Haïkus, etc – Py – Nov. 14

°

on s’arrête dans une grande gare
face au repère U –
le rire sonore d’un ouvrier
derrière la locomotive

(1er nov. , 1 h 20)

°

dénuement
dénouement

°

1er novembre
dès l’aube
un agrégat de contrôleurs
traquant le fraudeur

°

quai d’Austerlitz
le doux roulement des valises
débarquant de la nuit

°

les tiges de fleurs, mâts ;
les fils d’araignée, voiles

°

la toile d’araignée
prend
le soleil

°

dix jours après
l’opération trémalo
testicule droi

°

matin deux novembre :
des haïkus
une gorgée de thé;
des haïkus
une gorgée de thé…

°

des « hélicoptères » ont atterri
sur notre terrasse
2 novembre

°

à trou-du-cul-du-monde,
bien là,
il,
désert

°

pas une feuille
de l’arbre
ne bouge
veille de novembre

°

les feuilles de l’arbre
tombent
colorant la haie

°

le loir
à la nuit
attaque une pomme

°

avançant, avançant
sur ce sentier infini
de haïkus…

avançant, avançant,
filant sans cesse sa trace
sur le chemin des haïkus

sous la théière :
Haiku volume 2
printemps

la bouilloire
se remet périodiquement
en route :
collé aux haïkus…

°

merci pour votre parfum,
chère disparue
de l’ascenseur !

°

repoussons
la corvée
à deux mains !

°

Ces haïjins préférés :
qui pratiquent la plus grande simplicité :
Ryôkan, Hôsai, Santôka,…

°

trente secondes après
qu’ils ont tous appuyé sur leur appareil,
la Tour Eiffel
se met à scintiller

(rue Montessuy)

°

les musiciens
font la pause –
Tchernobal

°

luciole
saisie au vol
haïku

°

ce matin
le soleil un moment
s’allonge sur le bar

°

Dans le haïku,
ce qui n’est pas indispensable
n’est pas nécessaire

°

ce matin
le soleil plonge
dans le pot de confiture
d’abricots

°

une femme
qui ressemble à ma soeur
me regarde
mais ne me reconnaît pas

°
(Exposition Hokusaï, Grand Palais) :

aux expositions
finissant toujours par
se détourner des oeuvres
pour regarder les visiteurs…

« Kintoki est une jolie femme
buvant le saké parfumé
du Nouvel An »,
lus-je en me penchant au-dessus de l’épaule
d’une visiteuse parfumée

« Oban »,
la fête des morts
aux sombres voyelles

« Commis lâchant un pet »
: estampe.

le blanc
laissé blanc :
la rivière si pure !

(: « La rivière Sumida : vue panoramique des deux rives ».)

Hokusaï à profusion :
il n’est pas resté
à se tourner les puces !

quelle belle estampe
de Hokusaï
la belle Ono no Komachi !

celle-ci
dans ses baskets
pue des pieds
: visiteuse à l’expo

 » le lien entre poème et illustration n’ayant rien d’évident… »

une femme (très) enceinte
regarde le kakemono
de Zhong Kui l’Exorciste
aux manches bouffantes
croisées devant son ventre

(Niki de Saint Phalle, Grand Palais) :

le fréquent pardon
des visiteurs qui se bousculent
à l’expo

sortant de l’expo
Niki de Saint Phalle
la pleine lune
de novembre

°

l’ordinateur me change
« ernière émarque » en
« ornière énarque »

°

dans le salon d’Honneur
pour la remise des médailles du travail,
ça sent la naphtaline

derrière l’Hôtel-de-ville
où a lieu la remise
des médailles du travail,
les Pompes Funèbres

°

Faire plume de tout vent.

°

rapides, efficaces,
les élagueurs :
feuillages au rectangle

°

le je sous-jacent
(avant le sous-jacinthes) !?

°

De leur vivant
certains s’érigent déjà
leur monument aux mores °

°… pour la France ?

, déjà dressent
leur statue haïkuist(r)e

°

les sonneries
du frigidaire
font un concours
de loquacité

°

quelle merveilleuse odeur
du pain qui cuit dans la machine
une nuit d’automne !

°

la pie
dans l’arbre jaune
fait bouger
chaque branche
où elle se pose

°

« Entre deux assauts
on avait beaucoup de temps
à tuer »
(: M. Rougier, Directeur du Musée de la Grande Guerre à Meaux, à la télé)

°

L’armée coûte à la France
2 milliards par jour
au Mali –
Renflouer la sécu ?

°

elle compte sur ses doigts
non pas les pieds d’un haïku :
les mailles de son tricot

(RER C, 18 h 25)

°

passant le barreau d’une grille
une bulle de savon
se divise

(: ancien -> 11/14)

°

voiture et moto
se sont embrassées
en haut de ma rue –
ambulances de novembre

°

amis
commençant à tomber –
mouches d’automne

°

Cette grande simplicité
de Kyoshi *
aussi !

* 1874-1959.

°

l’acométissage
de Philae
sur Tchouri

les feuilles d’automne

°

quel accueil ! *
l’odeur du pain
une fois la clé tournée dans la serrure

* : « Ah, Quel délice ! » (= d’après Les 33 délices de Jin Shungtan, tard. du chinois par S. Leys)

°

pluie et vent
ce matin l’arbre jaune
continue son effeuillage

°

en bas du toboggan
des feuilles rousses ;
la cloche de Saint-Eustache

au pied de Saint-Eustache
l’arbre à trois couleurs *
trémulantes
mi-novembre

* : vert, jaune, roux.

°

larges feuilles de paulownia
à terre –
un avion entre dans un nuage

°

le froid du concombre
pelé dans ma main
– j’éternue

°

un écolier roux
passe sous un arbre
ce 18 novembre

°

sortie de la chèvrerie;
sentir les roses
alignées

°

fin novembre
elle sort son sein dans la rue
(nourrir son enfant)

°

au matin du 21 novembre, naît
un fleurisier

°

le paradis,
est-ce une affaire de
pommier(s) en flirt ?

°

une fête africaine
d’hommes en costumes blancs
et bonnets d’or

°

Dans le haïku,
passer du brouillard
sur les mots…

estomper le contour des mots…
/ flouter le haïku
/ embrumer

°

enveloppé
dans son duvet –
approche de Noël

°

le même enfant roux
la semaine suivante –
les arbres de la rue

°

lave
de voitures
coulant
vers Paris
un soir de novembre

°

la Tour Eiffel
passe en revue les nuages –
une péniche
tourne sur la Seine

fin novembre clément –
un oiseau chante d’un arbre
la Tour Eiffel scintille

la péniche s’arrête
un moment
pour regarder
la Tour Eiffel
scintiller

jogging du soir :
s’arrêtant juste
pour prendre une photo
de la Tour Eiffel

ce soir
un concert
de sifflets de flics
avant le Pont de l’Alma

jouant du sifflet
à qui mieux-mieux
les flics,
place de la Résistance

les flics sifflent à tout va –
des mouettes en contre-chant
en contrebas

°

(Du haïku répé-teuf-teuf) :

coups de sifflets coups
de sifflets coups de sifflets
: un carrefour de flics

coups
sifflets
flics

coups de sifflets
à qui mieux-mieux :
carrefour de flics

°

cinq cris noirs
accroissent le matin
(de) fin novembre

°

sous les voies
cette souris s’en vient
chiper pitance

(allant, venant,
retournant se cacher sous les rails)

°

Il y a les mots
et il y a
tout ce qui tourne autour des mots

: c’est à cela que mon oreille s’affine…

°

dp

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :