un de ses tout premiers haïkus en français :

la pluie printanière
les bourgeons deviennent des feuilles
l’été commence en moi

(N.B. Dans le cycle saisonnier extrême-oriental, les bourgeons sont symbole du printemps; les feuilles, de l’été; les feuilles tombantes, de l’automne; et les racines, de l’hiver.)

°°

Notre prochain kukaï (n°56) aura lieu le samedi 2 juillet. Il reste à définir le lieu (probablement au Bois Dormoy, près du métro La Chapelle – dans le nord de Paris) et l’heure (dans l’après-midi). Je suis en pourparlers avec Pascale Desmazières pour la co-organisation de l’événement. Pascale est la coordonnatrice de la revue des Xérographes ( Voir : http://xerographes.free.fr ).

Après les grandes vacances, le kukaï (n°57) reprendra soit le 10 soit le 17 septembre ;
pour le kukaï suivant (n°58), nous accueillerons la québécoise Jeanne Painchaud, qui aura carte blanche en deuxième partie de réunion. La date n’en est pas encore fixée, mais ce sera vraisemblablement le 8 octobre…

°

Résultats du kukaï de Paris (54) du 20 mai 2011

22 mai 2011

°

En présence de treize personnes, 40 haïkus (et deux tankas) furent échangés. 22 obtinrent une voix (et/ou plus). :

Avec 5 voix :

Cette petite fille
Et sa corde à sauter –
le temps déroulé

: Gwenaëlle Laot.

Avec 4 voix :

sieste
sur l’autre oreiller
une mouche

: Michel Duflo.

Avec 3 voix :

premières chaleurs –
au bord de l’eau
boire le silence

: Loïc Ereac.

Avec 2 voix :

Après la récré
redoublant d’intensité
le chant des oiseaux

: Danièle Georgelin

Cerisiers en fleurs
la balançoire immobile –
Fukushima

: Lydia Padellec

le soir tombe
on dirait que le parfum des fleurs
grandit

: Daniel Py

Pensant à demain
des manuscrits en attente
– envolée de pétales

: Lydia Padellec.

Plongée de nuit
Requins dessous
Orion à la surface

: Danièle Georgelin.



Rue ensoleillée
Le salut de l’éboueur
à l’ouvrier

: Meryem Fresson.

Sur sa patinette
arrivée à ma hauteur…
pirouette

: Patrick Fetu

Voisine endormie –
de sa bouche entr’ouverte
une éolienne !

: Lydia Padellec.

Parmi les (11) haïkus ayant obtenu une voix, ont été aussi remarqués :

ni vivre
ni mourir
le savon

: Valérie Rivoallon.

Premier avril
dans le dos de la fille
gothique – une arête

: Françoise Lonquety

Couleurs en tube
faire comme si l’on marchait
sur un pont sur l’eau

: Rose Labrouste

Reflets bleus du ciel
Tout le long des quais dans l’eau
Le soleil nage

: Rose Labrouste.

Merci et bravo à tou(te)s !

Chantal Peresan-Roudil, qui représentait Dominique Chipot, président de l’APH, nous a présenté le recueil vainqueur du concours du recueil de haïkus 2011. Il s’agit de
Quelques grains de riz, de Huguette Ducharme et Monika Thoma-Petit.
(On peut se le procurer directement sur le site internet : lulu.com.)
Il s’agit d’un « renku libre » québécois.
d’où j’extrais la page 28 :

de son bouc alerte
elle parle avec enthousiasme
la fermière enceinte

(Monika)

un, deux, trois pas
ce matin bébé devient
un piéton

(Huguette).

Bravo aux deux lauréates !

ATTENTION :
Notre prochain kukaï aura lieu le ONZE juin (pas le 18 ! comme annoncé auparavant !).
Merci !