Posts Tagged ‘a haiku primer’

AWARE – Un premier livre de haiku – de Betty Drevniok, Portal Publ., 1980 – traduction Py –

25 avril 2011

°
(p.2 :)

LE VOYAGE HAÏKU

nature – conscience – nature humaine

« Le Voyage Haïku » est un voyage partout – et un voyage nulle part à la fois…
C’est l’éternité et c’est maintenant…
C’est :
la brume parfumée de pétunias, la pluie du petit matin, un champignon, l’ombre de nuages…
Quand les astronautes allèrent sur la lune, ils prirent des photos de notre planète flottant dans l’espace.
Quelqu’un cita l’expression « le village global » pour décrire la terre.
Nous vivons tous ensemble dans le grand Village-Global, et nous sommes tous, au fond, les mêmes, indépendamment d’où nous vivons – avec les mêmes émotions, le même amour de la vie et de la nature…
(p.3)
Chaque matin le soleil se lève
Chaque soir le soleil se couche
La lune suit ses phases
Les étoiles de notre galaxie bougent à travers les cieux
Les saisons passent également à travers
la nouveauté du printemps
la plénitude de l’été
la douceur de l’automne
la dureté de l’hiver
Et nous sommes tous UN avec tout cela
Vous êtes tous UN avec tout cela
Où que vous soyez
Et comme vous êtes.
(p.4)
Pour commencer votre voyage-haïku, ouvrez simplement la porte, et sortez. Là, dans le ciel et sur la terre, se trouvent la totalité de notre existence, l’univers, le monde.
Restez là, debout, seul(e), et, s’il vous plaît, donnez-vous du temps pour être seul(e).
Du temps, pour permettre à l’univers de vous toucher,
du temps pour permettre au monde de vous toucher,
et du temps, pour vous permettre de devenir « conscient »…
« conscient » de la réalité, « conscient » de l’ici et du maintenant, conscient de l’instant, de l’instant-haïku.
Un vieux dicton nous enseigne :
Prenez le temps de respirer les fleurs en passant.
(p.5)
Il dit en fait :
Soyez conscient(e) des choses qui vous entourent,
laissez les choses vous atteindre et vous toucher, comme dans les mots japonais : « mono no aware », l' »émotion » des choses et l' »émotion » du monde, de la vie, « yo no aware ».
(p.6)
Le poète de haïkus suit la règle la plus ancienne de l’écriture !
Ecrivez sur ce quevous connaissez.
Ainsi en arrivons-nous à Bashô et à sa définition :
 » Le haïkaï est
ce qui se passe
en ce moment-ci
à cet endroit-ci. »

Appréciez ce fait qu’il n’est pas important que ce soit la nuit ou le jour, quel temps il puisse faire, ni même le lieu où vous êtes !
Dedans, dehors, en ville, à la campagne, les instants-haïku se produisent n’importe où, n’importe quand !
Vous vous tenez à l’orée de la grande aventure de votre vie : le voyage-haïku.

Ouvrez votre carnet, prenez votre crayon, et commencez à écrire !…

°
(suite, p.7-)