Posts Tagged ‘écrire’

Toi, 24 juillet

24 juillet 2009

°

trois heures *
pour nettoyer l’apparte
avant que tu viennes
dîner

* une par pièce, à peu près…

°

tu es
au centre lumineux de moi-même
qui s’élargit en te pensant…

°

Je lui glisse en un souffle
que je l’aime beaucoup
dans le souffle qui suit
elle dit moi aussi
Et nous en restons là

°

je ressasse
(oeuf)
ce qui fait toi
ce qui fait nous,

insatiable,

j’ai soif de nous,
sans cesse…

°

pour toi j’écrirai

(tu m’es moteur émouvant…)

°

tu sois la fleur,
je sois l’eau !

°

mes mots te ressemblent

°

les amandes
offertes par toi
deviennent-elles
des aimandes ?

°

rester sous le charme
longtemps

te laisser mourir
doucement
en moi

°

même si je ne te touche pas
tu es là
devant mes yeux,
régal(e)…

°

ton thé, ta tarte
ce matin
au petit déjeuner
sans toi
mais avec
ton parapluie !

°

il va sans dire
que j’écris
pour toi des poèmes
– Voudras-tu en
lyre,
ô précieuse ?

°

les bleus du ciel
entre les mots du stylo
et toi,
échappée
dans ton monde


°

je bois le petit lait
de te lire

°

je m’ouvre à toi
(tu m’épanouis)
 » soleil à ton cou  »

°

je (ne) passe ma journée
(qu’) à te dire —
ta traîne
si longue…

°

tous ces fruits dans ma cuisine
et toi qui n’es plus là

°

d.(24/7/09)

Art poétique ?

22 juillet 2009

°

Pour une poésie
essentielle

Arriver au bout de l’infini
touche par touche
jour après jour après jour
Le chemin s’invente en marchant

Non
embouteiller le monde
Mais
Écrire pour le simplifier
, pour y voir plus clair

 » L’illumination se trouve sous les pieds de celui qui avance. »
: proverbe chinois.

°

d.(4/83 – 12/93)

Écrire (extraits)

19 juillet 2009

°

Je ne vis pas, j’écris.

°

J’écris. Je me demande bien pourquoi maintenant

j’écris tant

au lieu de vivre

(: par incapacité à vivre ?)

le leurre de l’encre

au beurre des lampes

nocturnes

tous ces déchets  toutes ces cendres  ces coquilles…

°

La poésie / c’est une lampe / où retenir la nuit

°

Creuser le sillon des mots / sous la neige imminente / du confus

°

J’écris / à contre-cri / à pèse-silence

°

insondable / je parle / et je détruis ma bouche

°

Du pays de nul mot / dont il faut témoigner, / les rives.

°

la poésie,

c’est l’écume

entre vagues

et sable

°

Contemple le visible,

tu pressens l’invisible

°

Que le jeu de mots touche à l’âme

°

Je n’écris pas pour écrire,

Je n’écris pas pour attendre

que l’encre dépose ses mouches de temps,

mais pour toucher,

joindre le sang

°

La poésie

est une petite fille

qui fait pipi

au bord de l’autoroute

°

d.