Extraits de la préface de Jean Esmein

pour Le Japon des quatre saisons, de Pierre-Emile Durand, éd. du Carabe, 1998.

(pp. 8-9 – Extraits) :

« L’âme est dans les cinq sens. »

« Oe Kanzaburo qui nous dit qu’au Japon une nature redoutable décide de ce que les gestes font. »

« La pénétration sans mots (…) » « L’histoire des faits plutôt que des idées. »

« Le don caché des Japonais, ce fut longtemps l’art d’accomplir juste au bon moment un acte parfait sans parler – cela l’est peut-être encore aujourd’hui. »

: Jean Esmein (, japonologue de renom. On lui doit, entre autres, avec N. Hérail, une importante Histoire du Japon.)

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :