Posts Tagged ‘le moi’

Le poète s’efface — : démarche-haïku – Py

16 octobre 2015

°

Il est bien plus facile d’étaler le soi (le moi) que de dire le monde, l’objectiver, s’effacer devant (ou derrière) lui.
S’effacer est bien plus exigeant. C’est une démarche bien plus que poétique uniquement, mais éthique, « po-éthique ». C’est une conception de la vie, une « Weltanschauung ». Cela engage la totalité de l’être et de l’agir, du dire, du faire, du paraître (ou du ne pas paraître, justement).
Et parce que cela demande une exigence bien plus grande, plus forte, c’en est d’autant plus intéressant *, exaltant.
Que le poète laisse la place à l’encre, au souffle !
Que le poète transparaisse, s’efface !

d.(31/7/10)

* d’autant plus que de parler de soi n’intéresse – dans les meilleurs des cas – que modérément l’autre ! (?)

Publicités

(haïku de gueule / 2 quarto)

22 mars 2010

°

Bien aimé ce portrait de Jean Daniel (« le vieux phare de l’Observateur« ) par J-M. Bourget, page 13 de Bakchich hebdo (n° 16) :

 » en artiste du violon sur le moi  » …

°

d.(22/3/10)

Le sentiment de l’importance de soi / L’anti-haïku

6 mars 2010

Me fait indéniablement penser à la tendance au « haïku » nombriliste de l’ AFH actuelle (2007-201?…)
par ex. :

 » tic tac mon coeur bat  »
J.A. (extr. d’un « haïku »),

 » Le haïku moi-je  »
C.B. (thème pour un concours),

 » Le MOI  »
I.A. (thème pour la revue Casse-pieds)

, cette citation de Matthieu Ricard, dans Plaidoyer pour le bonheur, Pocket n° 12276, p.276/7 :

 » « Rester en contact avec vos sensations ! » prônent les colporteurs du sentiment de l’importance de soi dans notre société. Nos jeunes ont absorbé ce message et ils y croient, de sorte que l’on a produit une génération de narcissiques dont la principale préoccupation, et ce n’est pas surprenant, est de savoir comment ils se sentent ». (M. Seligman, Authentic Happiness). Or passer son temps à prêter attention aux moindres réactions de notre moi, être aux petits soins avec lui et n’avoir de cesse que d’exaucer ses moindres désirs, voilà la recette assurée du mécontentement.  »

… et de l’anti-haïku !…

d.(5/3/10)