Posts Tagged ‘Lucia Supova’

Compte-rendu du kukaï de Paris 80, du 29 juin 2013

3 juillet 2013

En présence de 16 personnes, 48 haïkus ont été échangés. Quinze d’entre eux ont recueilli une voix ; Treize autres, deux voix ; trois ont obtenu trois voix, deux, quatre voix, et un, cinq voix.

°

Avec 5 (cinq) voix :

Les coquelicots
Balançant par-ci par-là
Mon cœur aussi

, de Hiro Hata.

°

Avec 4 (quatre) voix :

Dans le bocal clos
attendant les confitures
un arc-en-ciel

, de Françoise Lonquety ;

et :

soldes d’été –
– 50 %
sur mes haïkus d’hiver

, de Michel Duflo.

°

Avec 3 (trois) voix :

Fenêtre entrouverte
parfum de tarte aux pommes –
marée haute

, de Lydia Padellec ;

l’oliveraie sous les rafales
elle ramène ses cheveux
dans un chignon

, de Lucia Supova ;

et :

pleine nuit
l’odeur du pain
gonfle jusqu’à nous

, de Daniel Py.

°

Avec 2 (deux) voix :

À l’arrêt du bus
les regards muets –
départ pour l’usine.

, de Patrick Fetu ;

Balade dans Paris
Le coucher de soleil flâne
Sur les fenêtres

, de Dany Georgelin ;

coup de vent
le barbecue
terrassé

, de Marie-Alice Maire ;

Derniers rayons
les abeilles fredonnent
une berceuse.

, de Patrick Fetu ;

derrière son basset
petite dame au trot
tandem parfait

, de Roselyne Fritel ;

dessinée
par la pluie –
une croupe

, de Valérie Rivoallon ;

Grand vent –
l’été valse
pour ses quatre-vingt printemps

, de Marie-Alice Maire ;

hôpital –
la patiente impatiente
arrose les plantes

, de Valérie Rivoallon ;

nouvelle adresse
que cachent les écailles
des bourgeons ?

, de Lucia Supova ;

pas le moindre nuage
contre qui maugréer –
sept moulins à vent

, de Michel Duflo ;

Perfection du rouge
sur mes lèvres –
première pivoine

, de Lydia Padellec ;

Sur sa joue
Des larmes sucrées
Au jus de cerise

, d’Isabelle Ypsilantis ;

et :

un drapeau vert
flotte sur une grue –
le ciel limpide

, de Daniel Py.

°

Avec 1 (un) point :

Brise violente –
une feuille s’agrippe
à deux pâquerettes

, de Lydia Padellec ;

cyprès au soleil
devant le mur délabré
son ombre disloquée

, de Philippe Bréham ;

deux jours –
trois bourdons morts
sur le trottoir

, de Martin Dinga ;

La fête du Démon danse
Excité l’esprit
Enlève son masque

, de Hiro Hata ;

Les scies
déchirent le silence
odeur de copeaux

, de Danièle Etienne-Georgelin ;

l’insomnie
le merle déjà
à sa place

, de Lucia Supova ;

Madonna
Aussi exquise que Raymonde
Pour le morpion

, de Leïla Jadid ;

Premiers jours d’été
La neige
Encore fraîche

, de Leïla Jadid ;

réveil –
ses yeux embrumés
de rêves

, de Valérie Rivoallon ;

Sa chemise
Sous l’odeur de cigarette
Celle du jasmin

, d’Isabelle Ypsilantis ;

Salon du livre –
en maraude au stand Québec
deux policiers

, de Françoise Lonquety ;

un galet… un coquillage
puis un autre
puis un autre

, de Patrick Fetu ;

Un homme endormi
le pantalon sur les pieds –
Passer son chemin ?

, de Françoise Lonquety ;

Un marin
lave le chalut
Les mouettes en vautours

, de Danièle Etienne-Georgelin ;

et :

vieille mare –
le petit enfant découvre
le chant des coucous

, de Marie-Alice Maire.

°°

Merci à toutes et à tous !

Notre prochain kukaï de Paris (n° 81) se tiendra le samedi 14 septembre prochain,
toujours à l’Indiana Café, 33 rue Berger, 75001, à 16 h 30,

après un été profitable pour tous, nous le souhaitons !

Daniel.

Publicités

Compte-rendu du kukaï de Paris n° 73 du 8/12/12

9 décembre 2012

Compte-rendu kukaïdeParis n° 73 du 8 décembre 2012

Bonjour

En présence de onze personnes, quarante (40) haïkus ont été échangés.
13 d’entre eux obtinrent une voix,
13 également, deux voix,

et un, 4 voix :

Il a parfois un chien
Le promeneur – Parfois non.
Matin de brouillard.

: Monique Serres

Avec 2 voix :

après ce jour là / elle se cachera au bain – / une goutte de sang

: Françoise Lonquety

ciel couleur pastel / la neige immaculée / entre les rails

: Lydia Padellec

Coucher de soleil – / Sur son lit d’hôpital / Mon père s’éteint

: Danièle Étienne-Georgelin

courses de Noël – / cherchant l’inspiration / au rayon lingerie

: Michel Duflo

Dans le seau d’eau / L’enfant essaye d’attraper / La lune *

: Danièle Étienne-Georgelin

* : d’après une scène du film « Miel » de Semih Kaplanoglu, 2010.

deviner l’hiver / par la fenêtre embuée – / cuisson du riz

: Michel Duflo

église déserte – / mon âme hésite / à y entrer

: Michel Duflo

Entre deux avions de ligne
la ponctuation
d’un café noir.

: Monique Serres

Je compte sur mes doigts / Les déceptions de l’année – / Mains grandes ouvertes

: Monique Serres

Jogging dans le parc / Une vieille corneille / Ses pas aussi lourds que les miens

: Martin Dinga

la Valse de Satie / le crayon de l’écrivain / s’arrête et danse

: Philippe Bréham

toujours arrêté / en rase nulle part — */ la demi-lune gonfle

: Daniel Py

* : « expression-valise » constituée des expressions « en rase campagne » et « au milieu de nulle part ».

une moitié de la lune / au-dessus des toits / et l’autre ?

: Lucia Supova

Un peu plus fort / le cri des enfants dans la cour – / première neige

: Lydia Padellec.

°

Nos prochains kukaï du K.deParis pour 2013 ont été prévus aux dates suivantes :

19 janvier
16 février
23 mars
13 avril
18 mai
15 juin (ou 8 ou 22).

°

Bonnes fêtes de fin d’an à tou(te)s !

Daniel

°

PS : Monique Serres, du kukaï de Paris, et du En-kukaï (initié par Mme Madoka Mayuzumi lors de son séjour à Paris en 2011-12) nous invite à la prochaine séance du En-kukai, qui se tient lui aussi au bistrot d’Eustache, et aura lieu le mercredi 9 janvier à 17 h 30. Pour ce faire, il est besoin d’envoyer un haïku « libre » et un haïku sur le thème de « premier ».
Monique nous en communiquera plus prochainement à ce sujet !

merci à toutes et à tous
et meilleurs voeux renouvelés !

D.

Commentaire complet du kukaï « exceptionnel » du 24/11/2012

9 décembre 2012

Bonjour !

Les membres de quatre kukaï différents (Seegan Kukaï, France Haïkukaï, Kukaï de Paris et En-kukaï (Paris)), se sont rassemblés ce 24 novembre 2012, pour notre premier kukaï bilingue franco-japonais, un kukaï « exceptionnel » donc, rendu possible par l’annonce de Laurent (Seegan) Mabesoone du voyage à Paris de cinq membres de son « Seegan kukaï ». Ce furent : Mesdames Toyoko Maki, Yasuko Kobayashi, Sadako Sato, et Messieurs Tami Kobayashi (Président du Seegan Kukai) et Nagao Maki, qui participèrent à l’exposition d’estampes, de gravures, conjuguées de haïkus en japonais et en français, au centre Culturel Tenri, rue Bertin-Poirée. Paris 75001. Cette exposition avait pour thème « Après Fukushima »
, du même nom que la remarquable anthologie de haïku publiée au Japon par le Cercle Seegan, à laquelle avaient également contribué nos visiteurs.
Nos remerciements vont particulièrement à Messieurs Mabesoone qui a été le moteur principal de cet événement, et traducteur de la plupart des haïkus échangés, qui n’avait pas pu, au regret de tous, faire le déplacement en France ; à Monsieur Tami Kobayashi, son « assistant » – et notre Monsieur Loyal de la soirée, qui avait apporté (du Japon) les feuilles sur lesquelles avaient été retranscrits les haïkus traduits en japonais et en français, que nous eûmes à départager ; à Monsieur Kosuke Kawasaki, du groupe France Haikukai, également traducteur, et autre « cheville ouvrière » de cette soirée, et, last but not least, à Madame Midori Suzuki (du groupe France Haikukai également), qui avec grande compétence, s’est chargé des traductions en direct de nos échanges plus que fructueux !
Nous étions au total trente-et-un membres à nous serrer (il aurait été difficile d’y tenir plus nombreux !) au premier étage de notre fidèle Bistrot d’Eustache.
Après avoir tiré au sort nos places autour des tables, et des nombreux cadeaux qu’avaient apportés nos amis Japonais – qui furent les récompenses accordées aux « gagnants » de notre kukaï, dont quelques exemplaires du recueil de haïkus Après Fukushima, les 62 haïkus en lice furent soupesés individuellement. L’on procéda ensuite (comme dans notre kukaï de Paris) à la recension des voix, puis vint le tour des commentaires de ceux qui avaient voté pour les haïkus préférés. Les gagnants eurent donc droit à leurs petits cadeaux, qui un calendrier, qui un drapeau japonais, qui une barre de chewing-gums à la prune ume, qui un petit porte-monnaie, etc.
Voici donc les haïkus les plus remarqués :

°

(Avec 10 voix :)

Les jeunes époux mesurent / avec une feuille d’érable / les mains du bébé

Kosuké Kawasaki (France haïkukaï)

°
(avec 6 voix :)

Le fa du piano / est légèrement désaccordé… / Soleil d’hiver

Tami Kobayashi (Seegan kukaï)

°

(avec 5 voix :)

arbres dénudés – / remettant ses vêtements / après le scanner

Michel Duflo (Kukaï de Paris)

et :

Au souffle du vent / vacille la vieille femme / chandelle en hiver.

Patrick Fetu (Kukaï de Paris)

°
(avec 4 voix :)

Jour des morts – / j’offre ma vieille pomme / aux oiseaux

Valérie Rivoallon (Kukaï de Paris)

et

Maison en deuil – / Une fleur de sazanka* immaculée / Soudain est tombée

Yasuko Kobayashi (Seegan kukai)

• = camélia.

°
(avec trois voix :)

Le ciel plein d’étoiles / Tu m’accompagnes avec / tes mains si menues

Haruko Maki (France Haikukai)

dans son épaisse chevelure / une feuille jaune

Lucia Supova (Kukaï de Paris)

Il neige / sur les cerisiers – / en vain

Valérie Rivoallon (kukaï de Paris)

Pas de feu de joie / Avec ces feuilles mortes écarlates : / Gorgées de césium

Nagao Maki (Seegan Kukai)

NB : au Japon, l’on brûle traditionnellement les feuilles de l’automne ; mais ici, il est interdit de brûler ces feuilles contaminées !

Si proche son corps / dans la nuit de pleine lune / oser le toucher

Roselyne Fritel (Kukaï de Paris)

Vallée des érables / est ouverte sur la terre / comme des entrailles

Kosuké Kawasaki (France Haikukai)

Pour choisir sa courge, / Certains en caressent la peau, / D’autres la frappent.

Toyoko Maki (Seegan Kukai)

livre interminable / dans la coupe les bananes / complètement noires

Danièle Duteil (Kukaï de Paris)

et :

La calligraphie sèche — / Dans le creux du lavabo / L’intensité du noir

Meriem Fresson (Kukaï de Paris).

°

9 haïkus obtinrent également deux voix, mais, faute de temps, vus l’heure tardive (20h), et le début du concert de jazz au rez-de-chaussée du bistrot, ils ne furent pas commentés ni attribués ;
de même que les 14 autres haïkus plébiscités d’une voix.

