Posts Tagged ‘S.Bellen’

‘Tierra de nadie’ 69 – Salim Bellen

25 septembre 2011

°

La mariposa
ha salvado al lirio
de las tijeras

Salim Bellen

Le papillon
a sauvé le lys
des ciseaux

in Tierra de nadie 69
(tr.: dp.)

Publicités

Tierra de nadie 56 – Salim Bellen

5 mai 2011

°

la chatte
se réfugie soudain
sous l’autel

°

S. Bellen, Tierra de nadie 56.

Tierra de nadie 34 – Salim Bellen

5 mai 2011

°

nuages de plomb
le monde arrive à sa fin
avec la tourmente

°

S.Bellen, Tierra de nadie, 34.

Tierra de nadie 44 – S. Bellen

5 mai 2011

°

sur le mur
– le moustique tué –
mon sang

S. Bellen, Tierra de nadie 44

°

Tierra de nadie, 57 – Salim Bellen

5 mai 2011

°

Premier zazen
montagnes et vallées
restent couchées

°

S. Bellen, Tierra de nadie, 57.

Haïku du haïbun « Le bilan » de Salim Bellen

5 mai 2011

°
(à Jorge Rincon Andrade)

Il eut trois enfants
planta deux cent quarante arbres
écrivit un livre

: S. Bellen, mercredi 3/1/07, p.134 de Le singe renifle en décembre

°

haïku (non choisi) pour l’Échelle brisée – Salim Bellen – 35/40

18 mars 2011

°

la famille unie ; / la guerre au petit écran / et à la fenêtre

(devenu :)

la famille unie ; / la guerre sur petit écran / et à la fenêtre

°

S. Bellen, L’Échelle brisée B) 35/40

S. Bellen – Haïkus non-retenus pour l’Échelle brisée – 34/40

15 mars 2011

°

un matin de guerre ;
pourtant la rose épanouie
délicatement

°

Salim Bellen, in L’Échelle brisée B), 34/40.

Tierra de nadie – 42 – Salim Bellen

15 mars 2011

°

Dieux, quel soulagement !
Le moine qui ronfle
sort du dortoir

°

S. Bellen, in Tierra de nadie, 42.

haïkus du haïbun « La mouche » – Salim Bellen

15 mars 2011

°

(Ce haïbun fut lu par Salim lors de notre kukaï de Paris (n° 5), le 28 avril 2007). En voici les haïkus, dans la progression de son élaboration :

La mouche elle va
elle vient, où bon lui semble ;
plus libre que moi

Elle va, elle vient
la mouche
plus libre que moi

Libre
la mouche va et vient
où bon lui semble

La mouche
elle va, elle vient
où bon lui semble

Salim Bellen, vendredi 29 décembre (2006), in Le Singe renifle en décembre, p.120/121.