Posts Tagged ‘Le Singe renifle en décembre’

Compte-rendu du kukaï de Paris n° 76

17 mars 2013

Compte-rendu du kukaï (# 76) du 16 mars 2013.

En présence de 11 (puis 12) personnes (dont 3 nouvelles), 29 haïkus ont été échangés.
24 d’entre eux ont obtenu une voix – ou plus :

°

Avec 4 voix :

Arbres élagués –
leurs moignons torves
griffent le brouillard

: Danièle Étienne-Georgelin ;

dans la penderie
trois gants
de la main gauche

: Daniel Py ;

et :

Juste assez de neige
pour écrire leurs noms
– deux amoureux

: Patrick Fetu.

°

Avec 3 voix :

Comme il penche
le panneau « Sens interdit »
– rires d’enfants

: Paul de Maricourt ;

un monument
tout neuf
dans le village
un peu mort

: Daniel Py ;

et :

Un trait de pinceau –
Naissance d’un saule
sur la toile

: Isabelle Ypsilantis.

°

Avec 2 voix :

aquagym :
juste au niveau de l’eau
son rire en canard

: Daniel Py ;

Comme un air d’opéra
dans la cuisine –
Tournedos Rossini

: Minh Triêt Pham ;

Concert de printemps
Les chaussettes du violoniste
En laine

: Gilbert Stern ;

Étrange rencontre –
Des bouddhas sur le rivage
roulés par les vagues *

: Isabelle Ypsilantis ;

* Île de Putuoshan, Chine.

fumette –
toute la nuit
le voisin hilare

: Valérie Rivoallon ;

Île Pisse-Vinaigre *
un charivari de bernaches
débarquées sans papiers

: Roselyne Fritel ;

* Champigny-sur-Marne, (par le RER A !)

premier kukai –
il est temps de me mettre
au sport d’équipe

: Minh Triêt Pham ;

et :

Rousse à souhait
la feuille sèche dévale
la Promenade des Anglais

: Roselyne Fritel.

°

Avec 1 voix :

Chutes de neige
La maison de campagne
Enfile son écharpe

: Oriane Obendorfer ;

Concert de printemps
Les pantalons du premier violon
trop courts

: Gilbert Stern ;

Givre sur la vitre –
Goût de miel et de citron
sur les papilles

: Isabelle Ypsilantis ;

La pluie
sur sa frimousse
épouse ses larmes.

: Patrick Fetu ;

meurt un tournesol
sur le bord de la fenêtre –
crépuscule d’automne

: Minh Triêt Pham ;

noir total –
seul le silence ose
y pénétrer

: Valérie Rivoallon ;

Poète des rues
entre deux verres
il en déclame d’autres.

: Patrick Fetu ;

sous
sa poitrine – son cœur
immobile

: Valérie Rivoallon ;

Temps glacial
les hérons à leur poste
de l’eau à mi-jambe

: Roselyne Fritel ;

et :

Une bicyclette
dans le brouillard épais,
sa musique va…

: Danièle Étienne-Georgelin.

°°

Quelques livres y ont été vendus/achetés :

La Valise entr’ouverte’ ( : 1ère anthologie du kukaï de Paris)
Aware – Une introduction au haïku’ (de Betty Drevniok)
Tierra de nadie’ (de Salim Bellen),
tous trois aux éditions Unicité.

Quelques projets de publications prochaines (avril – juin 2013) ont été évoqués :

– ‘Le Singe renifle en décembre – et autres textes’ : Haïbuns de Salim Bellen, éd. Unicité- Afah (avril 2013);
– ‘Enfansillages 2’, éd. Unicité (mai 2013);
– un recueil de haïkus de Valérie Rivoallon, éd. Unicité (mai 2013);
– ‘Le Haiku moderne en anglais – et autres haïkus de George Swede’, illustrations de Serge Tomé, éd. Unicité (juin 2013);
– ‘Fleurs du Silence’ haïkus de Philippe Bréham, éd. San (avril 2013);
– Un recueil de haïkus de Monique Serres, éd. Pippa (mai 2013);
– un recueil de haïkus (autour de la musique) de Daniel Py, éd. Pippa. (juin 2013)

: un riche printemps haïkiste en perspective !

°

Nos prochaines dates pour le kukaï de Paris :

6 avril,
18 mai,
8 juin,
29 juin.

°

Merci à tou(te)s !

Daniel.

°

Publicités

Haïkus du haïbun « L’arête de la Vierge » – Salim Bellen, Lsred, fin.

11 novembre 2011

°

Vierge à la colline ;
l’aréopage des monarques
nous ouvre la voie

L’enfant sur la crête
au filet à papillons
attrape le ciel

L’odeur du jasmin
sur cette arête des Andes
parfume Marie

°

Salim Bellen, (mercredi 3 janvier 2007), p.151 de Le singe renifle en décembre
extraits du dernier haïbun du recueil : « L’arête de la Vierge ».

Haïkus du haïbun « Un crime à la machette » – Salim Bellen

25 septembre 2011

°

Premier jour de l’An ;
nous remontons la rivière
à contre-courant

(p.142)

Monde d’illusions ;
sur la croix en bord de route
fleurs artificielles

Mûre et citron vert ;
les enfants après la glace
se tirent la langue

(p.144)

Crime passionnel ;
il saigne à mort son ami
et va se livrer

Il l’a trucidé ;
un jour lointain il ira
pleurer sur sa tombe

(p. 145)

Salim Bellen, mer. 3 janvier 2007,
extraits du haïbun « Un crime à la machette »
in Le singe renifle en décembre.

Haïku du haïbun « Le bilan » de Salim Bellen

5 mai 2011

°
(à Jorge Rincon Andrade)

Il eut trois enfants
planta deux cent quarante arbres
écrivit un livre

: S. Bellen, mercredi 3/1/07, p.134 de Le singe renifle en décembre

°

Haïkus du haïbun Le Taïtapuro – Salim Bellen

14 avril 2011

°

Toute la famille
habille en clown le Pantin;
demain le bûcher

Une lune pâle;
on prépare le bûcher
du Taïtapuro

Chemin du bûcher;
on arrime à la civière
le Taïtapuro

Lune entre bambous;
Le Taïtapuro sur l’herbe
vient d’être immolé

Son chapeau ôté
on immole le Pantin
au bûcher de l’An

Feux du Nouvel An;
Le chien va se réfugier
sous la grande table

Il est minuit pile
le Pantin de chiffons brûle
nous nous embrassons

Cerné par les flammes
le Pantin s’agenouille,
s’incline et rend l’âme

Au clair des étoiles
Jour de l’An, Didier entonne
des chansons paillardes

Premier jour de l’An;
nous jouons à la pétanque
sous le ciel des Andes

Le premier matin;
il ne reste que les cendres
du Taïtapuro

La terre et le ciel
pour mobilier funéraire,
le Taïtapuro

°

Salim Bellen, Mercredi 3 janvier (2007), in Le singe renifle en décembre, p.129-132.

Haïkus du haïbun  » Le moineau » – Salim Bellen

24 mars 2011

°

L’année se termine;
serein je bois mon dernier
jus de mandarine

Je me suis couché
dans le hamac; une sieste
avant le haïku

( : p.125)

La corde à sauter
de l’enfant sur la terrasse;
moi dans le hamac

Tiens elle a bougé
cette peluche en voiture !
C’est un chiwawa

J’allume au vestiaire
l’araignée n’a pas bougé
je ressors sans bruit

Assise en seiza *
ses lèvres remuent; ses yeux
regardent le vide

* seiza : posture les jambes jointes, assis sur la plante des pieds, un orteil sur l’autre. (n.d.a.)

Ouvrage à l’aiguille;
viens, dit-elle à la pelote.
La chatte se lève

Je ne suis plus seul,
je m’assieds
face au pin

les pigeons s’envolent
faisant voler la poussière
au terrain de jeu

Le soir est tombé;
la femme habillée de noir
fouille dans les cendres

(p.126)

L’An Neuf dans deux jours;
sous le petit pont, un homme
urine au cloaque

Va-t-il l’embrasser ?
l’homme au cou de la passante
arrache la chaîne

Au creux de la main
un oeuf fraîchement pondu
encore tout tiède

(: p.127)

Le trente décembre
le moineau perdu de vue
rentre à la cuisine

(: p.128)

°

S. Bellen, samedi 30 décembre (2006)

Haïku du haïbun « Une quête à Noël » – Salim Bellen

20 mars 2011

°

Messe de minuit ;
à la quête le mendiant
dépose une pièce

°

Salim Bellen, samedi 30 décembre (2006), in Le singe renifle en décembre, p. 124.

haïku du haïbun « Ah, ma puce ! » – Salim Bellen –

9 mars 2011

°

« Ma puce, mon pou ! »
certes les nouveaux époux
n’ont pas lu Issa

°
S.Bellen, jeudi 28 décembre 2006, in Le singe renifle en décembre, p.117

haïku + tanka, du haïbun « La négresse au bain » – S. Bellen

1 mars 2011

°

Au bain la négresse
donne un cours d’humanité
à l’enfant des blancs

Au bain la négresse
donne un cours d’humanité
avec le savon;
se frottant elle reste noire
et l’enfant blanc reste blanc

(mercredi 27 décembre (2006))

Au bain la négresse
savonne l’enfant des blancs,
l’enfant la savonne;
tout à coup l’enfant comprend :
la négresse reste noire !

(28 décembre)

: Salim Bellen, in Le Singe renifle en décembre, p. 114/115.

Haïku du haïbun « Un couple de vieilles » – S. Bellen, déc 2006.

8 février 2011

°

Un couple de vieux ;
la dame et puis la servante
vont par le chemin

°

S. Bellen, p.111 de Le Signe renifle en décembre, 27 déc. 2006.