°°°

Après notre chaleureux kukaï, rendez-vous au restaurant voisin « Le chien qui fume ». Un peu plus des deux-tiers d’entre nous eûmes ainsi l’occasion de finir de manière des plus agréables cette soirée unique, que nombre d’entre nous voudraient pouvoir renouveler, à l’occasion. Ce sera peut-être chose à faire en 2013, et cette fois, en la présence souhaitée de Laurent (Seegan) Mabesoone !

°

Merci également à toutes celles et tous ceux ont participé à cette soirée mémorable, première rencontre chapeautée par notre kukaï de Paris entre kukaïistes Japonais et Français, qui, nous en sommes convaincus, fera date dans l’histoire du Haïku de nos Kukaï respectifs, ainsi que de nos deux pays !

°

Pour terminer, enfin, ce « haïku » composé pendant le kukaï – et lu lors de nos petits « discours » de circonstance, au « Chien qui fume » ensuite :

le bruit des feuilles qui tournent
ce 24 novembre
(: kukaï exceptionnel)

(Daniel)

, ainsi que celui que Roselyne Fritel, une de nos participantes, m’a envoyé ensuite, avec ses remerciements :
« écrit pendant la tournée des biscuits durant le kukaï, d’hier:

les gâteaux de riz
ont longuement voyagé
entiers ou brisés »

°

Ce compte-rendu est également posté sur le blog du kukaï de Paris :
http://kukai.paris.free.fr/blog/

°

Les prochains kukaï de Paris auront lieu, pour le premier semestre 2013 (sous réserve de modifications ultérieures) les :

19 janvier
16 février
23 mars
13 avril
18 mai
15 juin (ou 8 ou 22).

°

Compte-rendu du kukaï de Paris n° 71

20 octobre 2012

Bonsoir !

cet après-midi, en présence de quinze personnes, 44 haïkus ont été échangés.

(7 voix :)

cimetière –
la désinvolture
du papillon

: Michel Duflo.

(6 voix :)

octobre
sur le chemin de l’écolier
la nuit

: Valérie Rivoallon.

(4 voix :)

longtemps après la pluie
une goutte tombe
d’une feuille

: Lucia Supova.


(2 voix :)

chaleur lourde –
l’enfant souffle
des bulles de savon

: Rahmatou Sangotte;

Jour pluvieux d’automne
Le héron remonte la rivière
plus bas que d’habitude

: Monique Serres;

et :

Pour toujours se taisent
les livres sur l’étagère
que je n’atteins plus

: Roselyne Fritel

°

Ces résultats seront également postés sur le blog du kukaï de Paris : http://kukai.paris.free.fr/blog/

°

Lydia Padellec nous a présenté le recueil bilingue de Vincent Hoarau : ‘La minute papillon – Afol pa’ à ses éditions de la Lune bleue, avec des haïgas de Ion Codrescu – prix : 14 €
et son propre recueil ‘Sur les lèvres rouges des Saisons’ (haïku, tanka et haïbun), aux éditions de l’Amandier – prix : 12 €.

°

Les prochains kukaï de Paris auront lieu :
# 72 : samedi 24 novembre 2012
# 73 : samedi 8 décembre 2012.

Merci !

D.

Compte-rendu du kukaï du Marché de la Poésie

17 juin 2012

Place Saint-Sulpice (Paris 75006), le 16 juin 2012.

Bonsoir !

Sur le stand 517 (de L’iroli, entre autres,)
en présence de douze personnes, 24 haïkus ont été échangés.

°

Avec trois voix :

ailes du héron –
dans mes jambes souvenir
de l’orgasme

: isabel Asunsolo

jogging
ah ! l’agilité du merle
dans la flaque d’eau

: Lucia Supova.

Une coccinelle
sur la main de l’enfant
le bijou parfait

: Moniques Serres.

°

Avec deux voix :

Allongée
au pied des arbres –
vertige

: Valérie Rivoallon.

câlin du soir
sur le mur
son ombre portée

: Mériem Fresson.

Dix fois au jardin
pour le persil, pour le linge…
Pivoines en fleur

: Moniques Serres.

Minuit l’hiver
le bruit d’une scie
solitude

: Buson.

°°

Avec une voix :

Des gouttes de pluie
Le bruit des vagues de la mer
L’été commence

: Hiro Hata.

l’insecte
fait le tour de l’assiette :
jambon cru – saucisse

: Daniel Py

nuit d’été
un papillon blanc fend l’air
quelle fraîcheur !

: Philippe Bréham

sanctuaire shintô
sur le jardin les lanternes
dessinent le silence

: Philippe Bréham.

soulevant une roue
pou ne pas écraser un gendarme
– trottoir de Vitry

: Daniel Py

Sur ses lèvres
j’ai déposé mes soupirs –
frissons dans les reins.

: Patrick Fetu.

une tortue me regarde
— les pétales sur la surface de l’étang
la doublent

: Lucia Supova.

°

Le prochain kukaï de Paris aura lieu samedi 15 septembre, 16h30 au bistrot d’Eustache (probablement !).
Bonnes vacances, bel été à tou(te)s !

Daniel

Par-ci par-là des tournesols – renku

7 mars 2010

°°°

PAR-CI PAR-LÀ DES TOURNESOLS

Mené par D.Py (sur internet), avec :
Lucia Supova (Slovaquie), Micheline Beaudry (Québec) , Daniel Py, Pascal Quéro (Fr)

Traduit en anglais (D.Py), italien (M.Beaudry), espagnol (P.Quéro), slovaque (L.Supova)
Et publié par John Carley sur le mag. en ligne Simply Haiku (début 2004) à l’adresse :
http://www.simplyhaiku.com

fin de septembre / par-ci par-là des tournesols / tournés vers le nord (L)
une ligne à l’horizon / une route sous mes pas (P.)
avancer / dans la couleur des feuilles / l’été indien (M)
partout sur son bureau / des papiers griffonnés (D)
une phrase en araméen / contre la pleine lune / branches du noyer (L)
son ventre est un peu plus rond / tout vibre là sous sa main (P)

derrière le carreau / mille points en tourbillon / jaunes rouges et bruns (P)
le chrysanthème orangé / retient encore le soleil (M)
tard dans la nuit / les pendules / et la dernière lampe (D)
une mouche les ailes ouvertes / aplatie sur le sol (L)
seule parmi les herbes / fleurie ce matin / une rose trémière (P)
cicatrice unique / il trouve son corps parfait (M)
comme au premier jour / le miroir de leur amour / limpide (D)
la lune orange / au-dessus d’un match de foot (L)
au grand stade / des milliers de gens pour suivre / les excécutions (L)
une seule minute d’attente / juste avant d’ouvrir le feu (P)
une odeur de bûches / dans l’air saturé de neige / silence sourd (M)
les crayons glissent / bruit de la craie (D)

allongé sur mon buste / le bébé d’un ami / s’endort (L)
enfin / mes poumons se regonflent / sous ses frêles traits immobiles (P)
le journaliste / a figé les rues désertes / trêve de Noël (M)
ce matin la lumière / sur les bancs de la gare (D)
quelques secousses / le train s’ébranle / deux adolescentes rient (D)
l’atelier du théâtre elles / répètent la noyade / hilares (L)
à plat sur tes reins / ma main frémit dans le noir / au son de la pluie (P)
les cinq rayons de l’étoile / suspendue sur sa chemise (M)
une ceinture de manteau / interroge / le trottoir (D)
la nationale un enfant assis / se penche sur un homme ivre (L)
sous la pleine lune / en bas toute illuminée / est la Tour Eiffel (P)
ils visitent le trou noir / de la nouvelle Pompéi (M)

à travers / les préparatifs de guerre / les signes du printemps (M)
colombes de la paix / pigeons de la paix (D)
fenêtre carrée / de la salle de bain / le chant des oiseaux (L)
avril chemin sous les arbres / un tourbillon de pétales (P)
pointes rouges / la feuillaison sous les fleurs / pommetier de mai (M)
drapeaux et banderoles / en marche vers l’été (D)

°°°