Haïkus, etc. Py – mars 2015

°°°

Jeûner affine le nez.

°

un dernier salut
au frigidaire
qui nous quitte

deux coups dans la boule
de la part de la porte
du nouveau congélateur

°

le père Noël
pendu au balcon
depuis plus d’un an
: pitié !

°

en
com
bré,

: sim
pli
fie !

va
vers
le moins !

°

vagues
figées en vol !
l’hiver vigoureux

vagues
figées
quel hiver !

déferlante
figée en vol
– quel hiver !

déferlante
fixe
: quel hiver !

sculpture de mer
: quel hiver !

°

au bout de la déferlante
l’écume
d’une océanite-tempête

(cf « La grande vague » : Hokusai)

°

refermant les écoutilles
– nuit narine

°

il ouvre sa bière :
le nuage ourlé de blanc
au soleil du soir

°

une rousse tout en rouge :
écharpe, béret, rouge-à-lèvres
et chewing-gum

°

petits oiseaux,
ouvrez mes oreilles,
ouvrez mes yeux
– mes mains fleurissent

°

(des) gouffres (s’ouvrent)
dans le permafrost (russe)
… et la centrale nucléaire ?

gouffre(s) dans le permafrost
– les déchets nucléaires ?

°

mains dans les mains
nous formons un cercle
pieds sur pieds

°

le haïku,
une épure

le haïku,
lait
pur

°

un haïku se dissout
dans le brouillard du sommeil
– sourire

°

une tasse de brouillard…

°

je respire le soleil
le soleil me respire
8 mars

(stage de taiji bang, Choisy-le-Roi)

°

les ailes du lierre
plaqué le long du mur
grimpent vers demain

°

sur son sac je pus lire :

SU DE
GRICULTURE
OLOGIQUE

(Nogent-sur-Marne, RER, 10/3)

°

Edgar Quimeurt

°

sur son front
la place pour
six rides (horizontales)

°

passant ici
souvent pissai
pensant à Issa

°

Résister à la morosité,
contre la plomberie ambiante

(la porosité de la morosité…)

°

QiGong –
pas besoin de coquillages
pour entendre la mer :
on entend le sable du cou
en tournant la tête

pour entendre la mer
pas besoin de coquillages :
rotations de la tête :
on entend le sable
microcraquer (dans) le cou

°

Il s’est mouillé
pour sauver la centenaire
des flammes

(cf février 15)

°

(Dans « Le Canard enchaîné » du 11 mars 2015 :)

« Journée des Droits de la Femme »…
« 100 femmes reçues par Hollande à l’Elysée ».
– Quelle santé ! »

°

irritable
irrichaise
irripied
irridicule

°

le chien dans son sac
et sa maîtresse ont
la même couleur de cheveux

°

seul à bord
j’adore

j’abhorre

°

2è année
qu’un Père Noël
de son balcon
pend par les pieds

tant que ce Père Noël
pendra de son balcon
(par les pieds)
je vélléitérerai
quelque poème

°

Avant, il aimait la poésie
maintenant, il aime le haïku
– et encore plus : le senryû

°

Le haïkiste est un tailleur de mots

(non un modeleur de mots)
: ainsi réside la principale différence entre un haijin et un poète (?)

Il retranche ici un article, là un verbe,
ici un adjectif, là un adverbe,
ici une conjonction, là un signe de ponctuation…
: c’est un radin (de mots) !

Il fait « le maximum du minimum » (: dixit Marcello Mastroianni à propos de son jeu d’acteur.)

Il simplifie
Il simplifie
Il simplifie

C’est un paresseux : il fait au minimum ;
C’est un bosseur : il vise au minimum.

C’est un ascète de haut niveau :
il affine, il épure son geste, son dire.
Il vise à l’efficacité maximale avec une dépense (d’énergie, de matière) minimale

il concentre, il condense,
il l(u)it l’essentiel…

coupe-coupe-haïku
coupe-coupe-haïcoupe

Il travaille le silence

Il tranche dans le noir
pour équilibrer le blanc

danseur de mots

le haïkiste
tend la corde
que le lecteur pincera

Il veut
faire entendre
le silence

Le haïkiste
sculpte le silence

chasse le noir des mots

partage son haïku
entre mots et silence

le haïkiste
lave les oreilles

… s’approche de l’inaudible,
de l’indicible

… disciple de l’inaudible…

Le haïku
est un genre
étique

(le haïku
est affecté
d’étisie)

d’hectisie

Haïku, poésie maigre,
haïku, poésie décroissante.

°

BRÊVERIES …

°

mangeant son taboulé
sur son tabouret
– solitude

°

la calligraphie ronde
de l’huile dans la poêle –
le taiji quan

°

Au zoo de Martenon
Aux ondes Martenot

°

un mimosa
pour l’ami Mozart
à la mi-mars ?

°

une mi(ni)graine

°

(Kyôku :)

Après un service funzèbre,
enterré au père H.S.
en posthume traditionnel

°

jour du printemps
les lunettes à éclipse inutiles :
panne de soleil

éclipse musulmane ?
le ciel voilé

le ciel étoilé
le ciel est voilé

°

un corbeau
compte à voix haute
son haïku :

croa !
croa croa croa croa !
croa croa croa croa croa croa croa !

(Orly, 21/3/15)

°

un tsunami humain
pour la grande marée
du Mont Saint-Michel

°

lendemain du premier tour (des départementales) :
un siège à prendre
sur le trottoir

°

« Dieu-le-verbe » –
« Dieu-le-silence après les massacres »

« Dieu-le-verbe »
et bientôt :
Le-Dieu-verbe ?

(= un tchat/chieur ?)

°

post-it jaunes
partout sur mon bureau –
le printemps

°

un tripotologue =
un spécialiste des tripots
ou des obsédés du toucher ?

°

elle se met à jouer
les cerisiers * sur le koto –
les cerisiers sur le coteau

ma fille à l’école
apprend * sakura, sakura
je suis touché

°

le co-pilote a subi
une grave dépression
– son avion aussi

°

Entre deux tours

plus que jamais
Sarko
UfMn-Pise

comme toujours
Sarko-le-finaud
drague au FN

Le Buisson
toujours derrière
le Sarko ?

Pas besoin de la copie
quand on a l’original :
la grande marée marine

L’écliP.S.e

°

formation en arts martiaux –
les ombres chinoises
des ouvriers du bâtiment

(Castelnau-le-Lez, 30/3)

°

2ème tour des Départementales
l’EGO rEGOnflé
de l’ex-(président)

°

Pour calmer son enfant
dans la poussette,
le mouvement de la mer(e)

(Tram. L2, Montpellier, 31/3)

°°°

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :