Compte-rendu du kukaï de Paris n° 101

En présence de 20 haïkistes, 43 haïkus ont été échangés. 26 d’entre eux ont obtenu une voix et plus.

Avec 5 voix :

plage –
une fillette enterre
son père

: Minh Triêt Pham.

Avec 4 voix :

début de l’été
les pubs annoncent la fin
de la cellulite

: Eléonore Nickolay ;

Maison de famille
l’odeur du temps parfume
chaque objet

: Nicolas Lemarin ;

persiennes mi-closes
glissant sur ses cheveux
des rubans de lumière

: Cécile Duteil ;

Silence du soir
les pierres
se reposent

: Véronique Arnault.

Avec 3 voix :

au bord de la mare
un chat
à pas verts

: Daniel Py ;

lune noire
les trilles du rossignol
éclairant la nuit

: Eléonore Nickolay ;

matin de mai
assise sur le perron
vernissant ses ongles

: Dominique Borée ;

Mistral de mai
accrochée à la façade
la cigale factice

: Monique Junchat ;

Nuages fugaces –
Des milliers de pins
pour les attraper

: Isabelle Ypsilantis ;

Piaillements d’oiseaux
tôt le matin
vous avez un message

: Véronique Arnault ;

vents de printemps
le Père Noël au balcon
hoche la tête

: Daniel Py.

Avec 2 voix :

Balade dans les Rocheuses
d’une pierre
je fais deux haïkous

: Leïla Jadid ;

Cerf-volant –
Un dragon
Maître du vent

: Isabelle Ypsilantis ;

le blues m’accompagne
jusqu’au xylophone
– couloir du métro

: Dominique Borée ;

une terrasse un soir –
toutes les choses du monde
se diluent…

: Philippe Bréham.

Avec 1 voix :

Chant du merle –
Echos d’un mur à l’autre
Où es-tu l’oiselle ?

: Danièle Etienne-Georgelin ;

Devoir accompli
il fait un petit somme
l’aquarelliste

: Marie-Alice Maire ;

Foire aux plantes
l’hôtesse de caisse
a les ongles verts

: Monique Junchat ;

L’orage s’éloigne
La tête sur mon ventre
il se rendort

: Mo Coudert ;

mi-figue mi-raisin
raie de soleil – raie de pluie
mon manteau bleu-gris

: Alice Schneider ;

Parc à la française –
le jardinier laisse un coeur
de fleurs sauvages

: Marie-Alice Maire ;

Poèmes d’enfance
au fond d’une vieille malle
quatre boutons d’or

: Christiane Ranieri ;

Soir d’été
Mêlé à la lavande
Le parfum des moules-frites

: Leïla Jadid ;

sur un balcon
la jeune fille qui me regarde
arrose sa plante…

: Philippe Bréham ;

Un an de plus
chaque semaine remplir
son pilulier.

: Patrick Fetu.

0 voix (mais remarqué) :

jardin détrempé
des escargots partouzent
au pied du prunus

: Michel Duflo.

Le recueil de haïkus Un Bâton dans les Andes précédé de L’Echelle brisée (2) de l’ami Salim Bellen, illustré par Madame Hiro Hata (éd. Unicité, mai 2015) a été présenté – et apprécié par l’assistance.

Le prochain (102ème) kukaï de Paris aura lieu le samedi 27 juin, à 15 heures, au Parc des Buttes Chaumont (75019). R-V. aux grilles d’entrée, devant la mairie du 19è arrondissement !

Daniel.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :