Posts Tagged ‘pie’

square des Batignolles

11 septembre 2009

°

la branche de l’arbre
descend en spirale
vers les pigeons
sur le gazon

°

que regarde l’enfant
de sa poussette :
moi
ou mon gâteau ?

°

(la queue de) la pie
(qui) vient picorer l’eau
puis un pigeon

°

(ceci n’est pas un haïku au pigeon :)

ce pigeon
dans le gazon
couve le temps

°

(pie et cygne :)

cette pie
descend sur ses roulettes
boire au bassin

« le » cygne noir
mine de rien
patrouille

°

(ceci est un haïku gris :)

sur la tête
du vautour gris
un pigeon gris

(square des Batignolles : au milieu du bassin, une statue de vautours dérisoires : proies des oiseaux vifs…)

°

d.(11/9/9)

Publicités

Pyconoclaste : duo ; distique inique/s … :

11 septembre 2009

 » La Vierge et l’enfant  » :

L’oeuvre-pis *
de Marie
(= Agnès Sorel)
déboutonnée
par Jean Fouquet
à Loches

* / pie, pieuse

la pieuse marie au pieu

au pis l’allaite, rit –

d.(début août – 10 septembre 09)

Migné-Auxances, 25/11/90

22 juillet 2009

°
9 heures sonnaient au carillon de la brume
Un fusil ajouta le dixième coup
– De quoi se plaignaient les corbeaux ?
Un coq ajouta sa touche à l’orchestration du matin
Quelques bruits humains : casserole
qu’on heurte dans le jardin,
porte qu’on ferme, rumeurs de voitures,
percussion de pas.
Seuls les arbres faisaient encore silence dans l’immobile du matin
Le coq réitérait son appel
une pie traînait le fardeau de sa queue
quelques gouttes bien rondes
sur une feuille à l’envers
Les voitures négociaient les virages
Vers les hauteurs les vents tournaient
– Il voulait s’éloigner des hommes
(difficile de leur échapper !) –

Odeurs d’humus –
Dans le jardin un ciré jaune
étranglé au cou
en guise d’épouvantail
Dedans la lumière
et l’homme assis attablé
de dos à la porte
regarde la télé couleur
Il est 9 heures passées de café
et les oiseaux joutent déjà de leurs instruments agiles
Le ciel aussi s’agrandit
s’approfondit d’un avion
Le jour / la lumière prend son relief
bientôt le rêve la brume et l’inconscient seront rejetés
glisseront de l’autre côté du globe

bientôt un ensemble de maisons
Chirico à portiques carrés
comme un décor d' »un-hol(l)y-wood » *
aux volets tous vert tendre
d’une horreur irréelle

* =  » forêt-profane  » ?

°
d.(Migné-Auxances, 25/11/90)