‘Une mare cachée’ : anthologie moderne de haïkus – 15/24

°

Ieyasu o shiru ki shiranu ki tentakashi

Katô Enu (m) (1920_2002) Mena le groupe de haïku Shôrai (« Vent dans les pins »).

sous un haut ciel d’automne
quelques arbres connaissent Ieyasu,
d’autres non

: Tokugawa Ieyasu (1542-11616), fondateur de l’ère Tokugawa.

°

ichirin no shiragiku ni yo no haritsumeshi

Ôtake Seiji (m) (1937-)

chrysanthème blanc
s’appuyant tout seul
contre la tombée de la nuit

°

haikô ni kasa no rakugaki akishigure

Takahashi Etsuo (m) (1934-) Leader du groupe de haïku Umi (« Mer »)

noms accolés écrits
sur les murs d’une école désaffectée –
bruine d’automne

°

Taishô no otoko no hosomi waremokô

Katô Haruhiko (m) (1913-1993) Editeur du magazine Obi (« ceinture »), appartenant aux groupes Ashibi (« Andromède japonaise ») et « Shachi » (« Orque »). Katô Kôko elle-même étudia l’oeuvre de Mizuhara Shûôshi sous son aile.

la longue silhouette fine
d’un homme né à l’ère Taishô –
la fleur de pimprenelle

: Ere Taishô : 1912-1926.

°

akikumo no ippen kami no yama ni muku

Fujinami Kôdô (1932-) 2Oème meneur du groupe de haïku Ise Shinpûkan (« Maison du Vent Divin d’Ise »), vieux de trois siècles.

un petit nuage d’automne
se dirigeant vers
la montagne du dieu

: le « petit nuage d’automne » représente le Grand Sanctuaire d’Ise, qui est entouré de montagnes.

°

koto tatete usumurasaki ni kaze no aki

Katô Kôko (f) (1931-)

voix de l’automne –
une brise de lavande souffle
à travers les cordes du koto

: ce haïku parut en anglais dans le quotidien du Mainichi Daily News. Tsukamoto Kunio, poète de tanka renommé, complimenta ce verset qui montre le sens japonais de la beauté.

°

ikutabi no tensei oete hanasusuki

Fujiwara Tsukihiko (1952-)

poussant ici après
tant de transmigrations –
herbes de la pampa

: « herbes de la pampa » : mot de saison pour l’automne.

°

tereba kin hikagereba gin susuki kana

Shimomura Umeko (f) (1912-) Membre senior du groupe de haïku Katsuragi, d’après le nom d’un lieu.

or au soleil
et argent dans l’ombre –
l’herbe de la pampa !

°

ha o iruru suki naku ringo kôchôsu

Nozawa Setsuko (f) (1920-1995) Mena le groupe de haïku Ran (« Orchidée »)

ne laissons pas le couteau
plonger au fond de
cette pomme rouge

°

tsubo no kuchi hiroki o utsuru aki no kage

Katsura Nobuko (f) (1914-) Leader du groupe Sôen (« Jardin herbeux »).

sur la vaste bouche
d’un vase lentement bouge
une ombre automnale

°

fukaki mizo arite hanano o hikikaesu

Shinagawa Suzuko (f) (1932-) Apprit le haïku avec Yamaguchi Seishi, étudia haïku et renku avec Hashi Kanseki (1903-1992). Dirige son propre groupe Glöcke (en allemand = « Cloches »), Suzu (en japonais).

devant tourner le dos
aux champs fleuris d’automne
comme le fossé est profond

°

kiriotosu isshun take ni take no suzu

Hoshino Shaichi (m) (1921-) Membre senior du groupe de haïku Suimei (« Eau claire ») qui célébra la 700è publication de sa revue en 1989.

juste au moment de les couper,
une cloche sonne
à l’intérieur des bambous

°

Manjushage kanashimi wa juômujin

Tuskamoto Kunio (m) (1922-) Leader du groupe de tanka et de haïku Reirô (« Brillant »)

Manjusaka
atteignant chaque partie
de la douleur humaine

Selon les croyances bouddhistes, on dit que le Manjusaka (un nom sanskrit), « lycoris radiata », lycoris, fleurit au paradis.

°

hibashira no yume no ato nari manjushage

Suzuki Kazuo (1927-1997) Membre senior du groupe de haïku Azami (« Chardon »)

les rêves s’effacent
des piliers de feu –
manjusaka fané

« manjusaka » = lycoris, lys-araignée.

°

(A suivre, p. 174)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :