Extraits de la préface de Jean Esmein

pour Le Japon des quatre saisons, de Pierre-Emile Durand, éd. du Carabe, 1998.

(pp. 8-9 – Extraits) :

« L’âme est dans les cinq sens. »

« Oe Kanzaburo qui nous dit qu’au Japon une nature redoutable décide de ce que les gestes font. »

« La pénétration sans mots (…) » « L’histoire des faits plutôt que des idées. »

« Le don caché des Japonais, ce fut longtemps l’art d’accomplir juste au bon moment un acte parfait sans parler – cela l’est peut-être encore aujourd’hui. »

: Jean Esmein (, japonologue de renom. On lui doit, entre autres, avec N. Hérail, une importante Histoire du Japon.)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :