Salim Bellen : UBDLA : 41-50)

Le vautour sur le pylône
attend au bord de la route
le chien errant malchanceux

LA CASA DE LA ALEGRIA
Sur un moignon de mur
vieille inscription

Chaque dimanche au parc
il conduit ses enfants
le vieux vendeur de glaces

¨Pique-nique sur l’herbe
le chien, le mort et la famille
sur la tombe

Ici plus qu’au parc
on passe le dimanche
au cimetière

face-à-face
des deux côtés de l’autoroute
les jardins de l’au-delà

Dans le coffret le fillette
à l’enterrement
dessus, son nounours

La maison soufflée;
seul sur le mur
n’a pas bronché l’ancêtre

Pour passer la rue
le ballon rouge
prend la main de l’enfant *

* cf Salim Bellen : L’Échelle brisée, éd. AFH, 2007, p. 32-2.

Dans le bus poussiéreux
chacun sur l’autre endormi
père, mère et enfant

°

(à suivre : 51-60/222)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :