Compte-rendu du kukaï de Paris n° 94 du 18 octobre 2014

En présence de 17 participants, 36 haïkus furent échangés. 23 obtinrent une voix ou plus :

°
Avec 7 voix :

Nuit d’été / juste son parfum / un soupçon d’elle.

: Patrick Fetu.

°

Avec 5 voix :

douceur de la nuit / une brise fait bouger / l’aile du papillon

: Philippe Bréham.

°

Avec 4 voix :

citronnelle – / le moustique goûte le gâteau / au chocolat

: Valérie Rivoallon ;

coupure d’Internet – / au-dessus de ma tête / une toile d’araignée

: Eléonore Nickolay ;

et :

crépuscule / même le soleil s’incline : / devant le Fuji

nb : le soleil = aussi la Déesse du soleil, Amaterasu, première Déesse du Japon.

: Philippe Bréham.

°

Avec 3 voix :

dans le frigo / une salade verte / printemps

: Nicolas Grenier ;

le vieux pin – / quelques aiguilles quittent / l’arbre en silence

: Ion Codrescu ;

et :

râteau – / loin, si loin de la mienne / sa bouche

: Myriam Rouxel

°

Avec 2 voix :

Entrelacs des cordages / sur les pieds bronzés / la marque des sandales

: Gwenaëlle Laot ;

léger rayon – / les yeux des crocodiles / au ras de l’eau

: Valérie Rivoallon ;

pensant à Bashô / mon ombre et moi empruntons / un sentier d’automne

: Danièle Duteil

et :

Sa silhouette / dans le brouillard / de l’échographie.

: Patrick Fetu.

°

Avec 1 voix :

Belle journée de pluie / Ton visage pâle me dit / Que je dois t’écrire

: Lucie Charasson ;

Chocolat chaud – / Deux vieux discutent loto / et bobos.

: Isabelle Ypsilantis ;

Des silences meurent / dans les branches accouplées / aux souffles du vent

: Nicolas Lemarin ;

hôpital de jour – / entendre couler le pipi / du psy

: Eléonore Nickolay ;

La baie se vide / puis se remplit / comme mon coeur

: Monique Leroux Serres ;

L’automne s’en allant / la lumière au bord de la fenêtre / tiens il est là

: Grace Keiko ;

Le schweppes glacé / Me brûle les lèvres / On s’observe rire

: Lucie Charasson ;

Randonnée à pied / La Seine serpente / Avec moi :

: Hiro Hata ;

Réservations d’hiver – / Les corps s’offrent à la lumière / de la fin d’été

: Gwenaëlle Laot ;

et :

soir d’automne violet / En silence un corbeau plane / Mélancoliquement

: Christine Devic.

°

Pas de voix, mais remarqué :

Silence brusqué / par la page qui se froisse / dans le poing serré

: Nicolas Lemarin.

°

Nous avons quitté le bistrot d’Eustache ensuite, pour marcher jusqu’à la librairie-galerie de l’éditrice (Pippa) Brigitte Peltier qui nous a chaleureusement accueillis – comme toujours – pour rencontrer Danièle Duteil et Ion Codrescu, au sous-sol, lieu des expositions, pour l’occasion, des haïgas de Ion sur des haïkus de Danièle, et de la signature de leur dernier recueil (publié par Brigitte) Au bord de nulle part. Nous avons pu apprécier également les explications de Danièle et de Ion, à propos de leur travail, et le pot de l’amitié qui a clos de la meilleure manière ces réjouissances littéraires et artistiques !

Notre prochain kukaï se tiendra au bistrot d’Eustache (toujours) samedi 15 novembre à 15 h 30 !

Bons moments-haïku d’ici-là !

D.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :