Posts Tagged ‘Mokuin’

26 HAIKU de printemps – Blyth – p.570-579

24 janvier 2011

°
(p.570)

yanagi kara . hi no kurekakaru . nomichi kana

Buson

Du saule
sur la route vers la lande,
le jour commence à s’assombrir

harusame ya . kurenan to shite . kyô mo ari

Buson

pluie de printemps;
Il commence à faire sombre;
Aujourd’hui aussi se termine



hi kururu ni . kiji utsu haru no . yamabe kana

Buson

bien que la nuit approche,
tirant des faisans
dans les collines printanières

hana ni kurete . waga ie toki . nomichi kana

Buson

en retard après avoir contemplé les fleurs,
la route sur la lande,
la maison encore loin

saga e kaeru . hito wa izuko no hana ni kureshi

Buson

Gens rentrant à Saga –
où étaient les fleurs de cerisiers
qui les ont gardés jusqu’au soir ?

°
(p.571)

na no hana ya . maya wo kudareba . hi no kururu

Buson

descendant du mont Maya,
des fleurs de colza,
les ombres de la nuit tombant



itoma naki . mi ni kurekakaru . kayari kana

Buson

occupé tout le jour,
le soir commence à tomber;
la tache du moustique

yama kurete . momiji no ake wo . ubai keri

Buson

les montagnes s’assombrissent
prenant le cramoisi
des feuilles d’automne

kurudera ni . tôbiki wo taku . higure kana

Buson

brûlant des chaumes de millet
dans le vieux temple ;
le jour s’assombrit



sumi-uri ni . hi no kurekakaru . shihasu kana

Buson

le jour s’assombrit
sur le vendeur de charbon
à la fin de l’an

biwa no hana . tori mo susamezu . hi kuretari

Buson

fleurs du néflier;
même les oiseaux ne peuvent pas voler çà et là;
le jour est fini

°
(p.572 :)

hitasura ni . sakô de mo nashi . kado no ume

Issa

Il ne semble pas
très anxieux de fleurir,
ce prunier au portail



sumizumi ni . nokoru samusa ya . ume no hana

Buson

dans coins et recoins
le froid reste :
fleurs du prunier

ume ichirin . ichirin hodo no . atatakasa

Ransetsu

une autre fleur du prunier,
et ce tant de chaleur
en plus

°
(p.573 :)

kake kakete . tsuki mo naku naru . yosamu kana

Buson

décroissant, décroissant,
la lune aussi a disparu –
comme la nuit est froide !

higan-mae . samusa mo hito-yo . futa-yo kana

Rotsû

avant l’équinoxe de printemps;
le froid ne va durer
qu’une nuit ou deux de plus

haru mo yaya . keshiki totonou . tsuki to ume

Bashô

la scène de printemps
est presque prête :
la lune et les fleurs de prunier

°
(p. 574 :)

shiraume ya . sumi kanbashiki . kôrokan

Buson

les fleurs de prunier blanches;
dans le Kôrokan *
l’encre de Chine embaume

* bureau chinois où l’on recevait les hôtes étrangers, les ambassadeurs,etc. (: R.H. Blyth).

futamoto no . ume ni chisoku wo . aisu kana

Buson

les deux pruniers :
j’adore leur floraison,
un tôt, l’autre plus tard.

ou – littéralement – :

J’adore
le précoce-tardif
des deux pruniers

(: p.576.)

°
(p. 575 :)

utagawanu . kokoro ni shiroshi . ume no hana

Mokuin

pour le coeur
qui ne doute pas,
les fleurs blanches du prunier

°
(p.577 :)

kusa-mizu no . ido no kiwa yori . ume no hana

Issa

près d’un puits
d’eau putride,
les fleurs du prunier

otoroe ya . hana wo oru ni mo . kuchi mageru

Issa

force manquante :
même en cassant cette branche en fleurs,
une bouche grimaçante

°
(p.578 :)

ume ga ka ni . notto hi no deru . yamaji kana

Bashô

soudain le soleil se leva
au parfum des fleurs de pruniers
le long du sentier de montagne



yama no tsuki . hana nusubito wo . terashi tamô

Issa

la lune au-dessus des montagnes
brille bienveillante
sur le voleur de fleurs !

°
(p.579 :)

tsuki no ume no . su no konnyaku no . kyô mo suginu

Issa

la lune, les fleurs de prunier,
le vinaigre, le konnyaku * :
voici que s’en va aussi l’aujourd’hui !

* une pâte faite avec la fécule d’une racine fibreuse du taro (: R.H. Blyth).

ko no shita ni . shiru mo namasu mo . sakura kana

Bashô

sous l’arbre,
dans la soupe, dans la salade de poissons :
des fleurs de cerisiers !

°
(à suivre, p.580-)