Miyazawa Kenji (1896-1933) par Makoto Ueda

!n Modern Japanese Tanka, pp. 121-132. (Extraits) :

°

nuages épars

 

un scarabée mord les pistils

d’un lis

 

son dos reflétant

le ciel au-dessus de la vallée

la neige est tombée

faisant que les cyprès diaboliques

d’hier

se tiennent droits et majestueux

comme un bodhisattva

à l’aube

sur un col de montagne

dans le brouillard dérivant

presque imperceptible

l’odeur de tomates vertes

dans les rayons bleus

d’une lumière opiacée

tombant de l’espace vide

l’odeur d’un lis

ondulant

salutation argentée

échangée entre le ciel

et les montagnes

dans une ferme montagnarde

croissance luxuriante de millet

les plumes

détachées d’un oiseau

brillantes

comme insectes ailés

s’envolent dans le ciel bleu

RIVIERE EN ENFER (2 poèmes) :

corps morts dérivant

sur un cours d’eau phosphorescent

mêlés à

quelques vivants

nageant de leurs longs bras

sombres algues marines

dans les profondeurs de l’eau

chacune d’elles

étendant des bras difformes

vers la lune radieuse

°°°

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :