Haïkus, etc. Py, septembre 2014

°°°

Olkiluoto 3 :

le dernier EPR

d’Areva en Finlande :

9 ans de retard,

facture doublée

°

Un thème : L’amenuisement (dans le haïku) ;

le haïkiste : menuisier

– Menuiser…

°

De fille en aigu-il

°

avant de se mettre à l’ouvrage

le coiffeur enclenche

sa musique mélopéenne

°

la joggeuse

au feu rouge

saute sur place

de bas

de haut

(Boulevard Seins-Michel ?)

°

prendre l’araignée

par une patte

l’emmener se promener

dehors

°

à la sortie de la chèvrerie

(sentir)

les rosiers en fleur

°

Après l’A-6 *,

la Cisse **

* : autoroute

** : rivière

°

Le haïku c’est

l’en-creux de l’encre

°

le croa d’un oiseau dans l’arbre

éveilla

le coa des grenouilles dans la mare

matin ensoleillé

une tige dans un champ

fait du morse

°

des nuages défilaient –

un moteur traçait un horizon

dans l’après-midi bleu

le tracteur

partage le champ

en deux couleurs

un tracteur

(dans l’après-midi)

coud le champ

un coq

vers 14 h 39

– sonne la sieste (?)

_

des piaillements

du milieu des feuilles

milieu d’après-midi

vide d’activités –

un avion creuse le ciel

le tracteur :

blond d’un côté,

brun de l’autre

les deux couleurs du champ

ce chaque côté

du tracteur

champ blond

champ brun

le tracteur

°

au réveil (dans la lucarne)

le soleil

et une montgolfière jaune

°

« Il » ne peut s’empêcher :

au milieu de son haïku,

son soi pensant !

°

ces escargots posés, là

°

la lézarde

au soleil

– mûrit ?

°

d’un géranium

à l’autre

règne

une araignée

le soleil ce matin

marche sur le fil

de l’araignée

dans le cirque de la toile

le soleil

funambule

ce matin l’araignée

n’a pris qu’un akène

entre deux géraniums rouges

sur le fil souple

de l’araignée

le soleil

ce matin

ce matin

l’araignée n’a pris

qu’un peu de poussière

le soleil sur mon balcon

mais aussi la cigarette

de ma voisine –

je rentre

(dans ma coquille)

jour quiet –

le haïku

au plus près

°

j’en ai cure :

douzième jour de raisin

tous les matins

perdre 333 grammes :

cure de raisin

°

(je ressors sur le balcon,)

la voisine

a fini de fumer

– le thé vert-tiède

°

ce matin

manger aussi le soleil (de septembre)

sur les grains de raisin

ce matin de septembre

manger le soleil

dans les grains de raisin

°

ce matin

les petites boules de lumière

du raisin

la vie minuscule

majuscule

°

sharp mind

aiguiser son esprit

– jeûner

°

Haïku :

qu’on ne puisse pas

écrire plus simple !

Le haïku, c’est l’art du simple.

Ecrire

au plus près,

au plus simple.

°

Dans un champ

près de l’aéroport

face au soleil du soir

un oiseau s’envole

de l’aéroport –

le battement inégal de ses ailes

°

admirant des fleurs

aux noms inconnus –

l’heure de la retraite

°

des ardoises

au pied des vignes –

sentir les roses extrêmes

°

du temps a encore passé :

mère nona-

fils sexa-

°

Le sablier

se serre-t-il

la ceinture ?

°

dans le géranium,

extra-pétale :

un duvet blanc

°

assister à un concert :

voir

le son

°

la femme sans soutien-gorge

décroche une mûre

et la mange

(Orly, 15/9/14)

°

au soleil

elle brode (blanc)

attendant son train du matin

°

la lune fait rêver

l’ombre de la glycine

°

métro :

elle éteint ses chaussures

°

(Haïbun vache) :

Quand on sait

ce que les moustiques

apportent à l’humanité,

on a tendance à préférer

les requins.

Se

requin

quer.

(20/9/14)

°

un marmon(n)ologue

°

rue de la gare

le vent retourne une feuille

°

banc –

une feuille roule sous mon col

marque-page de septembre :

une feuille tombe

dans le livre (de haïkus)

atterrissage :

un pigeon

souffle les feuilles

°

septembre

un cil

tombé

sur la page

°

un akène se promène

d’un bout à l’autre de ce « haïku »

°

premiers doigts de la pluie

tambourinant sur la peau du matin

(vers l’automne)

°

entre deux plantes

de la jardinière

le soleil

fait du hamac

d’une fleur à une autre

le soleil

se balance

d’une fleur

jusqu’au bord de la jardinière

le soleil glisse

d’une fleur

au bord de la jardinière

le soleil

avance

recule

°

encore une intello

dans la famille ?

ma vésicule biliaire

calcule

°

Saint Clown, riez pour nous !

°

ta hernie,

ton air niais…

°

(Automne :)

°

un corbeau

appelant

sa corbelle ?

°

trois pigeons s’envolent

exactement ensemble

– septembre serein

°

Bercy :

chiens qui se niaquent

– premiers jours de l’automne

°

plein de piaillements

dans l’oreille

du crépuscule

°

calligraphie de l’araignée d’eau –

(maître chinois)

°

concert au salon –

je la regarde regarder

vers le jardin

°

l’épeichette

court sur ses roulettes

boire à l’étang

l’épeichette

se dépêche en roulettes

d’aller boire à l’étang

cette pie

descend sur ses roulettes

boire à l’étang

°

cette pie

sort d’un bouleau

cette pie

sort du bouleau

incognito

cette pie

fondue

de bouleau

°

Manchoir : tomber assez bas pour faire la manche.

Déchoir : choir au jeu (?)

Pochoir : tomber dans le Pô (?)

Crachoir – Mouchoir – Séchoir

°

Ecrire parfois trouve.

Ecrire juste – Justécrire

°

A la télé

Sarko nous glisse

un imparfait du subjonctif :

nous enculturerait-il ?

°

si ronds

les seins de l’Indienne

du Kama-Soutra

– sans silicone !

ses seins si ronds

– sans silicone !

°

une partie du public en rose :

l’après-midi (s’)avance

aux sons du Stabat Mater

(de Dvorak)

°

le toit

de l’atelier Brancusi

sculpté de pigeons

– fin septembre radieux

°

mégot à terre :

le bout rose de son filtre

– début de l’automne

avec sa patinette :

« Non !, Non ! »

: évitant les grilles métalliques

parc à la tombée du jour :

la bambine

jappe après le Yorkshire-terrier

°

chez le tourneur sur bois

l’harmonieux chant des manches

qui se choquent

°

Pas bénin,

ce harponnage informatique

du Bénin ?

°

(Hommage à Issa :)

maintes fois

ici pissai

pensant à Issa

Ici Issa

ne pissa pas

Certains font leur trou

dans la vie

Issa

fit le sien

dans la neige

°

premier mois de retraite écoulé :

que du soleil !

sans crème, brûler

sur le balcon,

ce dernier dimanche de septembre

°

d’un géranium à l’autre :

jeu du soleil

et de l’araignée

ce pot chaud de confitures

rentré du balcon –

dernier dimanche de septembre

°

les rideaux décatis

d’un magasin de livres anciens

(Reims, fin juin 2014)

°

une bouteille de jus vide

cogne et tournoie

, repart ailleurs

(: trajet de métro)

°°°

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :