Haïkus de Bashô (absents de « L’intégrale » Kemmoku-Chipot). 1)

(D’après BASHÔ, The Complete Haiku de Jane Reichhold, Éd. Kodansha International, 2008.)

53) kumo to hedatsu / tomo ka ya kari no / ikiwakare

séparée par les nuages / l’oie sauvage vit un moment éloignée / de son amie

Automne 1672. Certains experts assument que Bashô fait référence à son ami Magodayû, qui vivait à Iga. Le mot « kari » signifie soit « oie sauvage » soit « temporaire ».

237) shoshun mazu / saké ni ume uru / nioi kana

tout début du printemps / vendant du vin de fleurs de prunier / le parfum

À Take no Uchi, dans le comté de Kazuraki, vivait un homme. Il prenait grand soin de sa famille, employant de nombreux travailleurs qui cultivaient les rizières au printemps et récoltaient le riz en automne. Sa maison était emplie du parfum des fleurs de prunier, ce qui consolait et réconfortait les poètes affligés.

Printemps 1685. Ce brasseur de saké anonyme organisa une séance de renga. Quand on coupe la racine de l’iris doux en tout petits morceaux pour parfumer le saké, on appelle cette boisson du vin de prune. Il y a ici une énigme tacite : qui vend les prunes ? : le parfum, ou la saison des fleurs de prunier ?

(à suivre : 257)…)

Publicités

Une Réponse to “Haïkus de Bashô (absents de « L’intégrale » Kemmoku-Chipot). 1)”

  1. leventquisouffle Says:

    A reblogué ceci sur Le vent qui souffle.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :