Senryû : L’ère Taishô – 41-45)

°°°

Chapitre XII : L’ère Taishô (1912-1925)

Après la mort de Kenkabô (en 1934), le senryû s’adoucit et devint plus sentimental et plus proche du haïku. Il ne retourna pas cependant vers la superficialité intellectuelle du kyôku. Le Babbit de Sinclair Lewis (en 1922) est rempli de l’esprit-senryû.

Tenant le tue-mouche,
la mouche
s’y pose
(: Kasendô)

« Maintenant, où vais-je aller ? » :
le chat
se lève
(: Momotarô)

La vieille retraitée
devient sénile, le chat aussi :
tout est calme
(: Santarô)

Après s’être mariée
peu lui importe
de grossir
(: Keisui)

«Faisant de tous les autres hommes
« des hirondelles et des moineaux »,
il se sent seul
(: Kechimbô)

: Cela provient du célèbre proverbe chinois :
« Comment de petits oiseaux tels qu’hirondelles et moineaux peuvent-ils comprendre l’ambition de grands oiseaux tels les cygnes ? »

Jusqu’à ce qu’ils soient sur le bateau
ils rendent grâce au Japon
jusques aux cieux
(: Bumpei)

: Ce sont, évidemment, des étrangers en visite au Japon.

« Entassez-en tant que vous voulez ! »
dit le cheval de trait
en baissant la tête
(: Nibiki)

Le malade observe bien
les trous de nez
du docteur
(: Yashâro)

Habitué à prendre en pitié
l’orphelin,
il parle maintenant d’une voix chantante
(: Jakurô)

Comme la mort subite,
qu’il est fragile
le bol de Chine
(: Eikô)

L’enfant-acteur
arrive sur scène –
la divorcée fond en larmes
(: Keinan)

: Même à l’ère Taishô, une divorcée devait abandonner tous ses biens et ses enfants dans la maison de la famille de son mari.

Elle n’ose pas
lever la main sur l’enfant
il maigrit de plus en plus
(: Jirakujin)

A l’homme qui vient chercher du lait,
la nourrice redemande :
« Ne savez-vous toujours pas où elle se trouve ? »
(: Masao)

: Sa femme s’est enfuie avec un autre homme et il doit demander à une voisine d’allaiter son bébé.

Aussi méchant soit-il,
elle l’apprécie,
convalescent
(: Gihô)

: Sa mère est si heureuse qu’il aille mieux que cela ne lui fait rien qu’il soit méchant.

« Maman me l’a donnée »
dit l’enfant abandonné
qui tient la lettre
(: Hisabô)

Veillée funèbre :
ils discutent
du temps du lendemain
(: Tôgyo)

: Les obsèques ont lieu le lendemain et ils redoutent la pluie. Seul le mort y est indifférent.

Il vient emprunter un couteau
en faisant le geste
de tailler un crayon
(: Sandayû)

Le cirque s’en va
laissant des trous
dans la terre

Le loup
mange autant qu’il peut
mais ses yeux sont toujours enfoncés
(: Shôji)

Les enfants
« Quels ennuis ils procurent ! »
mais elle les veut tous
(: Yanami)

Une fois que je me suis remis,
comme il a l’air inquiétant,
l’hôpital des maladies contagieuses !
(: Kimbô)

En chantant sa partie, passionnément,
la chanteuse aveugle
ouvre grand les yeux
(: Kimbô)

Dans la salle de dessin
l’un se penche en avant
l’autre en arrière
(: Tsutao)

Ayant lu l’ Umegoyomi,
intimement avec elle,
il se sent mal à l’aise
(: Kimbô)

Umegoyomi est une histoire d’amour érotique écrite par Shunsui et publiée en 1832-33.

Un groupe de femmes
faisant grand tapage
devant les paons
(: Kimbô)

Matin de gel –
le cheval exhale
le caractère chinois pour « huit »

: l’expir du cheval forme le caractère chinois pour « huit »…

Suspectant,
il a l’air
suspect
(: Garyûbô)

« Avec un visage comme ça ? »
le visage de qui parle ainsi
n’est pas beau non plus
(: Yojûan)

Convalescent,
je regarde les fourmis
près de la véranda
(: Kimbô)

: Ce senryû semble suggérer quelque critique à l’égard de toute activité poético-contemplative, comme si elle se fondait sur un manque d’énergie.

Pour remonter le moral du malade,
le docteur change
la couleur du médicament
(: Tojibô)

Le dimanche
le porte-manteau se vêt
d’un costume étranger
(: Kimbô)

: Les Japonais de cette époque portaient toujours des habits japonais le dimanche. Bien des seniors le font toujours.

°°°

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :