Posts Tagged ‘porte’

haïlongcou musical

11 avril 2010

°

une porte en grinçant
siffla le début du concerto pour violon de Mendelssohn

°

d.(11/4/10)

Publicités

Kodôjin – haïku

1 février 2010

°

katai to wo
katan-pishan to
aki no kaze

porte en bois
battant et claquant –
brise d’automne

°

Kodôjin

de Rôka Shônin

15 décembre 2009

Sakana-ya ga
haitta mon wa
yanagi kana

By the gate
The fishmonger entered,
A willow tree.

Par la porte
où entra le poissonnier,
un saule.

Rôka Shônin

(dans HAIKU de Blyth, p.258)

Migné-Auxances, 25/11/90

22 juillet 2009

°
9 heures sonnaient au carillon de la brume
Un fusil ajouta le dixième coup
– De quoi se plaignaient les corbeaux ?
Un coq ajouta sa touche à l’orchestration du matin
Quelques bruits humains : casserole
qu’on heurte dans le jardin,
porte qu’on ferme, rumeurs de voitures,
percussion de pas.
Seuls les arbres faisaient encore silence dans l’immobile du matin
Le coq réitérait son appel
une pie traînait le fardeau de sa queue
quelques gouttes bien rondes
sur une feuille à l’envers
Les voitures négociaient les virages
Vers les hauteurs les vents tournaient
– Il voulait s’éloigner des hommes
(difficile de leur échapper !) –

Odeurs d’humus –
Dans le jardin un ciré jaune
étranglé au cou
en guise d’épouvantail
Dedans la lumière
et l’homme assis attablé
de dos à la porte
regarde la télé couleur
Il est 9 heures passées de café
et les oiseaux joutent déjà de leurs instruments agiles
Le ciel aussi s’agrandit
s’approfondit d’un avion
Le jour / la lumière prend son relief
bientôt le rêve la brume et l’inconscient seront rejetés
glisseront de l’autre côté du globe

bientôt un ensemble de maisons
Chirico à portiques carrés
comme un décor d' »un-hol(l)y-wood » *
aux volets tous vert tendre
d’une horreur irréelle

* =  » forêt-profane  » ?

°
d.(Migné-Auxances, 25/11/90)