Posts Tagged ‘Kyokusui’

24 HAIKU d’hiver – CHAMPS et MONTAGNES – Blyth – p.1219-1230

13 juin 2011

°
(p.1219 :)

un oiseau s’envole
le cheval bâté prend peur –
la lande desséchée !

Shiki

des poules picorent
au loin
sur la lande desséchée

Kanrô

sur le chemin de retour
le soir est tombé
sur cette lande désolée

Mokudô

°
(p.1221 :)

la queue du cheval
prise dans les ronces
sur la lande desséchée

Buson

°
(p.1222 :)

portant un fardeau
ses deux mains dans ses manches
sur la lande désolée

Raizan

la voix criant sur le cheval
fait partie de la tempête
sur la lande desséchée

Kyokusui

le quittant,
il franchit la montagne :
lande désolée !

Buson

°
(p.1223 :)

une lanterne
entra dans une maison
sur la lande désolée

Shiki

°
(p.1224 :)

un oiseau solitaire
pour compagnon
sur la lande désolée

Senna

un grand arbre
s’élève jusqu’aux nuages
sur cette lande désolée

Shiki

il ne reste
que le portail de l’abbaye
sur la lande d’hiver

Shiki

°
(p.1225 :)

ici et là au loin,
des champs de légumes
sur la lande désolée

Shiki

un garçon du village
mène un chien
sur la lande désolée

Shiki

°
(p.1226 :)

l’écureuil volant
écrase le petit oiseau
sur la lande désolée

Buson

Son Eminence l’Abbé
chie
sur la lande désolée

Buson

°
(p.1227 :)

le voyageur qui marche
sur la lande desséchée
mange une orange

Shiki

pins et cryptomères ;
un sanctuaire à Fudô
sur la lande désolée

Shiki

°
(p.1228 :)

malade en voyage,
mes rêves errent
sur la lande désolée

Bashô

°
(p.1229 :)

sous lune et fleurs :
quarante-neuf ans
d’errance stérile

Issa

voyageant de par le monde –
deci delà, deci delà,
hersant le petit champ

Bashô

un chat errant
défèque
dans le jardin d’hiver

Shiki

le corps d’un chien
jeté dans la rivière
cet hiver

Shiki

°
(p.1230 :)

canards becquetant
feuilles et tiges de verdure
sur la rivière hivernale

Shiki

rivière hivernale ;
pas assez d’eau
pour quatre ou cinq canards

Shiki

°
(p.1231 : à suivre)

Publicités

26 HAIKU d’hiver – Blyth – p.1133-1145

9 juin 2011

°
(p.1135 :)
LA SAISON

début de l’hiver ;
à deux ans
je lui montre comment
tenir les baguettes

Gyôdai

je suppose
d’après l’ombre du poteau de l’étendoir à linge
que c’est l’hiver profond

Shiki

°
(p.1136)

matin froid ;
l’ombre du panier à thé
sur la clôture

Issa

aiguilles de pin tombées
dans un temple zen ;
le mois sans dieux

Bonchô

il faisait si froid,
j’ai laissé le balai de bambou
sous le pin

Taigi

°
(p.1137)

le propriétaire précédent :
je sais très bien
comme le froid le pénétrait

Issa

« les latrines sont ici »
dit le cheval ;
froid nocturne

Issa

°
(p.1138 :)

Période de Grand Froid :
si seulement c’était le huitième mois !
la lune dans le pin

Issa

nuit d’hiver ;
sans aucune raison
j’écoute mon voisin

Kikaku

°
(p.1139 :)

un couteau de cuisine à fine lame
tomba au bord du puits –
le froid !

Buson

le son de la scie
est si pauvre
ce minuit d’hiver

Buson

les poireaux
juste lavés blancs –
quel froid !

Bashô

°
(p.1140 :)

un poireau
flotte sur la rivière Ekisui –
ah, quel froid !

Buson

les blanches fleurs de prunier ;
le Kôrokan *
sent l’encre de Chine

Buson

* : Bureau Chinois, où l’on recevait les hôtes étrangers, les ambassadeurs, etc.

°
(p.1141)

le bruit
d’un rat sur une assiette –
quel froid !

Buson

un rat
tomba dans une cruche à eau :
quelle nuit froide !

Taigi

désolation hivernale ;
passant par un petit hameau,
un chien aboie

Shiki

°
(p.1142 :)

le son d’une cascade
tombant dans l’océan –
nuit froide d’hiver

Kyokusui

moins de dix ans,
l’enfant offert au temple ;
froid glacial !

Shiki

à la lumière de la chambre voisine,
assis à ma petite table à manger ;
ah, le froid !

Issa

°
(p.1143 :)

l’enfant morveux
n’a pas été « vendu » ;
quel froid !

Shiki

nuit ;
mordant le pinceau gelé
avec une dent qui me reste

Buson

°
(p.1144 :)

dans le ciel froid de l’aube
un seul pin
sur le pic

Gyôdai

°
(p.1145 :)

levant la tête
je regarde ma forme couchée ;
froid glacial

Raizan

il fait plutôt froid
nul insecte n’approche
de la lampe

Shiki

l’air est glacé ;
je presse l’enfant contre moi,
elle est si mignonne !

Shiki

°
(p.1146 : à suivre…)