Compte-rendu du 103ème Kukaï de Paris du 12/9/15 :

Nous étions 19 participants, hier, pour notre kukaï de rentrée, et 41 haïkus ont été échangés. 28 obtinrent une voix ou plus :

°°°
Avec six(6) voix :

Bientôt l’aube –
Du doigt suivre la courbe
de son épaule

: Isabelle Ypsilantis.

°°°
Avec cinq (5) voix :

Butte Montmartre
je remonte vers l’enfance
mon souffle suivra-t-il ?

: Nicolas Lemarin.

°°°
Avec trois (3) voix :

au bord de l’étang
les feuilles de saule à peine
effleurent le silence

: Philippe Bréham;

avalé par la brume
recraché par la brume
le goéland

: Patrick Fetu;

canicule
dans l’oeil du husky
l’océan

: Eléonore Nickolay;

dans l’embouteillage
ce mouvement lent
de Bach

: Jacques Quach;

Séance de massage –
mon téléphone portable
en mode vibreur

: Minh Triêt Pham;

Septembre –
Pouvoir enfin cacher
la cicatrice

: Isabelle Ypsilantis.

°°°
Avec deux (2) voix :

au revoir –
le papillon de nuit
posé sur sa main

: Valérie Rivoallon;

canicule –
choisir la couleur
du sac poubelle

: Valérie Rivoallon;

château de sable
l’air sérieux de l’enfant
et du père

: Eléonore Nickolay;

dérivant lentement
dans le silence du soir
vers la fin de l’août

: Daniel Py;

d’un revers de main
balayer le sable chaud
écrire ton nom

: Patrick Fetu;

nuit étoilée
la contempler rend le silence
immense…

: Philippe Bréham;

Sortie de l’église –
Une auréole de nuages bas
autour du clocher

: Danièle Etienne-Georgelin;

Un nain jardinier
s’égare dans les bonsaïs
~ problème de taille

: Pascal Lys.

°°°

Avec une (1) voix :

A toujours maigrir
je guette les courants d’air
ceux où je m’envole

: Philippe Gaillard;

cueillette de mûres –
des montgolfières
dans le ciel du soir

: Daniel Py;

Dans un verre à pied elle savoure
un grand cru
de coca

: Leïla Jadid;

frisson de lumière
sur cette rivière glauque ~
seul un lotus rose.

: Joséphine Laurens;

Les amis partis
la poule dans le jardin
fait les cent pas

: Christiane Ranieri;

Moineau, Moineau
C’est un moineau, papa –
son regard vide

: Joëlle Ginoux-Duvivier;

Pédalant tombant
tombant pédalant tombant
tombant.

: Françoise Lonquety;

Quatorze juillet
escalator de Beaubourg
Paris se soulève

: Philippe Gaillard;

Repas de midi –
deux poètes se partagent
la dernière lentille

: Françoise Lonquety;

Traînée blanche
tout la-haut le jet
est dans la lune

: Jacques Quach;

Une plume vole
vers la fenêtre entr’ouverte
– Perruches en cage

: Joëlle Ginoux-Duvivier;

Un papillon
chasse l’autre
Trop petite la fleur…

: Danièle Etienne-Georgelin.

°°°
Sans voix, mais remarqué :

Un doigt, pas davantage
sur le pétale blanc
de l’orchidée

: Christophe Jubien.

°°°

Un haïku (s’il avait été partagé – mais vue l’affluence, un seul des haïkus de non-présents l’a été !), qui aurait judicieusement complété les deux « haïkus-canicule » mentionnés plus haut, celui de Christiane Ranieri :

Canicule –
une araignée s’agrippe
à mon gant de toilette

°°°

Notre prochain kukaï aura lieu samedi 3 octobre. Il sera avancé à 15h00 (Notez bien : à 15 h 00 !), au bistrot d’Eustache.

Bravo, et Merci à toutes et à tous !

Daniel.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :