Posts Tagged ‘Janick Belleau’

À propos du tanka – 1)

31 mars 2013

°

 » Votre expression doit venir de votre coeur. On doit sentir votre originalité et votre sincérité dans vos oeuvres. » *
 » Cette sincérité, cette vérité des faits est aussi importante que la simplicité ou la concision. » ** « Elle est essentielle au tanka puisque ce poème doit savoir émouvoir la personne qui le lit. » ***

* Hisayoshi Nagashima 21.
** Dominique Chipot.
*** Janick Belleau.

: p.188 de Le livre du tanka francophone de Dominique Chipot, éd. du Tanka francophone, 2011.

°

Et encore :

« Le tanka est le reflet du coeur. Donc il faut être sincère avec soi-même et n’employer que des phrases ou expressions personnelles. »****

**** Jehanne Grandjean 40 citant Hisayoshi Nagashima.

« Pour réussir un bon Tanka, il faut : l’enthousiasme, l’amour du travail, la persévérance et une sincérité parfaite. » ****

**** Jehanne Grandjean 32.

: p. 190, op. cit.

°

Compte-rendu du kukaï de Puteaux du 17/3/12

18 mars 2012

Bonjour !

En présence de neuf personnes (dont huit participants), à la médiathèque de Puteaux, lors de la journée de l’AFAH, 20 haïkus (de 10 haïkistes) ont été échangés.

°

Haiku perdu –
confier à la libellule
mon désarroi

de Lydia Padellec,

a obtenu 4 voix.

°

Chez le libraire
en petits caractères
notre histoire

de Françoise Lonquety,

et :

Sortant de chez lui
une feuille
lui prend la main

de Daniel Py,

ont obtenu 3 voix.

°

Avec 2 voix :

À côté de l’hirondelle
morte sur le trottoir
l’enfant dépose une fleur

: Daniel Py

Arbres en fleurs –
faire les mèches
dans mes cheveux

: Dany Georgelin

Haïku :
Observer notre monde
autrement

: Lydia Padellec

et :

Penchant la tête
regarder son âme
autrement

: Françoise Lonquety

°

Haïkus remarqués par ailleurs :

au fil de l’eau
les songes
d’un jour d’hiver

de Valérie Rivoallon,

Femme dans le métro
sur ses hauts talons tangue
l’i-pod sur le cœur

: Martine Gonfalone,

la voir dans son île
pêchant à la fraîche
sous l’œil d’un héron

de Janick Belleau,



Paris 3è
au temple céleste
le colonel

de Janick Belleau,

premier rayon
la vie
autrement

de Valérie Rivoallon,

et :

première jonquille
la corolle vers le sud
attend le soleil

d’Alain Legoin.

°

Merci à tou(te)s !,
et au 7 avril au bistrot d’Eustache, à 16h30, pour notre
66 ème kukaï de Paris !

°

NB : les mots soulignés font partie des dix mots de la francophonie 2012, à savoir : « âme », « autrement », « caractère », « chez », « confier », « histoire », « naturel », « penchant », « songe », et « transport(s) », proposés pour la tenue de ce kukaï.

D.P.

Compte-rendu du kukaï de Paris (n° 63)

19 février 2012

°
Compte-rendu du kukaï de Paris (63) du 18 février 2012 :

En présence de quatorze participant(e)s, 44 haïkus ont été échangés, dont 24 ont obtenu une voix ou plus.

Avec 5 voix :

la première mèche blanche
d’une amie d’enfance –
Miroir

: Gwenaëlle Laot.

4 voix :

En ouvrant ce carton
je respire
la maison de mes parents

: Oriane Obendorfer ;

et :

Nouvel hiver –
toutes ces fleurs sauvages
qu’il n’a pas cueillies.

: Françoise Lonquety.

3 voix :

Au décollage
les chaussettes de contention
résistent

: Gilbert Stern ;

Matin silencieux
même les oiseaux écoutent
les flocons

: Patrick Fetu ;

et :

un à un
les flocons effacent
les habitudes

: Antoine Gossart.

2 voix :

Sa goutte au nez
Attend un mouchoir
– Trop tard !

: Oriane Obendorfer ;

et :

tout étonné
de ployer sous la neige
l’amandier en fleurs

: Michel Duflo.

Parmi les haïkus ayant récolté une voix :

Champs de neige –
les vaches
au régime

de Gwenaëlle Laot.

°

Dorothy Howard nous a ensuite parlé de l’anthologie canadienne HAIKU, D. HOWARD & A. DUHAIME, Éd. Asticou 1985, de « l’historique du haïku en anglais en Amérique du Nord » par Elisabeth Searle Lamb, et de « l’historique du haïku en français : la France et le Québec » par Bernadette Guilmette, qui y figurent, et nous en a lu quelques haiku, après avoir évoqué la vie et les tribulations des Japonais au Canada pendant et après la 2è guerre mondiale.

Elle nous avertit également que sa revue « Casse-pieds » publiera ses deux derniers numéros (14 et 15) et qu’on peut lui envoyer (ou à Jean-Michel Guillaumond, Directeur en France de la revue,) des textes courts (brefs ou haïkus) pour ces dernières échéances. (En urgence pour le n° 14).

Notre prochain kukaï (n° 64) aura lieu samedi10 mars, bistrot d’Eustache (75001) à 16h30.

La semaine suivante, samedi 17 mars, le kukaï de Paris est invité par l’AFAH à participer, au Palais de la Médiathèque de Puteaux (122 rue de la République (92800) au kukaï et à l’atelier d’écriture autour des « 10 mots (2012) de la langue française » de 17h45 à 19 h, après une conférence sur la poésie brève japonaise (à l’auditorium) par Janick Belleau, Daniele Duteil et Meriem Fresson ? L’AFAH tient ce même jour, de 10h à 13h son assemblée générale (à l’auditorium). Parallèlement à ces événements se tiendront deux expositions (dans le hall) : « Histoire des haïku, haïga et haïsha » (par l’AFH) et « Haïsha bada ba da… » (par Patrick Fetu).

À bientôt, donc !

Amicalement en haïku,
Daniel

°

‘Shape Shifting’ Anthologie 2010 des Membres de Haiku Canada – 1/2

2 novembre 2011

Judith Avinger :

the snow so white / your words / so cold

la neige si blanche / tes mots / si froids

Janick Belleau :

profusely sweating / in the sauna / the ceiling

suant à grosses gouttes / dans le sauna / le plafond



Patricia Benedict :

winter moon / the old deaf dog / shares my silence

lune d’hiver / le vieux chien sourd / partage mon silence

Peter Brady :

somewhere / behind the old barn / end of the rainbow

quelque part / derrière la vieille grange / la fin de l’arc-en-ciel

Allan Brown :

a new raccoon / on my morning walk – / we watch one another

un nouveau raton laveur / lors de ma promenade matinale – / nous nous dévisageons

Marlene Buitelaar :

walking the old dog / a blend / of rythms

promenant le vieux chien / un mélange / de rythmes

Pamela Cooper :

afternoon tea – / I drink the last / of the setting sun

thé de l’après-midi – / je bois la dernière gorgée / de soleil couchant

Carole Daoust :

in the shower / washing each other’s back / in between kisses

sous la douche / nous lavant (mutuellement) le dos / entre nos baisers

Sonja Dunn :

camel eyelashes / flutter / I wa(..) my fan

les cils du chameau / papillonnent / j’active mon éventail

Chris Faiers :

clear night : / satellite – firefly / satellite

nuit claire : / satellite – luciole / satellite

Ignatius Fay :

mid-January – / avoiding eye-contact / with his gay brother

mi-janvier – / évitant de regarder / son frère homo

Irene Furness :

composing haiku / in French / my soup burns

composant (un/des) haïku / en français / ma soupe brûle

LeRoy Gorman :

after the concert / the rattle and hum / of wind in litter

après le concert / le râclement et le murmure / du vent dans les ordures

John Hamley :

slap ! / under the same sun, me / and one less deer-fly

paf ! / sous le même soleil, moi / et une mouche en moins

Ann Harreby :

red wine / spilling from his glass / harbour lights

vin rouge / gouttant de son verre / les lumières du port

Penny Harter :

our hair so bright / in this spring sun – what else / have I forgotten

nos cheveux si clairs / ce matin de printemps – qu’ai-je / oublié d’autre ?

Lois Harvey :

no one honks as / Canada geese cross / in sigle file

personne ne klaxonne / tandis que des oies du Canada traversent / l’une derrière l’autre

Arch Haslett :

dead now two weeks / and still I try to save / his paw print in the mud

mort depuis deux semaines / et j’essaie toujours de conserver / l’empreinte de sa patte dans la boue

Hans Jongman :

moss grown / the weathervane / pointless

la mousse poussée, / la girouette / inutile

Jean Jorgensen :

her first pregnancy / melt-water falls down the mountain / into sweeling creeks

sa première grossesse / de l’eau fondante tombe de la montagne / et grossit en cours d’eau

Howard Lee Kilby :

Oaklawn Jockey Club / scent of apple blossom / in the home stretch

Jockey Club d’Oaklawn / odeur de fleurs de pommier / dans la dernière ligne droite



Carole Mac Rury :

intermission / a tiny fly slips / between b and b flat

entr’acte / une petite mouche se glisse / entre si et si bémol

Terra Martin :

large snow flakes – / she bends / to kiss her newborn

gros flocons – / elle se penche / pour embrasser son nouveau-né

Michael Mc Clintock :

blowing fog / the great nose of the bull / in the pasture

soufflant du brouillard / les grands naseaux du taureau / dans le pâturage

Nancy Prasad :

sub way way way way
all the way home

mé tro tro tro tro
jusqu’à la maison

Lucille Raizeda :

a small sadness / I give away / my wedding shoes

petite tristesse / je donne / mes chaussures de mariée

Sheila M Ross :

full moon / blue tress on snow / and my shadow

pleine lune / arbres bleus sur la neige / et mon ombre

Natalya L. Rudichev :

a stone sinks / the circles / merge and blend

une pierre sombre / les cercles / se rencontrent et fusionnent

Sylvia Santiago :

grey mist / the shape of wolves / among river rocks

brouillard gris / la forme de loups / dans les rochers de la rivière

Grant D. Savage :

window reflections / one by one summer clouds / leave the building

fenêtres réfléchissantes / l’un après l’autre les nuages de l’été / quittent l’immeuble /(tr. dpy)

reflets sur les vitres / un par un les nuages d’été / quittent l’immeuble /(tr. Maxianne Berger)

Rich Schnell :

photographing, then / not photographing / purple orchids

photographiant, puis / ne photographiant plus / les orchidées mauves

Jessica Tremblay :

autant d’étoiles / que d’heures / avant ma retraite

so many stars… / so many hours / before retirement

((tant d’étoiles… / tant d’heures / avant la retraite /(tr. dpy))

Inga Uhlemann :

swaying / with the spray of a sprinkler / a hummingbird

oscillant / avec le jet d’eau / un colibri

Naomi Wakan :

heartbeats quicken / glancing across the yard / the quinces first blossoms

battements accélérés du coeur / regardant dans la cour / les premières fleurs de coings

Michael Dylan Welch :

mindful / of nothing / neon Buddha

ne pensant / à rien / un Bouddha de néon

Angela Wiseman :

windchimes in the night / faded sound of an alarm / a leaf skitters by

clochettes à vent dans la nuit / le son étouffé d’une alarme / une feuille passe frôlant le sol

Sherry Zhou :

summer morning – / I wander out / of my dream

matin d’été – / je sors en me promenant / de mon rêve

°°°