Posts Tagged ‘printemps p.414-423’

25 Haïkus (+ 3 waka…) tirés de R.H. Blyth – Printemps, p.414-423

16 octobre 2010

°
(p.414) :

nami no yoru . kojima mo miete . kasumi kana

Shôha

on voit de petites îles
et le ressac qui se brise autour d’elles
dans la brume

shinansha wo . kochi ni hikisaru . kasumi kana

Buson

le véhicule-compas s’en va
vers le pays des Barbares
dans la brume

ekisui ni . nebuka nagaruru . samusa kana

Buson

descendant la rivière Ekisui,
un poireau flotte –
quel froid !



haru nare ya . na mo naki yama no . asagasumi

Bashô

oui, le printemps est venu ;
ce matin une colline sans nom
voilée de brume


(p.415) :

un waka de Hitomaro, tiré du Manyôshû :

dans le ciel éternel
le mont Kagu,
et autour, ce soir,
des nappes de brouillard :
le printemps est arrivé, dirait-on

na no tsukanu . tokoro kawayushi . yamazakura

Koshun

dans des endroits sans nom,
donnant de la joie, d’adorables
fleurs de cerisiers sauvages

_
(p.416) :

kusa kasumi . mizu ni koe naki . higure kana

Buson

les herbes dans la brume,
les eaux maintenant silencieuses ;
c’est le soir



kaerimireba . yuki-aishi hito . kasumi keri

Shiki

me retournant,
l’homme croisé,
perdu dans la brume

kyô mo kyô mo . kasunde kurasu . koie kana

Issa

aujourd’hui aussi, aujourd’hui aussi,
vivant dans la brume –
une petite maison

ou (p.417) :

aujourd’hui aussi,
une petite maison, vivant dans la brume,
aujourd’hui aussi


(p.417) :

kyô mo kyô mo . kyô mo take miru . hioke kana

Issa

aujourd’hui aussi, aujourd’hui aussi,
aujourd’hui aussi regardant les bambous –
ce brasier !

kyô mo kyô mo . tako hikkakaru . enoki kana

Issa

aujourd’hui aussi,
aujourd’hui aussi, un cerf-volant
pris dans l’arbre-enoki

toku kasume . toku toku kasume . hanachi-dori

Issa

vite, deviens brumeux,
vite, vite, deviens brumeux ! :
relâchant un oiseau

uri-ushi no . mura wo hanaruru . kasumi kana

Hyakuchi

la vache que j’ai vendue,
quittant le village
dans la brume


(p.418) :

kozo urishi . ushi ni aikeri . aki no kaze

Ôemaru

rencontré la vache
que j’ai vendue l’an dernier :
vent d’automne

ôbune no . kobune hikiyuku . kasumi kana

Shiki

un gros bateau
tirant un petit bateau
dans la brume

kano momo ga . nagarekuru ka yo . harugasumi

Issa

cette pêche
flottera-t-elle jusqu’ici ?
brume de printemps


(p.419):

se no hikuki . uma ni noru hi no . kasumi kana

Buson

chevauchant
un cheval court sur pattes ;
jour de brume

furimukeba . hi tomosu seki ya . yûgasumi

Taigi

me retournant,
ils allument les lampes des barrières
dans la brume du soir


(p.420) :

kasumu hi ya . sazo tennin no . otaikutsu

Issa

jour de brouillard et de brume :
Les Habitants du Ciel
peut-être bien apathiques et s’ennuient

(à comparer avec le poème de Ritaihaku :)

cette nuit, me reposant au temple Hôchôji.
si je lève la main, je peux toucher les étoiles.
je n’ose pas parler fort,
de peur de déranger les Habitants du Ciel

tôkitaru . kane no ayumi ya . haru kasumi

Onitsura

la cloche distante –
comme elle bouge en venant
à travers la brume de printemps !


(p.421) :

kasumu hi ya . shinkan to shite . ôzashiki

Issa

jour de brume ;
la grande salle
déserte et calme

yûgasumi . omoeba hedatsu . mukashi kana

Kitô

brume du soir ;
pensant à des choses passées –
comme elles sont lointaines !


(p.422) :

harukaze ya . mugi no naka yuku . mizu no oto

Mokudô

brise de printemps ;
à travers l’orge
le bruit des eaux

harukaze ni . shiri wo fukaruru . yaneya kana

Issa

vent de printemps !
les jupes du couvreur
s’envolent

harukaze ya . ushi ni hikarete . zenkôji

Issa

brise de printemps !
menée par une vache
jusqu’au temple Zenkôji


(p.423 :)

haru no kaze . oman ga nuno no . nari ni fuki

Issa

comme l’habit d’O-Man
se soulève et bat,
la brise de printemps souffle

(à comparer avec ce poème du Zenrinkushû :)

dans le jardin luit la lune,
mais il n’y a pas d’ombre sous le pin ;
au dehors, la balustrade, pas de vent,
mais les bambous bruissent.

°

à suivre… (p.424)