Lettre de Blyth à Hackett (sur le « rembourrage » 5/7/5) :

Dans la présentation consacrée au haïkiste américain James W. Hackett, l’anthologiste de Where the river goes (Snapshot Press, 2013) écrit (p.73) :

« Hackett utilise, selon son habitude, la structure syllabique 5/7/5, conformément à la norme, ce qui peut conduire à du remplissage. »

La note qui suit précise :

« Blyth écrivit à Hackett : « La seule chose à faire, me semble-t-il est quelque chose de révolutionnaire pour vous : soit vous oubliez le 5/7/5 en anglais, soit vous faites ce que font les Japonais : rembourrer le verset avec des syllabes vides de sens. »

(: Cité par Charles Trumbull in « Shangra-La : la vie dans le haïku de James W. Hackett », dans la revue « Frogpond » (33,1 – 2010).)

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :