Posts Tagged ‘Teishitsu’

34 HAIKU d’automne – Blyth – p. 921-935

28 mai 2011

°
(p.921 :)

akebono ya . kiri ni uzumaku . kane no koe

Bashô

la voix de la cloche
tournoie dans le brouillard
à l’aube naissante



asagiri ya . e ni kaku yume no . hito-dôri

Buson

le brouillard du matin
peint :
un rêve de gens qui passent

asagiri ya . mura sen-gen no . ichi no oto

Buson

village de mille foyers :
le bruit du marché
dans le brouillard matinal

°
(p.922 :)

kiri fukashi . nani yobariau . oka to fune

Kitô

dans le brouillard dense
qu’est-ce qu’on crie,
de colline à bateau ?

kawagiri ya . uma uchiiruru . mizu no oto

Taigi

brouillard de rivière ;
exhortant le cheval vers l’eau :
le bruit !



kaze ni noru . kawagiri karushi . takasebune

Sôin

au gré du vent,
un léger brouillard de rivière
que traverse une barge

°
(p.923 :)

hito wo toru . fuchi wa kashiko ka . kiri no naka

Buson

l’endroit profond de la rivière
qui engloutit les gens,
est-ce là-bas, dans le brouillard ?

asagiri ya . kuize utsu oto . chô-chô-tari

Buson

dans le brouillard matinal
le bruit d’un pieu qu’on enfonce :
Pan ! Pan !



ariake ya . asama no kiri ga . zen wo hau

Issa

aube –
le brouillard du mont Asama
rampe sur la table

°
(p.924 :)

tombô ya . kurui-shizumaru . mikka no tsuki

Kikaku

les libellules
cessent leur vol fou
au lever de la lune

matsuyoi ya . onna aruji ni . onna kyaku

Buson

soir à attendre la lune ;
la maîtresse de maison
a eu un visiteur

°
(p.925 :)

kudakete mo . kudaketemo ari . mizu no tsuki

Chôshû

la lune dans l’eau,
brisée, et encore brisée,
mais toujours là !

°
(p.926 :)

mizu no tsuki . mondori utte . nagarekeri

Ryôta

la lune dans l’eau
fit un saut périlleux
puis continua de flotter

tsuki hayashi wa ame wo . mochinagara

Bashô

la lune s’enfuit rapidement,
les branches retiennent encore
les gouttes de pluie

suzushisa no . katamari nare ya . yowa no tsuki

Teishitsu

la lune à minuit :
une masse solide
de froid ?

°
(p.927 :)

yo no naka no . mono no kage yori . kyô no tsuki

Nangai

des ombres
de tout sur terre –
la lune d’aujourd’hui

meigetsu ya . tatami no ue ni . matsu no kage

Kikaku

la lune claire;
sur le tatami,
l’ombre du pin

°
(p.928 :)

ochiguri no . oto wo ugetsu no . sôka kana

Usen

pluie par-dessus la lune d’automne :
sous la fenêtre,
les châtaignes

fuku kaze no . aite ya sora ni . tsuki hitotsu

Bonchô

compagne du vent tempêtueux,
une lune seule
roule à travers cieux



meigetsu ni . nani wo isogu zo . hokakebune

Baikin

sous la lune d’automne,
pourquoi te presser,
navire à la voile gonflée ?

°
(p.929 :)

meigetsu ya . o sus no sugishi . zenkôji

Issa

après le nettoyage
du temple Zenkôji :
la lune claire d’automne

imo wo niru . nabe no naka made . tsukiyo kana

Kyoroku

même dans la casserole
où bouillent les pommes de terre,
une nuit de lune

°
(p.930 :)

tsuki tenshin . mazushiki machi wo . tôrikeri

Buson

la lune au plus haut,
je passe dans
un quartier pauvre

aosagi no . gyatto nakitsutsu . kyô no tsuki

Ransetsu

le héron
crie
sous la lune d’aujourd’hui

arashi fuku . kusa no nakayori . kyô no tsuki

Chora

la lune d’aujourd’hui
se lève
d’entre les herbes bousculées par l’orage

°
(p.931 :)

meigetsu ya . kemuri haiyuku . mizu no ue

Ransetsu

sous la claire lune d’automne
la fumée rampe
à la surface de l’eau

mizutori no . tsutsuki-kudaku ya . nami no tsuki

Zuiryu

le gibier d’eau
pique, et fait trembler
la lune sur les vagues

kumo oriori . hito wo yasumuru . tsukimi kana

Bashô

de temps à autre,
les nuages donnent du repos
aux contemplateurs de la lune

°
(p. 932 :)

hitotose no . tsuki wo kumorasu . koyoi kana

Sôgi

Et t’es-tu ennuagée,
cette nuit,
lune de l’année ?

meigetsu ya . ike wo megurite . yomosugara

Bashô

lune d’automne ;
j’ai fait le tour de la mare
toute la nuit

°
(p.934 :)

meigetsu ya . motarete mawaru . enbashira

Shôfû-ni

ah, la claire lune d’automne
s’appuie sur le pilier de la véranda
et en fait le tour

meigetsu ya . ittemo ittemo . yoso no sora

Chiyo-ni

lune claire d’automne –
j’eus beau marcher, toujours lointaine,
dans un ciel inconnu

°
(p.935 :)

tsukikage wo . kumi-koboshikeri . chôzubachi

Ryuho

prenant la lune
dans la vasque
puis l’éparpillant

meigetsu ya . haifuki suteru . kage mo nashi

Fugyoku

lune claire :
aucun endroit sombre
pour vider le cendrier

°
(p.936- à suivre…)

19 HAIKU d’été – Blyth – p.660-668

14 mars 2011

°
(P.660 :)

suzushisa ya . andon kiete . mizu no oto

Shiki

la lumière de la nuit s’éteint;
le bruit de l’eau :
fraîcheur

suzushisa no . katamari nareya . yowa no tsuki

Teishitsu

la lune de minuit :
une boule
de fraîcheur ?

°
(p.661 :)

suzushisa ya . shii no uraha wo . fukikae shi

Shiki

Fraîcheur !
Les feuilles du pasania
soufflées par le vent

°
(p. 662 :)

suzushisa ya . heike horobishi . nami no oto

Shiki

fraîcheur :
dans le bruit des vagues
la défaite des Heike !



suzukaze ya . kokû ni michite . matsu no koe

Onitsura

la brise fraîche
emplit la voûte vide du ciel
avec la voix du pin

tsuribashi ni . midarete suzushi . ame no ashi

Shiki

au-dessus du pont suspendu
confuses
les lignes de la pluie fraîche

°
(p.663 :)

nozoku me ni . issennen no . kaze suzushi

Shiki

dans l’oeil qui voit
mille ans de vent
sont frais

suzushisa wo . e ni utsushi keri . saga no take

Bashô

la fraîcheur
peinte dans une peinture ;
les bambous de Saga

suzushisa ya . yomizu no kakaru . ido no oto

Issa

la fraîcheur
du bruit de l’eau nocturne
retombant dans le puits

gege mo gege . gege no gekoku no . suzushisa yo

Issa

pauvre, pauvre, oui, pauvre,
la plus pauvre des provinces – mais cependant
sentez cette fraîcheur !

°
(p.664 :)

gege no ge no . kyaku to iwaren . hana no yado

Etsujin

Bien que je puisse être appelé
le plus vil des vils visiteurs,
ce logement fleuri !



suzushisa ya . kane wo hanaruru . kane no koe

Buson

La voix de la cloche,
en quittant la cloche –
quelle fraîcheur !

°
(p.665 :)

suzushisa ni . daifukuchô wo . makura kana

Issa

avec la fraîcheur,
faire un oreiller
du livre des comptes

soroban ni . hiji wo motasete . hirune kana

Issa

sieste de midi;
appuyant son coude
sur le boulier

suzushisa wo . waga yado ni shite . nemaru nari

Bashô

je m’assieds ici,
faisant de la fraîcheur
mon habitat

°
(p.667 :)

doko mite mo . suzushi kami no hi . hotoke no hi

Shiki

partout où nous regardons, c’est frais,
avec les lampes des Bouddhas,
les lampes des Dieux

°
(p.668 :)

daibutsu ni . harawata no naki . suzushisa yo

Shiki

le Grand Bouddha :
sa fraîcheur
impitoyable !

suzukaze no . magari-kunette . kitari keri

Issa

la brise fraîche;
tortueuse et serpentant,
elle arrive jusqu’à moi

kitakaze ni . fusoku iu nari . natsu-zashiki

Issa

cette brise fraîche
à travers la chambre d’été –
mais toujours à se plaindre

°
(à suivre, p.669-)

24 Haiku + 1 waka + 1 cas – printemps – Blyth – p. 592-600

8 février 2011

°
(p.592 :)

nashi no hana . tsuki ni fumi yomu . onna ari

Buson

poirier en fleur;
sous la lune
une femme lit une lettre



nashi saku ya . ikusa no ato no . kuzure-ie

Shiki

près d’une maison effondrée
un poirier fleurit;
ici eut lieu une bataille

nabatake ya . futaba no naka no . mushi no koe

Shôhaku

un champ de colza :
dans une pousse
un insecte chante

°
(p.593 :)

na-no-hana ya . hitomoto sakishi . matsu no shita

Sôin

une tête de fleurs de colza
a fleuri
sous le pin

na-no-hana no . naka wo asama no . keburi kana

Issa

parmi les fleurs de colza,
la fumée
du Mont Asama

na-no-hana ya . tsuki wa higashi ni . hi wa nishi ni

Buson

champ de fleurs de colza :
le soleil à l’ouest,
la lune à l’est

°
(p.594) :

na-no-hana ya . hiru hitoshikiri . umi no oto

Buson

une étendue de fleurs de colza :
pendant un temps, à midi,
le bruit de la mer

sur la lande orientale,
on voit la lumière
de l’aube;
en se retournant,
la lune sombre.

: waka du Manyôshû

na-no-hana no . naka ni shiro ari . kôriyama

Kyoroku

Kôriyama;
parmi les fleurs de colza,
un château

°
(p.595 :)

na-batake ni . hanami-gao naru . suzume kana

Bashô

na-no-hana ya . kujira mo yorazu . umi kurenu

Buson

fleurs de colza;
aucune baleine ne s’approche;
la mer s’assombrit

na-no-hana no . ko-mura yutaka ni . miyuru kana

Shiki

Comme ce semble un riche village,
là, au milieu
des fleurs de colza !

°
(p.596 :)

na-no-hana ya . kinren hikaru . montodera

Shiki

des fleurs de colza
et des lotus dorés brillent
dans un temple Shin

na-no-hana ya . achira kochira ni . shichi-dai-ji

Shiki

fleurs de colza;
les sept Grands Temples *
lointains et proches

* à Nara.

yamakage ya . na no hana sakinu . haru suginu

Tairo

dans l’ombre de la colline
les colza ont fleuri;
le printemps est terminé

°
(p.597 :)

ame-kaze no . araki hima yori . hatsu-zakura

Chora

Dans les intervalles
de vent brutal et de pluie,
les premières fleurs de cerisiers

tani-mizu ya . ishi mo utayomu . yama-zakura

Onitsura

le cerisier sauvage :
les pierres chantent aussi leur chant
dans le cours d’eau de la vallée

°
(p.598 :)

umite yori . hi wa teritsukete . yama-zakura

Buson

de la direction de la mer
le soleil brille
sur les fleurs de cerisiers de montagne

yu mo abite . hotoke ogande . sakura kana

Issa

baigné en eau chaude,
et vénéré le Bouddha –
les fleurs de cerisiers !



niwatori no . koe mo kikoyuru . yama-zakuru

Bonchô

On entend aussi
le cri d’un coq –
fleurs de cerisiers sauvages !

°
(p.599 :)

kore wa kore wa to bakari hana no yoshino-yama

Teishitsu

« Ah ! » dis-je, « Ah ! »
c’est tout ce que je pus dire –
les fleurs de cerisiers du Mont Yoshino !

kuchi aite . rakka nagamuru . ko wa hotoke

Kubutsu

un enfant admirant les fleurs qui tombent
bouche ouverte,
est un Bouddha



hoshizukiyo . sora no hirosa yo . ôkisa yo

Shôhaku

une nuit éclairée d’étoiles;
le ciel – la taille du ciel –
l’étendue du ciel !

°
(p.600 :)

hana no kumo . kane wa ueno ka . asakusa ka

Bashô

un nuage de fleurs de cerisiers;
la cloche du temple –
est-ce Ueno, est-ce Asakusa ?

Dôgo et Zengen allèrent présenter leurs condoléances dans une maison. Frappant au cercueil, Zengen demanda : « mort ou vif ? ». Dôgo répondit : « je ne dirai pas vivant et je ne dirai pas mort. » Zengen reprit : « Pourquoi ne veux-tu pas me dire ? » Dôgo répondit : » Je ne te le dirai tout simplement pas. »

55ème cas du Hekiganroku.

daimyô wo . uma kara orosu . sakura kana

Issa

les fleurs de cerisiers !
elles ont fait descendre
un daimyô de cheval !

°
(suite : p.601-)

28 Haiku de printemps Blyth – champs et montagnes p.442 et sq.

19 octobre 2010

°

yuki nokoru . itadaki hitotsu . kunizakai

Shiki

sur un des pics
de la frontière,
la neige reste

°

yukidoke ya . miyama-gumori wo . naku karasu

Gyôdai

la neige fond,
mais la montagne lointaine est ennuagée;
un corbeau croasse !

°

ie tôki . ôtakehara ya . nokoru yuki

Taigi

Les logis des hommes au loin;
un bosquet de grands bambous,
la neige qui reste dessous

°
(p.443) :

io no yuki . heta na keshiyô . shitari keri

Issa

la neige sur ma hutte
a fondu
maladroitement

°

daibutsu no . katahada no yuki . toke ni keri

Shiki

La neige a fondu
sur une épaule
du Grand Bouddha

°

monzen ya . tsue de tsukurishi . yukige-gawa

Issa

la neige commençant de fondre,
de mon bâton j’ai créé une Grande Rivière
au portail d’entrée

°
(p.444) :

yuki tokete . mura ippai no . kodomo kana

Issa

la neige ayant fondu,
le village
est rempli d’enfants

°

yukidoke ni . uma hanachitaru . buraku kana

Shiki

avec la fonte des neiges
le village libère
les poneys

°

nabe no shiri . hoshinarabetaru . yukige kana

Issa

les fonds de casseroles
séchant en rang :
la fonte des neiges

°
(p445 :)

uchitokete . kôri to mizu no . nakanaori

Teishitsu

la glace et l’eau,
leurs différences résolues
sont amies de nouveau

°

sazanami ni . toketaru ike no . kôri kana

Shiki

les vaguelettes
font fondre
la glace du lac

°
(p.446) :

haru no mizu . yama naki kuni wo . nagare keri

Buson

l’eau du printemps
s’écoule à travers
un pays sans montagnes

°

haru no mizu . tokorodokoro ni . miyuru kana

Onitsura

ici de l’eau
et là de l’eau,
les eaux du printemps

°
(p.447 :)

hashi nakute . hi bossen to suru . haru no mizu

Buson

Il n’y a pas de pont,
et le soleil se couche –
ah, l’eau du printemps !

°
(p.448 :)

ashiyowa no . watarite nigoru . haru no mizu

Buson

avançant péniblement,
ses pieds boueux
dans l’eau du printemps

°

harusame ya . mono kakanu mi no . aware naru

Buson

pluie de printemps ;
comme il fait pitié,
celui qui ne sait pas écrire !

°
(p.449)

yuku fune ni . kishine wo utsu ya . haru no mizu

Taigi

au passage du bateau
battant la rive,
les eaux du printemps

°

hashi fumeba . uo shizumikeri . haru no mizu

Shiki

piétinant sur le pont,
les poissons disparaissent au fond :
l’eau du printemps !

°
(p.450) :

hi wa ochite . masu ka to miyuru . haru no mizu

Kitô

le soleil s’est couché ;
et l’eau du printemps,
a-t-elle augmenté de volume ?

°

hitooke no . ai nagashikeri . haru no kawa

Shiki

un tonneau d’indigo
versé qui flotte :
la rivière au printemps

°
(p.451 :)

kusakago wo . oite hitonashi . haru no yama

Shiki

un panier d’herbes,
et personne –
montagnes de printemps

°

kairô ya . tesuri ni narabu . haru no yama

Shiki

rangées le long
de la rampe autour du corridor
les montagnes de printemps

°

haru no yama . kasanari ôte . mina marushi

Shiki

montagnes de printemps
s’élevant toutes si rondes
l’une au-dessus de l’autre

°
(p.452 :)

natsuyama wo . rôka-zutai no . ideyu kana

Shiki

à la source chaude
le long du corridor,
les montagnes d’été

°

haru no no ya . nani ni hito yuki . hito kaeru

Shiki

des gens viennent, des gens vont
sur la lande printanière –
je me demande pourquoi

°

furiaguru . kuwa no haikari ya . haru no nora

Sampû

la lumière
sur la houe, comme elle s’élève,
– lande printanière

°
(p.453 :)

haru no umi . hinemosu notari . notari kana

Buson

la mer de printemps
s’élevant, s’abaissant,
tout le jour

°

shimajima ni . hi wo tomoshikeri . haru no umi

Shiki

les lampes allumées
sur les îles proches et lointaines :
mer de printemps

°

(à suivre : Le Printemps – Dieux et Bouddhas, p.454-458)

°