« Qu’est-ce qu’un haïku ? », par Catherine Mair (N.Z.)

, dans Round the Pond, éd. Muntenia, 1994, pp. 210-1. :

°

En 1988, je reçus mes premières notions concernant l’écriture et la structure du haïku. Je réalisai que cette forme trompeusement simple renfermait une philosophie et des perceptions qui pouvaient remplir l’étude d’une vie entière. Ici, en seulement 17 syllabes, il pourrait y avoir l’incarnation de l’art.

Ecrire des haïkus réussis est tentant, mais, à l’occasion, quand on y réussit, la gaieté de coeur est…

Je savais que dans ce médium se trouvait une forme d’expression qui pouvait me donner un débouché créatif dans les limites de ma vie de famille exigeante.

Lisant des haïkus de différents pays, je trouve plaisir à l’étendue infinie des sujets explorés et des limites testées. Aujourd’hui il est rassurant de travailler à l’intérieur d’un cadre de références plus souple. Cependant, comme avec tant de sagesses, les bases sont presque toujours valables , et je peux voir qu’afin d’écrire un morceau mémorable, on doit se rappeler l’essence du haïku… harmonie et contraste, immédiateté, unité avec l’univers, usage d’images concrètes pour transmettre l’universel, et rythme à l’intérieur des lignes.

Après m’être concentrée sur la poésie, par exemple, je trouve que j’ai besoin d’ouvrir les fenêtres et les portes de mon esprit de façon à ce que le processus intuitif puisse apparaître non encombré par les distractions de l’intellect. J’ai besoin d’éclaircir le chemin vers cet état de perception aiguisée.

Quelquefois quand mon esprit faiblit, si je lis un bon haïku, c’est comme si j’avais bu un verre d’eau pure et fraîche.

Peut-être écrire des haïkus est-il dans un sens comme prendre des photos… parmi nombre d’entre elles une ou deux peut-être possèderont une brillance particulière. Cela vaut le coup d’écrire tous les autres pour y arriver.

Ouvrir votre esprit et libérer vos sens est semblable à préparer la terre d’un jardin. Qui sait ce qui peut y pousser.

L' »occidentalisation » du haïku (c’est-à-dire les très bonnes oeuvres écrites par des poètes nord-américains) et l’exploration d’autres formes, particulièrement le renga japonais – ou versets liés – m’intéresse… J’aime l’idée d’un esprit activant et élargissant un autre esprit et l’idée de travailler en tandem. On semble emmener l’autre le long de sentiers surprenants et intéressants, avec, quand cela fonctionne au mieux, des résultats fascinants.

Comme pour toute oeuvre créatrice excellente, l’originalité est le but. Créer quelque chose qui n’a jamais été perçu tout à fait de cette manière auparavant… ah!

°

seul dans l’infini / blanc, un cycliste / pédalant vers nulle part

au virage / un canard blanc évalue / le trafic

Catherine Mair

°

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :