Posts Tagged ‘Ed. Tuttle’

Haïkus d’avant la mort – de HAKURO à HOYU –

25 décembre 2011

°
HAKURO
(mort le 19è jour du 12è mois de 1766)

un colvert souffrant
tombe à travers la nuit froide
et part en chancelant

NB : à l’automne 1690, Bashô résida dans la ville de Katata, sur le lac Biwa. Là, il tomba malade et écrivit :

un colvert souffrant
tombe à travers la nuit froide –
mon assoupissement en voyage

A l’évidence, Hakuro pensait à Bashô en écrivant son poème de mort.

°

HAKUSEN
(mort le 23è jour du 8è mois de 1820, à 65 ans)

Ô, belle-de-jour,
soixante et cinq ans –
moi aussi disparais

°
HAKUSETSU
(mort le 7è jour du 6è mois de 1735, à 75 ans)

en paix,
au-dessus de ma maladie
l’été se consume

°
HAKUTO
(mort en 1727)

Fleurs de deutzies :
moi, qui réprimandais les paresseux,
je dors tard le matin

°
HANRI
(mort le 12è jour du 5è mois de 1835, à 71 ans)

Ma vie :
échos d’une langue qui claque
au-dessus des eaux pures

NB : shitauchi (claquement de la langue) se réfère au son qu’une personne fait avec sa langue pour signifier les regrets de ses échecs passés et sa résignation devant l’inévitable.

°
HOGYOKU
(mort le 11è jour du 5è mois de 1869, à 35 ans)

Sons vifs
d’un écho de coupe
Herbes du Nouvel An

NB : Hogyoku (Hijikata Saizo) fut un officier de l’armée du shogun, défaite par les forces impériales pendant la restauration Meiji. Il se retira avec son armée dans l’île d’Hokkaido, dans le nord. Là, monté sur un cheval, sabre au clair, il fit une sortie à la tête de ses hommes pour une bataille perdue au-devant des forces de l’empereur. Il fut blessé par une balle ennemie et tomba de cheval. Deux de ses amis le portèrent dans un abri au mileu de pins, où il mourut. Quand ils retirèrent son uniforme, ses compagnons trouvèrent, contre son dos, le rouleau ensanglanté sur lequel il avait écrit son poème de mort.

°
HOKUSO
(mort le 6è jour du 6è mois de 1790)

Ô, esprit sacré,
laissez-nous nous mettre en route
vers les cieux de l’Ouest

°
HOROKU
(mort le 11 avril 1878)

temple de montagne :
aussi loin que l’oreiller où je suis étendu
le saule répand ses fleurs

°
HOU
(mort le 1er jour du 1er mois de 1811, à 86 ans)

hibernation :
avant longtemps je deviendrai
saumon séché

°
HOYU
(mort à la fin du XVIIè siècle)

Gloire aux cieux :
seul dans l’aurore à la lune
un coucou chante

°

(à suivre : INSEKI)

Publicités

Haïku japonais d’avant la mort – GOKEI – GOSEN – GOSHI – GOSHU

27 novembre 2011

GOKEI
(mort le 27è jour du 8è mois de 1769, à 53 ans)

des champs mourant :
le dessous des herbes gelé
heure de ma mort

°
GOSEN
(mort à l’hiver de 1799)

le printemps va arriver
avant la fin de l’an
mais moi…

°
GOSHI
(mort le 13è jour du 9è mois de 1775, à 66 ans)

Rendant merci
à la vie, je me retourne et m’incline
vers l’Est.

NB : Pour remercier le vivant des grâces reçues durant sa vie, le poète mourant se tourne vers l’Est avant de cheminer vers l’Ouest, direction du Paradis.

°
GOSHU
(mort le 28è jour du 6è mois de 1788, à 66 ans)

dégoûté du monde, je me retire sous la moustiquaire

°

(à suivre : H-)