Posts Tagged ‘mer’

Kodôjin – waka

31 janvier 2010

°

À Shirahama
la brise fraîche des pins
agite les manches
d’une jeune fille qui revient
de se baigner dans la mer

°

Kodôjin

Publicités

de Buson

15 décembre 2009

Na-no-hana ya
kujira mo yorazu
umi kurenu

Flowers of rape;
No whale approches,
The sea darkens.

Fleurs de colza;
Nulle baleine n’approche,
La mer s’assombrit.

Buson

(dans HAIKU de Blyth, p.260)

la mer

19 septembre 2009

°

pieds nus
le sable
la mer

insomnie :
demain
la plage

°

d.(19/9/9)

Photographie 99

20 juillet 2009

(Photographie)

°

Les jumelles s’exclament :

C’est Juliette Poisson,

notre amie de la mer !

°

d.(Recoules, 2/9/99)

Comptine

20 juillet 2009

°

La paire du maire

perdue en mer

horreur ! mordue

par l’heure erre due

°

d.

Feu de montagne – (6/8 août 03)

30 juin 2009

°

entre les pans des montagnes

fumée bleue annonciatrice

°

roulements de canadairs

premiers confetti cendrés

°

monts estompés

par la fumée des feux

la cloche perçante

°

une cendre

vient se poser

sur mon carnet

°

se mêlant aux herbes

aromatisant les olives :

premières cendres de la montagne

°

dans la cuvette

la mer invisible :

fumée descendant des montagnes

°

mêlée au pastis

et aux olives

l’odeur du feu dans la montagne

°

sur ma main

blanche scorie

d’arbre brûlé ?

°

feux de forêt d’un côté

mer de l’autre

– arroser tous les soirs

les plantes brûlées de soleil

°

soir gris avec demi-lune

°

22 heures

la lune

et UNE étoile

°

ce soir l’odeur

du feu de forêt lointain

et de l’encens ici

°

… mêler mon encens

au(x) feu(x) de ta forêt …

°

l’encens qui se consume

décrit une arabesque

– bâton de pélerin

°

ce soir

l’encens que se dédouble –

rêvant à toi

°

ce matin

l’air bleu de la montagne

– feux de forêts lointains

°

bleu de brume incendiaire

le matin levé

descend (de) la montagne

la pluie du feu

°

ce matin encore dès l’aube

l’odeur fine de charbon de bois

°

Castillon, 6-8 août 2003.

La cloche de onze heures – (5 août 03)

30 juin 2009

°

mon portable

posé

sur ton silence

°

La cloche de 11 heures remue l’air du village

un courant de vent passe

remuant arbres, plantes, pages du livre

sur la terrasse

vers le soleil et la mer

L’on boit de grands verres d’eau

quelquefois teintée …

°

11 heures 30

la cloche sonne

dans nos portables

°

12 heures

L’église continue d’égrener son chapelet de coups sonores

je vois d’ici le battant qui oscille vers le silence

puis mes mots, comme des mouches aveugles, continuent d’avancer sur le papier

vers toi

°

(5 août 2003)

suite tunisienne – 47 haïkus (7-2003)

20 juin 2009

SUITE TUNISIENNE

°

une mouche tunisienne
sur la vitre du bus
vers Monastir

°

cinquième étage – clim
et vue plongeante
sur la piscine de l’hôtel

°

petit bassin :
deux jeunettes –
et deux dauphins
au fond

°

grosse chaleur
deux jeunettes
sous l’eau s’enlacent

°

Nuit de fiançailles –
Personne dans la piscine
que des dauphins peints au fond

°

au vu de tous
la fiancée s’évente
sur son estrade

°

Soseki
en vacances avec moi
– Tunisie

°

s’endormir
aux sons de l’orchestre
des fiançailles

°

fiançailles terminées
l’on replie les chaises
– lune rousse

°

fiançailles terminées
les cigales
et un coq

°

cigales,
clim –
la rondeur de la nuit

°

premiers appels des minarets
au milieu des coqs
et des cigales

°

gare à la bagarre !
le bleu va de nouveau
triompher

°

le bleu
partout va renaître
– piscine

°

déjà la chaleur
sur les dernières pentes de la nuit
– la clim à fond

°

la clim
et dormir nu –
cigales et coq

°

les tables rangées
la lune repartie

°

ce qui ressort de cette nuit :
le palmier
au milieu de l’hôtel

°

ce qui reste de cette nuit :
fragrance des fleurs d’orangers

°

insomnie –
mais l’odeur des fleurs d’oranger !
la mer s’allume

°

les muezzins recouchés ?
coqs,
de loin en loin

°

arceaux et crénelures
coqs et cigales
sur Monastir

°

le dos des dauphins arrondis
au fond des deux bassins
en forme de haricots

°

dernier ressort d’un coq –
les grues allumées
et le phare du port

°

cinq heures du matin
dans l’ascenseur de l’hôtel
une grosse fourmi
et moi

°

fleur d’oranger
sous ma narine
le jour se lève

°

deux chats matinaux
vers la mer
un avion vient se poser

°

l’heure exquise
de flore immobile –
premières ondulations chantées

°

la  » boutique dromadaire  »
déjà allumée
un chat saute d’une poubelle

°

un homme à petits pas joggés —
le rouge du soleil qui monte
juste au coin de la mer

°

cinq heures du matin
à Monastir
déjà bien des gens
à la baignade

°

une tente de police   fermée
sur la plage –
femmes qui entrent habillées
dans la mer

°

robes
et châles
des femmes
à la mer

°

grosse fourmi
à longues pattes
sur mon pied –
insensible

°

une chaussette à la mer
et un voile –
Monastir

°

une serviette verte
à sécher au balcon
fait signe au loin

°

les anses
du sac plastique
bougent
sous le ventilo

°

dans les champs clairs
l’ombre noire des oliviers
sous la pleine lune

(El Jem – Monastir)

°

l’enfant tunisien
qui shoote dans le melon
qu’il rapporte

°

chassant avec un chiffon
les mouches de ses fruits
– marché couvert

°

de son rocher
un chat guetteur
se retourne

°

où tu vas
les mots

(partout)

dans tes poches
– liberté

°

un bambin sur la terre poussiéreuse
un âne sous l’olivier

°

cinq dinars
brillant
au fond de la piscine :
dernier cadeau de Monastir

°

en panne
dans un no man’s land –
chaleur d’oliviers

°

l’ombre d’un nuage
au centre d’un lac
– retour

°

des feux à terre clignotent
suivant la progression de l’avion
– soleil

°°°

Paris-Monastir-Paris, 11/13-7-2003.