Senryû – De Genroku à Hôreki – 7-11.

Chapitre II : De GENROKU (1688-1704) à HÔREKI (1751-1764).

En 1688, naissance du grand satiriste Alexander Pope.

Versets entre 1685 et 1751 :

En faisant tourbillonner sa queue,
le cheval perd,
comparé au moulin-à-eau

La conversation de la chaumière
est capturée
par la cascade

Le fil du cerf-volant empêtré
est réprimandé
à dos de cheval

: un samouraï maudit le fil d’un cerf-volant empêtré sur son cheval.

Radis séchés !
Mais la voix du vendeur
est toute lisse !

Le fils
qui n’apprécie pas la première neige
devient quelqu’un

En revenant de planter
des herbes médicinales,
il attrape un lumbago

Vidant le sac à charbon
elle saute en reculant
de deux ou trois pas

D’en-dessous
nous regardons le lit
de la Rivière-du-ciel

: la voie lactée.

Le passeur
n’a pas l’air du tout pressé
de passer dans l’au-delà

Les chants religieux d’hiver
rencontrent
tout ce qui tombe du ciel

: pluie, vent, neige, etc.

Jour de neige;
le pot pour l’ami chinois
reste là où il tomba

: une scène dans un cimetière.

On choisit les poupées
surtout
pour leur visage

à l’envers
elle se frotte et se récure
avec de la poudre de lessive

: elle se lave les cheveux. Ceci est une parodie du haïku de Kikaku :

pour sa première note
le coucou
chante à l’envers

Convalescence :
recevoir les cadeaux mains jointes
lui devient une habitude

aération d’été ;
les poules entrent
dans les tiroirs

personne ne regarde en arrière
autrui
sous la pluie d’hiver

Avec le seul kimono qu’il possède
il achète
la première bonite

: La première bonite, un mets succulent pour les gens d’Edo, valait presque une perle de prix !

Bourrasque –
le gérant de la papeterie
en perd son latin

La nuit qu’il a rasé sa tête
l’oreiller de la veille
lui semble sale

Le jour où on la rachète
elle se sent comme si
elle vient d’être vendue

: une prostituée, libérée, rachetée par quelqu’un, est heureuse; mais elle garde le sentiment d’être encore quelque chose à vendre.

L’amour est transitoire :
Une corne-de-sanglier * croise
un bateau funéraire

: nom d’un petit vaisseau (à cause de sa forme ?), qui transporte des personnes, sur la rivière Sumida, qui vont au quartier des plaisirs, Yoshiwara.

Une feuille tombe –
la main qui coud s’appesantit –
une autre feuille tombe

Que tu le dépenses
ou que tu l’épargnes,
l’argent est intéressant

Rôle féminin :
seule sa femme
vieillit

: un acteur reste toujours étrangement jeune, particulièrement celui qui joue un rôle féminin, qui porte de gais kimonos. Sa femme, en comparaison, a l’air vieux.

Le polisseur de miroirs
monte
sur son propre visage

Perdu dans ses pensées
regardant
ce que portent les fourmis

Provoquant une querelle
à mon âge,
je me sens honteux

La potion amoureuse ;
attendant, attendant son effet,
l’année s’achève

Lavant ses cheveux,
elle appelle quelqu’un
de sous ses aisselles

Même un homme qui a renoncé au monde
se sent honteux
s’il glisse et tombe

Nettoyage de printemps –
une poupée apparaît
et la fait pleurer de nouveau

Le passeur
sent le jour de printemps
dans ses bras

: Le bateau est plus lourd, avec les humains sortis de leur hibernation !

Infâme
est l’âge de quarante ans
pour une belle femme

: Pour une femme qui a employé sa beauté pour obtenir argentt, pouvoir, amour, le début de la vieillesse est presque la fin de l’existence.

Allant commettre un double-suicide
elle prend peur
d’un feu follet

Du haut d’un pont
ils se rafraîchissent,
regardant une querelle entre bateaux

Dans le kotatsu *
du Nouvel An
encore le feu de l’an dernier

: chauffage pour les pieds, brasero recouvert d’une couverture.

Un hameçon sur une ligne ;
il commet
un petit péché.

: Selon le Bouddhisme, prendre une vie est un péché. L’hameçon étant petit, le péché doit l’être aussi.

La cigale chante
d’un esprit inflexible
face au tonnerre

= le zen de la cigale ?

Le convalescent
foule le sol du temple,
souriant.

Regardant le Mont Fuji,
la planteuse de riz
rajuste sa chevelure

Usé par l’argent
qu’il aurait dû dépenser,
il vieillit.

Ce qu’elle va cueillir
pour mettre dans la soupe
c’est le rêve d’un papillon

: Un papillon endormi est posé sur les légumes qu’elle va cueillir… Ce verset renvoie, bien sûr, à l’histoire de Tchouang-Tseu du rêve de l’homme et du papillon…

°°°

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :