Posts Tagged ‘Taigi’

40 HAIKU d’hiver – ARBRES et FLEURS – Blyth – p.1266-1281.

13 juin 2011

°
(p.1266 :)

le soleil couchant
derrière le nid de l’aigle
dans les branches du camphrier

Bonchô



chrysanthèmes d’hiver;
du son de riz tombé
autour du moulin manuel

Bashô

après les chrysanthèmes,
en dehors du radis blanc,
il n’y a rien

Bashô

°
(p.1267 :)

allant arracher les radis blancs,
le petit garçon
perché sur le bât

Bashô

à cheval sur le navet long,
je tirai de toutes mes forces :
sa petite racine !

Ginkô

l’arracheur de radis blancs
montre le chemin
avec un radis blanc

Issa

°
(p.1268 :)

dans la rivière hivernale,
arraché et jeté,
un navet rouge

Buson

des démons semant de l’orge
dans les longs rayons
du soleil couchant

Buson

ombres d’hommes
semant de l’orge
dans les longs rayons du soleil couchant

Buson

°
(p.1269 :)

désolation hivernale ;
dans la cuve d’eau de pluie
marchent les moineaux

Taigi

désolation hivernale ;
des ordures déposées
au fond de la rivière

Ichiku

parmi les arbres de l’hiver
quand la hache s’enfonça,
l’odeur !

Buson

°
(p.1270 :)

les deux rois Deva
tannés par les intempéries
au milieu des bocages d’hiver du temple Mii

Kikaku

dans le bocage hivernal
des échos
d’il y a bien, bien longtemps

Issa

°
(p.1271 :)

l’herbe de la pampa tombe :
l’oeil peut voir
le froid qui augmente

Issa

herbe de la pampa flétrie ;
il était une fois,
une vieille sorcière…

Issa

après avoir acheté des poireaux,
je m’en revins
parmi les arbres desséchés

Buson

°
(p.1272 :)

les jonquilles,
enclos dans la barrière du jardin :
Mont Tsukuba

Issa

des renards jouent
parmi les narcisses ;
claire nuit de lune

Buson

musique sacrée de nuit;
dans les feux de joie
volettent les feuilles teintes

Issa

°
(p.1273 :)

il a l’air d’avoir cent ans,
le jardin de ce temple,
avec ses feuilles tombées !

Buson

les feuilles étant tombées,
qu’elle est misérable, la glycine
du vieux temple !

Buson

de près, de loin,
on entend la voix des cascades,
les feuilles tombent

Bashô

°
(p.1274 :)

le feu pour la pêche;
les vagues lappant,
feuilles teintées qui tombent

Richô

°
(p.1275 :)

le vent apporte
assez de feuilles
pour faire un feu

Ryôkan

le chaton
immobilise la feuille
un moment

Issa

°
(p.1276 :)

les feuilles qui volent
dans le champ d’en face
provoquent le chat !

Issa

°
(p.1277 :)

les feuilles tombées ont sombré
et gisent sur un rocher
sous l’eau

Jôsô

les feuilles du chêne
sont tombées ce matin ;
cuve au soja caillé

Issa

°
(p.1278 :)

les feuilles tombent
pour pour le gagne-pain
du coucou

Issa



les feuilles tombent;
je n’ai même pas
de fût à saumure

Bashô

°
(p.1279 :)

soufflant de l’ouest
les feuilles se rassemblent
à l’est

Buson

quand le vent souffle du nord
les feuilles fraternisent
au sud

Buson

la tempête de montagne
repousse ensemble
les oiseaux aquatiques

Buson

une rafale de vent :
les oiseaux d’eau
deviennent blancs

Buson

°
(p.1280 :)

peu de gens ;
une feuille tombe ici
une feuille, là

Issa

les balayant
puis ne les balayant pas,
les feuilles tombées

Taigi

les feuilles en tombant
gisent l’une sur l’autre;
la pluie tombe sur la pluie

Gyôdai

°
(p.1281 :)

tranquillité –
un oiseau marche sur des feuilles tombées :
leur bruit !

Ryûshi

les herbes du jardin
tombent –
et gisent
ainsi

Ryôkan

°

FIN DE HAIKU (vol IV) de R.H. Blyth, Hokuseido Press, 1982.

(traduction de l’anglais : Daniel Py, 1/4/2007-13/6/2011.)

Publicités

48 HAIKU d’hiver – Blyth – p.1164-1182

11 juin 2011

°
(p.1164 :)

la lune croissante
est tordue :
froid saisissant

Issa

sans compagnie,
jetée sur la lande,
cette lune d’hiver

Roseki

dans la rafale desséchante
une lune seule
roule à travers ciel

Meisetsu

°
(p.1165 :)

marchant dessus, seul
dans le froid clair de lune :
le bruit du pont

Taigi

l’ombre des arbres ;
mon ombre bouge
dans le clair de lune hivernal

Shiki



rencontrant un moine
sur le pont :
lune d’hiver

Buson

°
(p.1166 :)

neige éclairée par la lune :
où la vie
sera jetée

Kikaku

les rois Deva en faction :
le clair de lune glacé
sur leurs jambes nues

Issa

°
(p.1167 :)

pas une pierre
à jeter au chien :
lune d’hiver

Taigi

un chat errant
s’enfuit sous les avant-toits –
la lune d’hiver !

Jôsô

dans le clair de lune glacé,
de petites pierres
crissent sous les pas

Buson

°
(p.1168 :)

clair de lune hivernal ;
l’ombre de la pagode en pierre,
l’ombre du pin

Shiki

le vieil homme du temple
fend du bois
sous le clair de lune hivernal

Buson

°
(p.1169 :)

lune d’hiver –
un temple sans portail :
qu’il est haut, le ciel !

Buson

ce petit portail
fermé à double-tour :
la lune d’hiver !

Kikaku

sortant du palanquin :
au-dessus de mon portail
la lune d’hiver
haut dans le ciel

Taigi

nuit de lune :
les ombres inégales
des baguettes de la nasse d’osier

Shirao

°
(p.1170 :)

sur le toit
ils regardent un feu ;
la lune d’hiver

Shiki

plus froide même que la neige
la lune d’hiver
sur des cheveux blancs

Jôsô

rencontrai et passai
un prêtre bouddhiste de grande taille
sous la lune d’hiver

Baishitsu

°
(p.1171 :)

sous la lune d’hiver
le vent de la rivière
affûte les rochers

Chora

au son de la voix
du faisan doré
qui ne peut dormir,
la lune est froide

Kikaku

°
(p.1172 :)

première averse d’hiver :
le bambou de la crémaillère
se balance

Seira

°
(p.1173 :)

première pluie d’hiver ;
on m’appellera
« voyageur »

Bashô

il pourrait se transformer
sous la pluie d’hiver,
ce parapluie prêté par un temple !

Buson

°
(p.1174 :)

se réveiller vivant, dans ce monde :
quel bonheur !
pluie d’hiver

Shôha

la pluie d’hiver teint
les lettres sur la pierre tombale –
tristesse

Rôka

dans le jardin neuf,
les pierres
harmonieusement posées ;
première pluie d’hiver

Shadô

°
(p.1175 :)

que de personnes
sous la pluie d’hiver
courent de l’autre côté
du long pont de Seta !

Jôsô

les porteurs de javelots
les brandissent encore
sous la pluie hivernale

Masahide

°
(p.1176 :)

marchant sous la pluie hivernale,
le parapluie
me repousse

Shisei-jo

le vent ne veut pas
que la pluie froide d’hiver
tombe au sol

Kyorai

qu’elles sont affairées
sur la mer
sous la pluie,
les voiles gonflées,
les voiles affalées !

Kyorai

°
(p.1177 :)

le pêcheur :
sa terrible intensité
dans l’averse du soir !

Buson

la pluie commence à tomber :
le couvreur de la chaumière
se retourne
et regarde la mer

Jôsô

°

p.1178 :)

la pluie souffle
dans la forêt de bambous ;
c’est le soir

Seisei

étoiles sur la mare ;
l’averse d’hiver
à nouveau
frise l’eau

Sora

les rayons du soleil penchent
d’un côté de la rivière ;
d’un nuage flottant
tombe une pluie froide

Buson

°
(p.1179 :)

un taureau à bord,
le traversier *
sous la pluie d’hiver

Shiki

* = bac / ferry …

la bruine d’hiver
imbibe tranquillement
les racines du camphrier

Buson

°
(p.1180 :)

il a plu suffisamment
pour que les chaumes dans le champ
noircissent

Bashô

froide pluie d’hiver
les taureaux sur la lande
croisent leurs cornes

Rankô



se faire saucer par la pluie d’hiver
sans kasa *,
eh bien, eh bien !

Bashô

°
(p.1181 :)

la pluie d’hiver
tombe sur l’étable ;
un coq chante

Bashô

pluie froide d’hiver;
dans la voix soumise du crapaud,
malheur et affliction

Buson

les soirées des anciens
étaient comme les miennes,
ce soir de pluie froide

Buson

°
(p.1182 :)

il pleut partout sur la terre,
et encore plus
sur mon logis

Sôgi (1420-1502)

il pleut partout sur la terre
et encore plus
sur le logis de Sôgi

Bashô

°
(p.1183 : à suivre...)

32 HAIKU d’hiver + 1 d’automne – Blyth – p.1146-1160

10 juin 2011

°
(p.1146 :)

la lumière de la chambre voisine
s’éteint aussi :
nuit froide

Shiki

après avoir tué l’araignée,
solitaire
nuit froide

Shiki

mère et moi
attendant ma jeune soeur ;
cette nuit froide

Shiki

un pasteur,
quatre ou cinq croyants;
une nuit froide

Shiki

une nuit de froid glacial ;
le bruit des rapides
changea plusieurs fois

Shiki

mes voisins me haïssent,
qui raclent leurs casseroles
cette nuit d’hiver !

Buson

°
(p.1147)

mes os
sentent les couvertures;
nuit de gel

Buson

un seigneur passa :
après lui,
le froid !

Shiki

°
(p.1148 :)

franchissant le mont Shirane
après avoir vu une merde de renard –
quel froid !

Shiki

voix de gens
qui passent à minuit :
quel froid !

Yaha

°
(p.1149 :)

ce jour d’hiver,
il fait chaud au soleil –
mais il fait froid !

Onitsura

atteignant le portail
la cloche du temple Mii
se fige

Issa

°
(p.1150 :)

même pris
sous la meilleure lumière,
il a l’air frigorifié

Issa

(: auto-portrait.)

°
(p.1151 :)

même vue de dos
sa tête
semble froide

Issa

regardée très favorablement,
c’est une tête
froide

Issa

regardée très favorablement,
c’est une tête
sans forme

Issa

regardée très favorablement,
c’est une ombre
froide

Issa

regardée très favorablement
c’est une attitude
froide

Issa

°
(p.1152 :)

une nuit de larmes à glacer les entrailles :
le son de la rame
frappant la vague

Bashô

« je suis seul », dis-je.
il le consigna dans le registre ;
quelle nuit froide d’automne !

Issa

°
(p.1153 :)

soir d’hiver :
l’aiguille a disparu –
comme c’est terrible !

Baishitsu

le voleur a disparu
par les toits –
froide nuit d’automne

Buson

la cloche du temple sonne
à cause d’un voleur :
bosquet d’hiver

Taigi

°
(p.1154 :)

hiver ;
une jeune courtisane
grattant la suie d’une casserole

Issa

le saumon séché,
et l’émaciation de Kûya * aussi,
à la saison la plus froide

Bashô

* Saint Kûya (902-972)

°
(p.1155 :)

l’année s’en va :
une rue d’artisans –
tous les sons cette nuit !

Goshin

l’année qui s’en va ;
je cachai mes cheveux gris
à mon père

Etsujin

°
(p.1156 :)

je suis jaloux
de celui qu’on réprimande :
fin de l’année

Issa

même ainsi, même ainsi,
soumis devant l’Au-delà –
fin de l’année

Issa

°
(p.1158 :)

l’année s’achève :
je porte toujours chapeau
et sandales de paille

Bashô

°
(p.1159 :)

depuis que Bashô a quitté ce monde,
pas encore ne s’est
« achevée l’année  »

Buson

°
(p.1160 :)

« aboie, allons, aboie ! »
le chien aussi hâte l’an
avec le reste des convives

Issa



trois hommes se rencontrent
pour le réveillon du Nouvel An,
et se querellent

Bashô

°
(p.1161 : à suivre…)

26 HAIKU d’hiver – Blyth – p.1133-1145

9 juin 2011

°
(p.1135 :)
LA SAISON

début de l’hiver ;
à deux ans
je lui montre comment
tenir les baguettes

Gyôdai

je suppose
d’après l’ombre du poteau de l’étendoir à linge
que c’est l’hiver profond

Shiki

°
(p.1136)

matin froid ;
l’ombre du panier à thé
sur la clôture

Issa

aiguilles de pin tombées
dans un temple zen ;
le mois sans dieux

Bonchô

il faisait si froid,
j’ai laissé le balai de bambou
sous le pin

Taigi

°
(p.1137)

le propriétaire précédent :
je sais très bien
comme le froid le pénétrait

Issa

« les latrines sont ici »
dit le cheval ;
froid nocturne

Issa

°
(p.1138 :)

Période de Grand Froid :
si seulement c’était le huitième mois !
la lune dans le pin

Issa

nuit d’hiver ;
sans aucune raison
j’écoute mon voisin

Kikaku

°
(p.1139 :)

un couteau de cuisine à fine lame
tomba au bord du puits –
le froid !

Buson

le son de la scie
est si pauvre
ce minuit d’hiver

Buson

les poireaux
juste lavés blancs –
quel froid !

Bashô

°
(p.1140 :)

un poireau
flotte sur la rivière Ekisui –
ah, quel froid !

Buson

les blanches fleurs de prunier ;
le Kôrokan *
sent l’encre de Chine

Buson

* : Bureau Chinois, où l’on recevait les hôtes étrangers, les ambassadeurs, etc.

°
(p.1141)

le bruit
d’un rat sur une assiette –
quel froid !

Buson

un rat
tomba dans une cruche à eau :
quelle nuit froide !

Taigi

désolation hivernale ;
passant par un petit hameau,
un chien aboie

Shiki

°
(p.1142 :)

le son d’une cascade
tombant dans l’océan –
nuit froide d’hiver

Kyokusui

moins de dix ans,
l’enfant offert au temple ;
froid glacial !

Shiki

à la lumière de la chambre voisine,
assis à ma petite table à manger ;
ah, le froid !

Issa

°
(p.1143 :)

l’enfant morveux
n’a pas été « vendu » ;
quel froid !

Shiki

nuit ;
mordant le pinceau gelé
avec une dent qui me reste

Buson

°
(p.1144 :)

dans le ciel froid de l’aube
un seul pin
sur le pic

Gyôdai

°
(p.1145 :)

levant la tête
je regarde ma forme couchée ;
froid glacial

Raizan

il fait plutôt froid
nul insecte n’approche
de la lampe

Shiki

l’air est glacé ;
je presse l’enfant contre moi,
elle est si mignonne !

Shiki

°
(p.1146 : à suivre…)

18 HAIKU d’automne – Blyth – p.1125-1130

8 juin 2011

°
(p.1125 :)

voici ce qu’il en est :
relevant de maladie,
les chrysanthèmes sentent froid

Otsuji (ou Otsuni)

ce soir,
regardant encore les chrysanthèmes
qui ont perdu

Issa

le printemps s’achève ;
le compositeur du waka
hait le juge

Buson

°
(p.1126 :)

le chrysanthème vainqueur
passa le long
de la route du Seigneur

Issa

chaque année
pensant aux chrysanthèmes,
étant pensé par eux

Shiki

cultivateur de chrysanthèmes,
tu es l’esclave
des chrysanthèmes !

Buson

°
(p.1127 :)

aujourd’hui, soignant, taillant,
je suis devenu
l’esclave des chrysanthèmes

Shukuzan

une serviette de travers sur
une tête rasée :
fleurs de chrysanthèmes !

Issa

°
(p.1128 :)

sur la balustrade
montent l’ombre
des chrysanthèmes

Kyoroku

le chrysanthème
fin et maigre
a cependant son bourgeon destiné

Bashô

°
(p.1129 :)

le prunier de ma cabane
n’a pas pu faire autrement
que de fleurir

Issa

combien pitoyable,
cette orchidée chétive –
mais elle a bourgeonné !

Taigi

fleurs de chrysanthèmes ;
apportée également,
une odeur d’urine

Issa

°
(p.1130 :)

fleurs de thé :
sont-elles blanches ?
sont-elles jaunes ?

Buson

le chemin à travers champs :
les pleurs de prunier
sont à peine blanches
à peine rouges

Buson

parmi les feuilles vertes,
l’eau est blanche,
l’orge jaunit

Buson

volubilis du soir
l’un d’entre eux devrait avoir
une fleur jaune

Buson

après la rose de montagne
et la fleur de deutzie,
la rose sauvage

Buson

°
(p.1133-1281 : HIVER, à suivre…)

58 HAIKU d’automne – Blyth – p.1079-1100 – ARBRES et FLEURS

6 juin 2011

°
(p.1079 :)

il ne sourit
ni ne pleure,
cet hibiscus

Ransetsu

la haute lanterne de pierre
de jour
est un pilier de mélancolie

Senna

°
(p.1080 :)

un hibiscus
au bord de la route ;
le cheval l’a mangé

Bashô

le cerf mange
et fait tomber
les fleurs de lespédèzes

Issa

un cheval mange
la fleur d’une renouée des oiseaux ;
fumée de dessous la théière

Shiki

génération après génération,
l’hibiscus
sur cette pauvre palissade

Issa

°
(p.1081 :)

bruit de la rivière ;
la porte où fleurit l’hibiscus
n’est pas encore ouverte

Hokushi

je posai ma main dessus,
ne la cassai pas, et m’en allai :
rose de Sharon

Sampû

les feuilles du saule tombent,
des bouts de légumes
flottent sur le ruisseau

Shiki

°
(p.1082 :)

un chien dort
à la porte d’une maison vide;
des feuilles du saule s’éparpillent

Shiki

n’y pénétrant pas, ne faisant qu’y passer :
feuilles d’automne
au temple de Fujisawa

Buson

°
(p.1083 :)

renonçant au monde –
feuilles d’automne
au village de mes parents

Buson

la montagne s’assombrit,
prenant l’écarlate
des feuilles d’automne

de feuillage cramoisi,
il n’y a pas ici,
au fond des montagnes

Shiki

°
(p.1084 :)

la tempête d’automne
renverse même
les ours sauvages

Bashô

°
(p.1085 :)

les fleurs de lespédèze
ne laissent pas tomber, malgré leurs oscillations,
leurs gouttes de claire rosée

Bashô

dans l’écume,
mélangés aux petits coquillages,
des pétales de lespédèzes

Bashô

la solitude
de l’automne de la plage,
encore plus grande qu’à Suma

Bashô

°
(p.1086 :)

temple de Kôdaiji ;
une fouine dans les lespédèzes
au crépuscule

Buson

des renards jouent
au milieu des fleurs de narcisses
dans le clair de lune du jeune soir

Buson

de temps en temps
frotte contre les volets
la voix des lespédèzes

Sesshi

°
(p.1087 :)

derrière le millet indien,
le mur bas
d’un temple

Shiki

en route vers les liserons
les moustiques volent en chantonnant :
leur langueur

Bashô

exercice au bâton :
je crains
pour les volubilis

Chora

°
(p.1088 :)

une seule fleur
du volubilis :
couleur d’un lac profond

Buson

en un mètre de jardin
toutes les feuilles
d’Ueno

Shiki

les azalées en fleur ;
dans ce village reculé,
le riz est blanc

Buson

les chrysanthèmes jaunes
perdent de leur couleur
à la lueur de la lanterne

Buson

°
(p.1089 :)

tandis que j’entonne les soutras
les volubilis
à leur apogée

Kyoroku

°
(p.1090 :)

du tas de déchets
un liseron a fleuri ;
automne profond

Taigi

les volubilis ; *
sur le visage des hommes
il y a des défauts

Issa

* en japonais « volubilis » signifie « visage du matin ».

le volubilis non plus
ne pourra jamais être
mon ami

Bashô

°
(p.1091 :)

un liseron
sur la grille de mon portail
qui reste fermé tout le jour

Bashô

le volubilis
rampe sur le sol
de la maison vide

Shiki

°
(p.1092 :)

le pathos
du volubilis
même mal peint

Bashô

rosée du matin :
l’herbe de la pampa penche
le lespédèze est prostré

Chora

°
(p.1093 :)

sur la montagne, fin du jour ;
sur la lande, l’herbe de la pampa
dans le crépuscule

Buson

l’herbe de la pampa
résume à elle seule
la solitude de Saga

Ransetsu

les plumets de l’herbe de la pampa ;
les tremblements impuissants
d’un coeur solitaire

Issa

°
(p.1094 :)

la plaine de Musashino ;
au coin des champs
fleurit l’herbe de la pampa

Shiki

dans les champs,
pourquoi avoir laissé
l’herbe de la pampa en fleur ?

Shiki

°
(p.1095 :)

nul ne passe
portant javelot :
herbes fleuries de la pampa

Shiki

les cryptomères, trente mètres;
l’herbe de la pampa, un mètre
de haut

Shiki

ensemble sous un arbre géant;
qu’elles sont grandes,
les crêtes de coq fleuries !

Shiki

°
(p.1096 :)

des mèches de mes cheveux
tremblent en même temps que les plumets
de l’herbe de la pampa

Issa

dans les fleurs de deutzies,
on voit les cheveux blancs
de Kanefusa

Sora

la rose sauvage vieillissant,
les herbes de la pampa se raréfiant,
les lespédèzes délavés et faibles

Buson

=
(p.1097 :)

la rose sauvage vieillie,
les herbes de la pampa sont rares,
les lespédèzes hésitants

Buson

quand il n’y a pas de riz –
la rose
dans la gourde

Bashô

°
(p.1098 :)

ma vieille maison ;
le vin est médiocre –
mais la fleur de sarrazin !

Buson

la rose
si fine
semble avoir le plus de rosée

Bashô

la valériane, ah !
ses tiges, ainsi,
ses fleurs, ainsi !

Buson

la rose des montagnes –
feuilles et fleurs et feuilles
et fleurs et feuilles

Taigi

°
(p.1099 :)

la rose
se tient là,
vacante

Issa

à propos de quoi
hoches-tu la tête,
ô valériane ?

Issa

les mauves roses fleurissent ;
le héron veuf
de la vieille mare

Shiki

°
(p.1100 :)

autour de la maison en ruine
des poules errent;
des mauves roses fleurissent

Shiki

sous la brume pluvieuse
les mauves roses
forment un ciel clair

Bashô

la faible plante,
enfin,
a une fleur qui oscille

Issa

°
(p.1101 : à suivre)

52 HAIKU d’automne – Blyth – p.1033-1050

5 juin 2011

°
(p.1033 :)

assis dans le palais
écoutant la nuit
les grenouilles lointaines

Buson

devant garder la maison toute la journée,
à l’écoute du coucou
lointain

Buson

frappez la mailloche de foulage pour moi,
dans ma solitude ;
maintenant, de nouveau, arrêtez

Buson

dans une maison
une voix en pleurs ;
le son d’une mailloche de foulage

Shiki

°
(p.1034 :)

« Pourquoi ne viens-tu pas au lit ? »
dit le mari, s’éveillant ;
son de la mailloche de foulage dans la nuit

Taigi

le montreur de singes
repasse la petite veste
avec la mailloche de foulage

Bashô

ma chaumière ;
dehors,
est-ce la moisson ?

Bashô

°
(p.1035 :)

ramassant les épis tombés,
avançant
vers la partie au soleil

Buson

amassé lors d’un pèlerinage
et assemblé :
l’épouvantail

Tôrin

°
(p.1036 :)

du jour où il est né,
il est vieux,
l’épouvantail !

Nyofû

une sauterelle chante
dans la manche
de l’épouvantail

Chigetsu-ni

l’épouvantail au loin,
marche
quand je marche

San-in

juste à ses pieds
on vole les haricots –
quel épouvantail !

Yayû

°
(p.1037 :)

l’épouvantail
protègeant l’enfant au sein
du vent

Issa

dans mon vieil âge,
même devant l’épouvantail
j’ai honte !

Issa

°
(p.1038 :)

le vent de l’automne
pénètre les os mêmes
de l’épouvantail

Chôi

gelée de minuit :
je pourrais dormir, si j’empruntais
les manches de l’épouvantail !

Bashô

leurs squelettes entourés
de soie et de satin :
ils admirent les fleurs de cerisier

Onitsura

la claire pleine lune –
comme si rien d’extraordinaire,
l’épouvantail, là

Issa

°
(p.1039 :)

les moineaux de la moisson
atteints par la flèche de l’épouvantail
tombent à la mer

Shiki

l’arc de l’épouvantail
s’est tourné de l’autre côté
dans la brise matinale

Shôha

l’épouvantail
tend son arc vers
le champ d’un autre

Setsugyo

°
(p.1040 :)

même devant Sa Majesté,
l’épouvantail ne retire pas
son chapeau tressé

Dansui

l’épouvantail :
indifférent
aux rayons du soleil couchant

Shirao

où je vis,
il y a plus d’épouvantails
que de gens

Chasei

le propriétaire du champ
va voir l’état de l’épouvantail
et revient

Buson

°
(p.1041 :)

une nuit de lune
les épouvantails ressemblent aux hommes :
si pitoyables !

Shiki

l’épouvantail
a l’air humain
quand il pleut

Seibi

le riz moissonné,
l’épouvantail
a l’air transformé

Buson

°
(p.1042 :)

l’eau descendant,
comme elles semblent fines et longues,
les jambes de l’épouvantail !

Buson

au soleil du soir
l’ombre de l’épouvantail
atteint la route

Shôha

les gens, bien sûr !
mais même les épouvantails
ne sont pas droits !

Issa

°
(p.1043 :)

son chapeau tombé,
l’épouvantail
a l’air dépité

Buson

l’épouvantail,
ses pieds dans la terre inondée,
endure tout ça

Shiki

°
(p.1044 :)

son chapeau tombé,
qu’elle est sans pitié
la pluie sur l’épouvantail !

Hagi-jo

dans ce monde fugace,
l’épouvantail aussi
a un nez et des yeux !

Shiki

d’où
vient le froid,
ô épouvantail ?

Issa

°
(p.1045 :)

de toutes les choses qui existent
la plus stupide
est l’épouvantail

Shiki

l’automne avance ;
les épouvantails portent
des feuilles tombées

Otsuyû

le regardant ce matin,
l’épouvantail s’est tourné
de ce côté-ci

Taigi

°
(p.1046 :)

nous avons lié amitié –
maintenant nous devons nous séparer,
épouvantail !

Issa

l’épouvantail :
en retard pour prendre
le bateau de la moisson

Shihyaku

les moineaux volent
d’épouvantail
en épouvantail

Sazanami

°
(p.1047 :)

« Monseigneur Moineau,
c’est l’épouvantail
qui s’adresse à vous ! »

Sôseki

l’hiver venu,
les corbeaux se perchent
sur l’épouvantail

Kikaku

le vent d’automne
bouscula l’épouvantail
puis continua sa course

Buson

°
(p.1048 :)

bruit de quelque chose :
l’épouvantail
tombé de lui-même

Bonchô

la première chose soufflée
par le vent de la tempête :
l’épouvantail

Kyoroku

°
(p.1049 :)

soufflé, relevé,
resoufflé :
l’épouvantail !

Taigi

rendant l’âme
debout :
l’épouvantail

Hokushi

sous la baignoire portative :
dernière demeure
de l’épouvantail

Jôsô

°
(p.1050 :)

pourrissant :
même pas bon pour le feu,
cet épouvantail !

Shôshû

°
(p.1051-1078 : OISEAUX ET ANIMAUX : à suivre…)

17 HAIKU d’automne – Blyth – p.1026-1032

5 juin 2011

°
(p.1026)

d’un bateau regardant les feux d’artifice ;
quand les spectateurs sont partis,
l’eau de l’automne !

Shôha

solitude ;
après les feux d’artifice,
une étoile filante

Shiki

°
(p.1027 :)

un ours blessé
s’affala
près du four à charbon

Bonchô

toute la famille visite les tombes :
cheveux blancs
s’appuyant sur leurs cannes

Bashô

visitant les tombes ;
le plus jeune enfant
porte le balai

Issa

°
(p.1028 :)

visitant les tombes ;
le vieux chien
ouvre la marche

Issa

transporté par le clair de lune !
incidemment,
visitant les tombes !

Issa

écoutant la voix
du chef de chant :
un ancien

Taigi

°
(p.1029 :)

un village de pêcheurs
danse sous la lune
au sent du poisson cru

Shiki

tout le bâtiment
ayant fermé ses portes,
danse, danse !

Kikaku

la lune commence à décliner
sur quatre ou cinq personnes
qui dansent !

Buson

°
(p. 1030 :)

après les danses :
le vent dans les pins,
la voix des insectes !

Sogetsu-ni

il rasa le bandit de grand chemin
et en fit son disciple
lors d’un voyage en automne

Buson

°
(p.1031 :)


la voix claire
de la mailloche de foulage :
son écho
jusqu’aux étoiles du Nord

Bashô

°
(p. 1032 :)

marchant le long de l’étroit sentier
entendant le son lointain
de la mailloche de foulage

Buson

les feuilles tombées,
le son du moulin manuel
est lointain

Buson

les pas tant attendus :
au loin
sur les feuilles tombées

Buson

°
(p.1033 : à suivre)

46 HAIKU de la préface au T. IV de HAIKU – Blyth – p.978-993

31 mai 2011

°
(p.978 :)

faisant du calme
mon seul compagnon :
solitude hivernale

Teiga

°
(p.981:)

regardant attentivement –
une bourse-à-pasteur
fleurit sous la haie

Bashô

dans le radis amer
qui me pique, je sens
le vent d’automne

Bashô

°
(p.982 :)

au sixième mois
le mont Arashi
pose des nuages à son sommet

Bashô

éclairs estivaux !
hier à l’est
aujourd’hui à l’ouest

Kikaku

on peut voir maintenant
quelques étoiles –
et grenouilles de coasser

Yayu

°
(p.983 :)

jetant les cendres,
les blanches fleurs de prunier
se troublèrent

Bonchô

le printemps bientôt fini,
la rose jaune blanchit,
la laitue devient amère

Sôdô

°
(p.984 :)

des fleurs de prunier ici et là,
il fait bon aller vers le nord,
il fait bon aller vers le sud

Buson

fleurs de colza ;
n’allant pas voir le prêtre,
passant juste à côté de chez lui

Buson

prétendant faire exprès
et traversant un temple –
la lune brumeuse

Taigi


(p.985 :)

élevant la hache
pour la couper –
elle bourgeonnait

Shiki

affûtant la faucille,
l’ansérine
a l’air de s’affliger

Meisetsu

froid matinal ;
les voix des voyageurs
qui quittent l’auberge

Taigi

°
(p.986 :)

des voyageurs
s’enquièrent du froid de la nuit
de leurs voix endormies

Taigi

sur le point de saisir l’eau,
je la sentis entre mes dents :
l’eau de la source

Bashô

le cheval rabat ses oreilles en arrière ;
les fleurs du poirier
sont froides

Shikô

ces fleurs de prunier,
comme elles sont rouges, rouges,
oui, si rouges !

Izen

°
(p.987 :)

le long du rivage
tombent les vagues, tombent et sifflent,
tombent et sifflent

Izen

à travers les cèdres
ouf, ouf, ouf,
souffle la brise

Izen

jour le plus chaud de l’année ;
le seul chapeau que j’avais :
volé !

Issa

nuit chaude ;
dormant au milieu
de sacs et de bagages

Issa

claire de lune d’automne :
des poux de mer courent
sur les pierres

Tôrin

°
(p.988 :)

dans la brise printanière
le héron neigeux vole blanc
entre les pins

Raizan

des souriceaux dans leur nid
couinent en réponse
aux jeunes moineaux

Bashô

herbes d’été ;
sur le sentier qui mène au temple de montagne,
des statues en pierre du Bouddha

Gojô

°
(p.989 :)

un coucou chante
parmi les ombres du soir ;
aucun bruit de bûcheron

Kozan

algues vertes ;
dans le creux des rochers,
la marée oubliée

Kitô

un temple de montagne ;
de l’eau claire coule sous la véranda,
de la mousse sur les bords

Kitô

élevant ses cornes,
le troupeau regarde les gens
sur la lande estivale

Seira

°
(p.990 :)

labourant le champ,
pas un oiseau ne siffle
à l’ombre de la colline

Buson

la cascade
tombe en rugissant
dans la verdure luxuriante

Shirô

combien de papillons
ont-ils franchi
ce mur de toit ?

Bashô

à l’aube
les baleines mugissent ;
une mer gelée

Gyôdai

°
(p.991 :)

à côté,
on a cessé de piler le mortier :
froide pluie nocturne

Yaha

le goutte-à-goutte
du seau à savon cesse :
la voix du grillon

Bonchô

le bruit de la carpe,
l’eau légèrement sombre,
les fleurs de prunier blanches

Uryû

jour de printemps ;
on ouvre les portes coulissantes
du grand temple

Gusai

ici et là
des grenouilles coassent dans la nuit,
des étoiles brillent

Kikaku

°
(p.992 :)

la pluie d’hiver
tombe sur l’étable ;
la voix du coq

Bashô

le jour s’assombrit,
gens du printemps qui descendent
du temple Mii

Gyôdai

un printemps non vu par les hommes –
au dos du miroir,
un prunier en fleur

Bashô

le coucou !
la terre des rizières colle
aux supports des sabots

Bonchô

°
(p.993 :)

un coucou siffle ;
entre les arbres,
une tour d’angle

Shihô

champs pour semer des haricots,
appentis à bois –
rien que des endroits célèbres

Bonchô

dans la tempête hivernale
le chat ne cesse
de cligner des yeux

Yasô

°
(p.994 : à suivre)

32 HAIKU d’automne – Blyth – p.936-948

29 mai 2011

°
(p.936 :)

nashi no ki ni . yotte wabishiki . tsukimi kana

Buson

approchant du poirier
solitaire
contemplation de la lune



shizu no ka ya . ine surikakete . tsuki wo miru

Bashô

l’enfant pauvre
pilant le riz,
contemple la lune

yamadera ni . kometsuku oto no . tsukiyo kana

Etsujin (1656-1702)

au temple de montagne
le bruit du pilage du riz,
une nuit de pleine lune

°
(p.937 :)

meigetsu ni . inukoro suteru . shimobe kana

Buson

pleine lune –
un domestique
laissant mourir un chiot



tsuki ni kikite . kawazu nagamuru . tanomo kana

Buson

écoutant la lune,
contemplant le croassement des grenouilles –
la surface de la rizière

°
(p.938 :)

miidera no mon . tatakaba ya . kyô no tsuki

Bashô

je frapperais volontiers
au portail du temple Mii
sous cette pleine lune

tsuki wo matsu ni . kaketari hazushite . mo mitari

Hokushi

je n’arrêtais pas
d’accrocher la lune au pin
et de l’en dépendre,
tout en la contemplant

yoshinaka no . nezame no yama ka . tsuki kanashi

Bashô

sont-ce les collines
où Yoshinaka s’éveilla ?
la lune est triste

°
(p.939 :)

hitotsu to wa . omowanu yo nari . kyô no tsuki

Ryôta

la lune de cette nuit ! –
impensable
qu’il n’y en eut qu’une !

tachiyoreba . meigetsu motanu . matsu mo nashi

Atsujin (1857-1936)

marchant jusqu’à eux :
aucun pin
qui n’ait sa pleine lune !

°
(p.940 :)

fude toranu . hito mo arô ka . kyô no tsuki

Onitsura

la lune d’aujourd’hui :
y aura-t-il quelqu’un
qui ne prendra pas son pinceau ?

nusubito ni . torinokosareshi . mado no tsuki

Ryôkan

le voleur
a laissé
la lune à la fenêtre

mi no aki ya . tsuki wa mukizu no . tsuki nagara

Issa

l’automne de ma vie ;
la lune est parfaite,
malgré tout

°
(p.941 :)

tsukimi suru . za ni utsukushiki . kao mo nashi

Bashô

parmi la foule qui admire la lune,
pas un n’a
visage de beauté

nani kite mo . utsukushiku naru . tsukimi kana

Chiyo-ni

quoique l’on porte
on a l’air beau
en admirant la lune

meigetsu ya . chigotachi narabu . dô no en

Bashô

pleine lune d’automne ;
des enfants assis en rang
sur la véranda du temple

°
(p.942 :)

meigetsu ya . umi ni mukaeba . nana-komachi

Bashô

pleine lune :
se tournant vers la mer,
les sept Komachi *

* Bashô compare les différentes beautés de la lune aux sept formes que prit dans sa vie Ono no Komachi (834-900).

meigetsu wo . totte kekuro to . naku ko kana

Issa

l’enfant pleure :
« Donne-la moi ! » :
pleine lune éclatante

akai tsuki . kore wa tare no ja . kodomotachi

Issa

à qui appartient-elle,
mes enfants,
cette rouge, rouge lune ?

°
(p.943 :)

tera ni nete . makotogao naru . tsukimi kana

Bashô

séjournant dans un temple :
admirant la lune
avec mon véritable visage

°
(p.944 :)

yûzuki ya . nabe no naka nite . naku tanishi

Issa

claire lune d’automne :
crient dans la poële
les escargots
(d’étangs)

meigetsu no . goran no tôri . kuzuya kana

Issa

pleine lune –
mon cabanon :
tel que vous le voyez

°
(p.945 :)

meigetsu no . kosumi ni tateru . ashiya kana

Issa

lune d’automne –
ma chaumière
poussée dans un coin

hashimori to . katarite tsuki no . nagori kana

Taigi

parlant au garde du pont,
je lançai un dernier au-revoir
à la lune

ukiyo no . tsuki mi sugoshi ni keri . sue ninen

Saikaku

deux ans de plus *
ai-je vu la lune des moissons
de ce monde éphémère


* Saikaku vécut jusqu’en 1693, âgé de 52 ans. Cinquante ans était alors considéré comme l’âge qu’atteignaient les Japonais avant de mourir.

ie ko nari . tsuki ochikakaru . kusa no ue

Shiki

une maison seule ;
la lune décline
sur les herbes

°
(p.946 :)

ware wo tsurete . waga kage kaeru . tsukimi kana

Sodô

après avoir admiré la lune,
mon ombre rentre
avec moi

iru tsuki no . ato wa tsukue no . yosumi kana

Bashô

la lune a sombré sous l’horizon :
il ne reste que
les quatre coins d’une table

°
(p.947 :)

akisame ya . mizusokono kusa wo . fumaretaru

Buson

sous la pluie d’automne
marchant sur l’herbe
sous l’eau

akisame ya . waga sugemino wa mada . nurasaji

Buson

tombe la pluie d’automne ;
je n’ai pas encore mouillé
mon imperméable en carex

°
(p.948 :)

nikenya ya . niken mochitsuku . aki no ame

Issa

deux maisons !
deux maisons où l’on confectionne des gâteaux de riz –
pluie d’automne

kuchi akete . oya matsu tori ya . aki no ame

Issa

bec ouvert
ils attendent leurs parents
sous la pluie d’automne

°
(p.949 : à suivre)