L’écriture du « je »

Le tanka, contrairement au haïku, est l’écriture du « je ».

Le haïku / n’est pas un miroir / de l’auteur.

Le haïku n’est pas un selfie.
(… à la mode face-look ?)

Dire « je » n’ajoute rien au haïku. Au contraire. Il le restreint, l’étrique.

Écrire le soi est le premier degré de l’écriture.

Écrire le soi, quelle pauvreté d’intérêt !
quel emmerdement !
quelle suffisance !

Gonfler le soi
dans le haïku
est un contresens.

Le haïku
n’est pas
la route de soi.

DILUER LE « JE »
est un (des) enjeu(x)
du haïku.

°°°

La JUSTESSE est un autre enjeu du haïku
l’ÉQUILIBRE
la véracité
l’honnêteté
l’authenticité
la sincérité

+ l'(extrême) SIMPLICITÉ

°°°

(juillet-août 14)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :