‘Une mare cachée’ : anthologie moderne de haïku – 20/24

°

fuyubara ya seisho ni ôki toga no moji

Harada Seiji (m) (1919-) A la tête de la revue de haïku Michinoku (« Nord profond »)

des roses d’hiver, et,
toutes éparpillées dans la Bible,
des références au péché

°

gaitô no mama Kannon o manoatari

Kawasaki Tenkô (1927-) Leader du groupe de haïku Marten (« Dix »)

par-dessus encore mis,
entrant dans la présence de
la Déesse de Miséricorde

°

ôbâ no sukoshi ôkina shôkôjo

Saitô Kafû (m) (1931-) Leader du groupe Yane (« Toit »).

La Petite Princesse
portant un par-dessus
un petit peu trop grand

Saitô Kafû compose des haïkus comme s’il écrivait des histoires, et, de fait, la Petite Princesse mentionnée dans cette strophe fait référence à un personnage d’une histoire bien connue de Frances Hodgson Burnett (1849-1925).

°

hadakagi to naritaru sora no fukasa kana

Katô Kôko (f) (1931-) Publia la revue de haïku (« Labour »).

le ciel s’approfondit
par-delà les branches d’un arbre –
totalement effeuillé

°

fuyubachi no shinidokoro naku arukikeri

Murakami Kijô (m) (1865-1938) Commença à écrire du haïku après être devenu sourd dans sa jeunesse, et vécut ensuite dans la pauvreté. Il joua un rôle très actif dans le groupe Hototogisu (« Coucou ») autour de Takahama Kyoshi et fut un des membres moteurs de l’école Kyôgai Haiku (« Haiku de Circonstance »).

une guêpe d’hiver
avec nulle part où mourir
continue de trébucher

°

shimobashira hagane no koe o hanachikeri

Ishihara Yatsuka (1919-1998) Etait le chef de l’école de haïku Aki (« Automne »).

des épines de gel
viennent des voix brillantes
d’un bleu d’acier

°

tsukayama no maue tenrô matatakeri

Sagawa Hiroji (1939-) Edite la revue de haïku Kawa (« Rivière »).

un monticule funèbre
et directement au-dessus
Sirius clignote

Sirius, ou « L’Etoile-Chien ».

°

shinu koto mo wasurete itaru hinataboko

Itô Michiaki (m) (1935-) Leader du groupe de poètes de haïku Hakutô (« Pêche blanche »).

la mortalité aussi
entièrement oubliée
se dorant au soleil

La référence saisonnière « se dorant au soleil » indique un jour clair en hiver.

°

fuyubae no sumi iru mahô no ranpu kau

Arima Akito (m) (1930-) Ancien président de l’Université de Tokyo, un temps Ministre de l’Education, est un physicien renommé ainsi que haijin. Reçut le 11ème Prix Haijin Kyokai pour son troisième recueille haiku appelé Ten’i (« Providence »). Devint leader en 1990 du groupe éponyme.

°

genjitsu ya tôko no yuki no umi e mau

Fukaya Yûdai (m) (1934-) Leader du groupe de haïku Yukihana (« Fleurs de neige »). Membre de l’école de haïku de Ishihara Yatsuka.

Une parhélie –
des flocons de neige d’un lac gelé
dérivent vers la mer

°

(A suivre, p. 222)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :