‘Une mare cachée’ : une anthologie moderne de haïku – 11/24

°

ubaguruma natsu no dotô ni yokomuki ni

Hashimoto Takako (f) (1899-1963) Apprit d’abord le haïku avec la haijin Sugita Hisao (1890-1946) à Kyûshû. Puis étudia la construction interne du haïku avec Yamaguchi Seishi.

une poussette de bébé
se tourne de côté, face à des
vagues d’été déferlantes

°

ningún yo fuku no sejiwa wa ase no tame

Hayashi Shô (m) (1914-) Conseiller auprès de magazine du groupe Oki (« Au large ») et membre senior du groupe de haïku Ashibi (« Andromède japonaise »).

Vous, êtres humains,
habits tout froissés dans le dos
par la transpiration

°

enten no tôki ho ya waga kokoro no ho

Yamaguchi Seishi (1901-1994)

sous un ciel de feu
une voile au loin –
la voile dans mon coeur

°

enten no dokonimo furezu modori kinu

Kamikura Utsuwa (1927-) Leader du groupe Fûdo (« Climat »), destiné principalement aux (plus) jeunes poètes.

Revenant,
n’ayant pas été touché
par le soleil brûlant

°

me no shita o fume o tôseru atsusa kana

Saitô Umeko (f) (1929-) Leader du groupe de haïku Seikaiha (« Vagues bleues »).

chaleur d’été éblouissante
et cependant passe un navire
juste sous mes yeux

°

awaki haha koki tsuma doyô suginikeri

Hasegawa Sôgyo (m) (1897-1987) Editeur d’un magazine appelé Seiju (« Arbres verts ») qui connut plus de trois cents numéros. Reçut le Prix Dakotsu en reconnaissance de la dévotion de sa vie entière à l’art de la composition du haïku.

Mère dans une pâle lumière,
femme dans une ombre profonde –
la canicule des étés disparus

°

shizukasa no seboneni shizumu taisho kana

Mori Sumio (h) (1919-)

sérénité qui
pénètre jusqu’à la colonne vertébrale –
un jour de la mi-été

°

naarai no minawa osamari aburaderi

Itami Mikihiko (1920-) Leader du groupe de haïku Seigen.

après avoir lavé des légumes verts –
ronds de vaguelettes qui s’élargissent
et soleil d’huile

°

minzoku no kôgan kuroki nishibi kana

Nagata Kôi (1900-1997)

Les testicules noires
d’une race entière – chaleur venant du
soleil de l’ouest

On peut comparer ce haïku avec celui du poète américain Raymond Roseliep (-1983) :

Christ en main
balance le gentil sac
entre mes jambes

°

suiren e ago o noshiori hiyashiushi

Ikegami Shôjin (1925-); Etudia avec Nakamura Kusatao. Ce haïku, composé en Inde, reçut de grands compliments de la part de Kaneko Tôta :

une vache se rafraîchissant
tend son menton vers
les nénuphars

°

(A suivre, p. 124)

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :