‘L’Anthologie du Haiku’ – Cor van den Heuvel – 5)

°

Betty Drevniok :

Neige profonde :

pelant des pommes de terre –

de la terre sombre sur mes mains

°

Bernard Lionel Einbond :

le blanc de son cou

comme elle remonte ses cheveux

pour que je défasse sa robe

les mille couleurs

dans sa chevelure marron –

soleil du matin

mare aux grenouilles –

une feuille tombe

sans un bruit

°

David Elliott :

protégeant ses yeux

avec son gant de baseball…

les premières oies

°

Robert Epstein :

long après-midi de juillet

au passage à niveau

le train n’en finit pas de passer

de retour de vacances

je laisse les traces de sable

dans le coffre de la voiture

°

Judson Evans :

pluie de novembre –

les longues cordes des laveurs de carreaux

flottent dans le vent

°

(à suivre…)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :