Posts Tagged ‘août 10 Py’

Haïkus, etc. de Py – août 2010 (1/3)

7 septembre 2010

Haïkus, etc de Py, août 2010

°

(Kyôbun au craquement :)

craquement
aussitôt
le ciel déferle

(Dire l’instant

avec le moins de mots possibles
le plus immédiatement possible)

2//8

°

la grande victoire d’août :
si peu de monde
dans la grande ville !

°

coups de boules
en Marcel –
torpeur d’août

°

pigeon –
ronds de pluie

2/8 (Place Ambroise Courtois, 69008)

°

éclatant
du couchant :
le bâtiment
sur fond gris

°

Publicité Évian :
« Vivons jeunes »

– Mourons vieux !

2/8 (Hôpital cardiologique Louis Pradel, Lyon)

°

Hector Boyau

°

un corbeau
traverse
un coin
du matin

°

Je voudrais être celui
qui a dit à de Nagy Bocsa :
« Ne me touche pas,
tu me salis ! »

°

un aventuroeil

un avencurieux

°

Hospital
Hours
Hovering
Helicopter

heures à
l’hôpital –
hélicoptère(s)

3/8 (Hôpital L. Pradel, Lyon)

°

(monostiche d’hiver :)

… étendait son manteau

°

Aren’t we all made of words ?
Ne sommes-nous pas tous faits de mots ?

°

un imper vert
pour pervers

°

dans le verre le rouge
– hors du verre le rose
couchant

°

l’aile d’un oiseau
file
un verre

3/8

°

déjà
quelques cris
mordent l’aube

3/4-8

°

(monoku :)

autour

°

Dire le moi n’est que le premier degré de l’écriture.

°

toujours être
à la pointe du chant
à la pointe de l’aile

°

un corbeau
trace son cordeau
(de chant)

°

(kyôbun aux mots :)

les mots qui au mieux
correspondent au réel

les mots qui ne trichent pas

(tout est éthique
en cette poétique,
en chaque acte,
chaque haïku…)

°

réduire réduire

éduire

°

anna dit (le 5? août) :
« Le haïku, c’est un tableau »
daniel écrit (le 4 août) :
« le haïku / c’est un tableau / qu’on contemple »

°

rumble grumble
l’on ramasse la nuit

les ordures
tapent sur les fesses
du jour

une tondeuse
déjà
tond
les oreilles

piaillements
parsemant l’août
(naissant)

4/8, Lyon.

°

(anna dit :)

« J’adore l’aventure quand y a rien »

4/8, Montpellier.

°

engueulade
par la fenêtre :
nuit montpelliéraine

coups sourds
en boucle(s) :
apparte en ville

5/8

°

paupière dorée
de la grenouille verte
– lentilles d’eau

°

Les grenouilles
brassent les lentilles –
mare du soir

grenouille
au ras des lentilles

(Bashô, sors de ton trou !)

face à face
avec les
grenouilles

les yeux
dans les yeux
des grenouilles



(grenouille :)

entraînement à la vitesse
vers le rebord du bassin

tournoyante volte-face
contre la pierre du rebord

(17-18 heures, Jardin des Plantes, 6/8)

bras et voix d’enfants
tendues au-dessus de l’eau

au Jardin des plantes
dans le portable
un chant de mésange

_

en équilibre au bord du bassin
avec son appareil-photo

une jeune pouffe
au-dessus
d’une tortue

juste s’arrêter un instant
bâiller aux grenouilles

du rideau d’arbres
tant d’espèces

le cassier
capte tout le jaune

deux conversations
au portable
et un croa


: (in : « De cinq à six », renga avec anna au Jardin des Plantes de Montpellier, 6/8)

°

la minette
de sa poussette
semble pousser
maman dans l’eau
qui prend des photos
du bord du bassin

6/8

°

poisson ciné :
courbe noire

le film finit
en arête de poisson

°

(pour anna :)

Nous sommes le cyclomoteur-haïku.
Nul(le) ne résiste à nos pétarades.

(Nous leur faisons la haïku-nique ;
Nous sommes des haïku/nicants )

°°

le
vase
la

saslave

salve
avale
salive

Salve Regina

: La reine salive ?

vase : couche bousue

°°

une robe,
un costume,
de soi-rire !

°

Renga (à deux) :

la même corde
du haïkoeur
pincée

°

les voyageurs
bras en l’air :
la clim du bus

7/8

°

grenouille qui saute :
un point d’exclamation
horizontal

°

des étoiles de soleil
sur le dos de la main

°

(Kyôbun au haïku léger :)

Tu marches, voyages, randonnes,
tu transportes léger
Tu avances en haïku,
tu (l’) allèges

= le haïku léger.

Certains
(encore novices ?)
ont le haïku lourd.

7/8/10

s’alléger
des mots qui gênent. *

* qui brillent,…

°

Plus tu dois capter vite,
moins il te faut de mots

sinon : tu l’as perdue,
ta vision fugace !

Plus le vol est rapide,
moins il comporte de mots

Plus tu iras vite,
moins tu auras de temps
pour dire
(capter)

°

Quelle énergie
a votre haïku ?

°

Créer un Association
pour la défonce du haïku ?

°

Moins construire le haïku
que le déconstruire,
que l’épouiller, …

°

(Rêve) :

A good haiku leaves no trace

Un bon haïku ne laisse pas de trace(s)…

(- le moins de trace(s) possible(s)…)

°

burobjet

°

vos /
pentes chaudes
de l’après-midi d’août

(7/8/10)

°

première mouche
millavoise
au cyber-café

°

le poète en rade
poétarade… ?

°

du jambon de Marseille
du savon de Bayonne

°

haïku,
danse fragile
d’une luciole noire

trace d’une allumette
sur un grattoir

trace de freinage d’un pneu
sur l’autoroute

souvenir lumineux
d’une étoile consumée

trace luisante
d’un escargot
sur une feuille de salade

une estafilade

le copeau
d’un menuisier

une cicatrice

l’écorchure d’une ronce
sur un mollet

un seul trait de pinceau

un seul mouvement

un seul élan,

un haïku.

le tanka,
c’est une trace
appuyée

(le haïku,
une trace
(plus) légère)

_

bon, on se dépêche de ramasser les miettes,
et on observe …

le cri d’un corbeau

le son d’une trompe marine
d’une corne de brume

le haïku : le plus rapide possible,
le plus direct possible

une traînée noire…

l’impact d’un fruit tombé d’un bec

une trace de merde
dans une cuvette de chiottes

ou sur un drap

Un haïku c’est
laisser tomber des épisodes inutiles
c’est dégraisser
c’est résumer

c’est « conciseler » ?

je n’ai pas mal aux cris

c’est la ride creusée par le vent

c’est la frange de la lune sur une vague

l’os retrouvé d’un squelette dans le désert

une veinule à travers un galet

un clou dans une épaule ?

une feuille de platane
qui tombe dans ma main

la première fleur d’hibiscus
sectionnée par l’orage

l’araignée croquée par le chien

la cicatrice presque disparue
sur une joue pâle

un rail de coke

un alcool englouti

un dring … dring

d’un mouvement
(ou de deux)
: le haïku

construire le moins possible

dans les toilettes
la lampe
papillonne

le néon
qui rend l’âme ?

la crotte qui s’allonge
du nez au doigt ?

un roulement qui passe

les singes d’un côté
les singes de l’autre

(- la vallée)

construire
ne pas oublier de
déconstruire…

8/8

°

dans la nuit
les veilleuses
des appareils électroniques

°

(tombale ?)

Né en 1948
Néant 20.. ?

°

entre écran
et carnet

la nuit discrète

°

un aller-retour ronflé

une nuit qui traîne
jusqu’à très tôt

une couleur qui change
si
peu

un deuxième oreiller
pour que le sommeil vienne ?

( : vers 5 h. du matin.)

de temps à autre
son ronflement
ouvre une autre porte…

en vain
l’ascenseur de l’oreiller :
sommeil absent

remplacer nuit blanche
par mots noirs

remplir nuit blanche
de mots noirs

°

les abeilles du réel

°

les mouches silencieuses des mots
sans ailes…

noircir, noircir
pour contrer la nuit blanche ?

notes de nuit,
ô combien silencieuses !

un éternuement
en bas
dans le noir
: le départ du jour

°

(rêve :)

je sens qu’un jour
tu vas avoir une situation
avec plusieurs nuages…

°

le loup se gare où ?

°

L’appel du pied de nez !

°

une mouche
patine
autour du bol

°

les mots remplissent
les nuits blanches

puis s’éteignent à l’aube

°

le jour subreptice

le jour se glisse
par les interstices

°

hommêtes

°

Un premier livre de haïkus :
chacun devrait savoir
que ce n’est qu’un coup d’essai
rarement transformé !

°

un bruit traverse un mur

un bruit longe un mur

un bruit dans un mur
rapide
et puis c’est fini
c’est ce que dit Bashô :
ce présent si vif !

saisir
(et lâcher)
aussi vite !

°

des ptites poules
en pulls
pouffent…

°

une nuit sans dormir
à vomir
des mots…

°

une tourterelle
taille son crayon :
tou – tou – tou
tou – tou – tou
tou – toouu – tou

°

le haïku c’est le contraire de la poésie
fantaisie flou fantasmé :
le haïku :
juste, exact, précis

°

nuit blanche
noire de mots

(noir(e)(s) de monde)

°

la chasse à l’homme,
la chasse aux Roms…

Vel’ d’hiver,
vel’ d’été …

°

Avec le haïku,
ce si court poème,
on n’en a jamais fini

°

Ne pas péter
plus haut que ses mots…

°

(tous) les ronds-de-cuir du haïku :
dans leurs canapés en
SK-
AÏKU-
IR !?

°

Par qui sont entendus
les appels au secours des poissons ?

°

le haïku est-il souvent
en surcharge pondérale ?

°

Dehors
Sarko !

Français de non-souche !

°

haïku,
le lac des signes ?

°

un chant
beaucoup plus alouettain…

°

l’éveil végétal…

°

longueurs
et largeurs
d’ondes…

°

où que tu sois
le jour perce

°

haïkiste :
je fais le more ? *

* le plus par le moins !

°

la preuve par l’œuf

°

9 000 000 d’€ =
le prix d’une combinaison spatiale ISS

178 000 000 d’€ =
les dépenses militaires mondiales
en une révolution ISS *

* toutes les heure et demie
9696 personnes meurent
dans le monde

8/8

°

descendus (les) quelques degrés
de (la) nuit,
remonter la couverture

9/8

°

solide comme un soc

°

Aller à l’essentiel
Ne pas se perdre dans les détails
Il y a urgence (absolue)

ne pas perdre de temps
ne pas perdre son temps
à tourner autour des pots,

viser juste,
toujours au centre,

bull’s eye
bull’s high

porter
un seul coup
mais
fatal

9/8/10

°

d. (à suivre…)

Publicités